Elections législatives de 2014 en Hongrie

Voici enfin les résultats des élections législatives qui se sont tenues le 6 avril dernier en Hongrie. Ces élections ont été marquées par une nouvelle victoire éclatante du FIDESZ du Premier ministre Viktor Orban. Les 199 députés hongrois ont été élus en partie au système majoritaire à un tour et en partie au système proportionnel. Le nombre de députés avait été fortement réduit par rapport à 2010, passant de 386 à 199. Le taux de participation s’est élevé à 61.7%.

Résultats détaillés des élections législatives hongroises de 2014:

  • Coalition FIDESZ-KDNP, 45.0% des voix (-7.7%).
    • Union civique hongroise (FIDESZ, conservateur), 117 sièges (-110).
    • Parti populaire démocrate-chrétien (KDNP), 16 sièges (-20).
  • Coalition de centre-gauche, 25.7% des voix (+6.4%).
    • Parti socialiste hongrois (MSZP, social-démocrate), 29 sièges (-30).
    • Coalition démocratique (DK, social-libéral), 4 sièges (+4).
    • Ensemble 2014 (social-libéral), 3 sièges (+3).
    • Dialogue pour la Hongrie (PM, écologiste), 1 siège (+1).
    • Parti libéral hongrois (MLP), 1 siège (+1).
  • JOBBIK (nationaliste), 20.3% des voix (+3.6%), 23 sièges (-24).
  • La politique peut être différente (LMP, écologiste), 5.4% des voix (-2.1%), 5 sièges (-11).

Voir aussi

Election du deuxième tour de l’élection du maire de Munich

Le second tour des élections communales a eu lieu hier à Munich, capitale de la Bavière et troisième ville la plus peuplée d’Allemagne. Le social-démocrate Dieter Reiter a obtenu 56.7% des voix et succède donc à son camarade de parti Christian Ude. Josef Schmid, candidat de l’Union chrétienne-sociale (CSU, démocrate-chrétien), a obtenu 43.3% des voix.

Le simple fait de parvenir au second a constitué une victoire pour la CSU dans une ville considérée comme un fief de la social-démocratie. Lors de l’élection du conseil municipal, qui s’est tenue parallèlement au premier tour de l’élection à la mairie il y a deux semaines, la CSU avait par ailleurs ravi au SPD son statut de premier parti de la ville. Le taux de participation s’est élevé à 38.5%.

Les sociaux-démocrates ont également pu célébrer une victoire à Erlangen et à Regensburg, deux villes de plus de 100’000 habitants détenues par la CSU jusqu’ici. La droite a en revanche ravi la mairie de Würzburg aux sociaux-démocrates.

VOIR AUSSI

Élections cantonales de 2014 à Berne

Des élections cantonales ont eu lieu hier à Berne, le deuxième canton le plus peuplé de Suisse. Pas de changement au gouvernement qui conserve sa majorité de gauche et qui reste composé de trois socialistes, un écologiste, un UDC (droite populiste), un PBD (conservateur) et un libéral-radical. Au parlement en revanche, d’importants chamboulement se sont produits, le PBD de nombreux sièges, notamment au profit des Verts’libéraux (écologistes de droite) et de l’UDC.

Résultats détaillés des élections cantonales de 2014 à Berne:

  • Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), 29.0% des voix (+2.4%), 44 sièges (+5).
  • Parti socialiste suisse (PSS, social-démocrate), 19.1% des voix (+0.2%), 35 sièges (-2).
  • Parti bourgeois démocrate (PBD, conservateur), 11.2% des voix (-4.8%), 25 sièges (-11).
  • Parti libéral-radical (PLR, libéral), 10.7% des voix (+0.4%), 17 sièges (-).
  • Les Verts, 9.8% des voix (-0.3%), 15 sièges (-1).
  • Parti vert’libéral (PVL, écologiste de droite), 6.7% des voix (+2.6%), 11 sièges (+7).
  • Parti évangélique populaire (PEV, protestant, centriste), 6.4% des voix (+0.5%), 12 sièges (+2).
  • Union démocratique fédérale (UDF, droite protestante), 4.1% des voix (-0.3%), 5 sièges (-).
  • Parti démocrate-chrétien (PDC), 0.8% des voix (-0.5%), 0 siège (-1).
  • Parti socialiste autonome (PSA, social-démocrate, séparatiste), 0.7% des voix (-0.3%), 3 sièges (-).
  • Parti vert de Berne – Alternative démocratique, 1 siège (+1).

Taux de participation: 32.1%.

Source: Site internet du canton de Berne.

VOIR AUSSI:

Election présidentielle de 2014 en Slovaquie (2ème tour)

Le candidat indépendant Andrej Kiska a remporté hier le second tour de l’élection présidentielle en Slovaquie, battant nettement le Premier ministre social-démocrate Robert Fico. Andrej Kiska, décrit par nombre d’observateurs comme un centriste europhile, a obtenu 59.4% des voix, contre 40.6% à Robert Fico. Lors du premier tour, Fico avait devancé Kiska de peu.

Andrej Kiska succédera ainsi à Ivan Gasparovic, président sortant qui arrive au terme de son second mandat, tandis que la plupart des observateurs s’attendent à ce que Robert Fico, dont le parti dispose de la majorité absolue de sièges au parlement, reste Premier ministre. Le chef de l’État slovaque dispose de pouvoirs essentiellement honorifiques.

Source: statistics.sk.

VOIR AUSSI:

Elections communales de 2014 en France

Des élections communales ont eu lieu les 23 et 30 mars 2014 en France. Ces élections ont été marquées par un fort recul du Parti socialiste, une bonne tenue de la droite classique et une forte progression du Front National. Le taux d’abstention a également été extrêmement élevé. Neuf des 41 villes françaises de plus de 100’000 habitants – Amiens, Angers, Argenteuil, Caen, Limoges, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse et Tours – toutes en mains socialistes jusque-là ont basculé à droite. Le parti socialiste a par ailleurs perdu Grenoble au profit des écologistes, tandis que ces derniers devaient laisser Montreuil au Parti communiste. Le Parti socialiste parvient toutefois à conserver les mairies de Paris et de Lyon. La composition des conseils municipaux sera précisée pour toutes les villes dans les prochains jours.

Aix-En-Provence

Maryse Joissains-Masini, maire UMP sortante d’Aix-en-Provence, a été réélue au terme du second tour.

Répartition des sièges:

  • UMP (conservateur), 52.6% des voix, 42 sièges.
  • Parti socialiste – Parti occitan (régionaliste), 36.5% des voix, 10 sièges.
  • Front National, 10.9% des voix, 3 sièges.

Amiens

Brigitte Fouré, membre du Nouveau Centre, a remporté la mairie d’Amiens au terme du second tour, ravissant la ville à la gauche.

Répartition des sièges:

  • UMP (conservateur) – UDI (centre-droite), 50.4% des voix, 42 sièges.
  • Parti socialiste – Europe Écologie, 33.8% des voix, 9 sièges.
  • Front National, 15.8% des voix, 4 sièges.

Angers

Le candidat UMP Christophe Béchu a remporté le second tour de l’élection municipale à Angers, ravissant la ville au socialiste Frédéric Béatse.

Argenteuil

A l’issue du second tour, le candidat UMP Georges Mothron a devancé de justesse le maire socialiste sortant Philippe Doucet. Longtemps fief communiste, la ville avait été dirigée une première fois par Georges Mothron de 2001 à 2008.

Besançon

Jean-Louis Fousseret, maire socialiste de Besançon, a été réélu au second tour. Avec 47.4% des voix, il devance ses concurrents UMP Jacques Grosperrin (44.4%) et FN Philippe Mougin (8.2%).

Bordeaux

Alain Juppé, maire UMP sortant de Bordeaux, a été réélu au premier tour avec 61% des voix. Il devance le socialiste Vincent Feltesse (22.6%) et le frontiste Jacques Colombier (6.1%).

Répartition des sièges:

  • UMP (conservateur) - UDI (centre-droite) - MoDem (centriste), 61.0% des voix, 52 sièges.
  • PS (social-démocrate) - Europe Ecologie (écologiste), 22.6% des voix, 7 sièges.
  • Front National (extrême-droite), 6.1% des voix, 2 sièges.
  • Front de Gauche (extrême-gauche), 4.6% des voix, 0 siège.
  • Sans étiquette, 2.8% des voix, 0 siège.
  • Nouveau parti anticapitaliste (extrême-gauche), 2.5% des voix, 0 siège.
  • Lutte ouvrière (extrême-gauche), 0.5% des voix, 0 siège.

Boulogne-Billancourt

Pierre-Christophe Baguet, le maire UMP sortant, a obtenu 57.8% des voix et devance ainsi largement son rival divers droite Pierre-Mathieu Duhamel et le candidat de la gauche Pierre Gaborit.

Brest

Le maire socialiste sortant François Cuillandre a remporté les élections municipales, obtenant 52.7% des voix, contre 47.3% à son adversaire de droite Bernadette Malgorn.

Caen

Le socialiste Philippe Duron, qui avait ravi une mairie toujours détenue par la droite jusqu’ici en 2008, n’effectuera pas un second mandat. Il a obtenu 43% des voix, contre 57% à son concurrent UMP Joël Bruneau.

Clermont-Ferrand

Olivier Bianchi, le candidat socialiste, a été élu maire de Clermont-Ferrand avec 47.8% des voix. Clermont-Ferrand est dirigée par des maires de gauche sans interruption depuis 1944.

Dijon

François Rebsamen, le sénateur-maire de Dijon, a remporté le second tour des élections municipales, obtenant 52.8% des voix, contre 34% au candidat UMP Alain Houpert et 13.1% au candidat FN Edouard Cavin.

Grenoble

Grenoble, en mains socialistes depuis 1995, a basculé, mais pas à droite: c’est en effet l’écologiste Eric Piolle qui l’emporte au terme du second tour. Déjà arrivé en tête du premier tour, il devance assez clairement son rival socialiste Jérôme Safar et les candidats UMP et FN.

Le Havre

Edouard Philippe, maire UMP de la ville depuis 2010, a été réélu dès le premier tour avec 52% des voix. Il devance largement la socialiste Camille Galap et la candidate du Front de Gauche Nathalie Nail, qui obtiennent tout deux environ 16% des voix.

Répartition des sièges:

  • UMP (conservateur) - UDI (centre-droite), 52.0% des voix, 45 sièges.
  • PS (social-démocrate) - Europe Ecologie (écologiste) - PRG (social-libéral), 16.8% des voix, 5 sièges.
  • Front de Gauche (extrême-gauche), 16.4% des voix, 5 sièges.
  • Front National (extrême-droite), 13.4% des voix, 4 sièges.
  • Lutte ouvrière (extrême-gauche), 1.4% des voix, 0 siège.

Le Mans

Le maire socialiste sortant Jean-Claude Boulard a remporté le second tour des élections municipales et reste donc en place.

Lille

Martine Aubry, ancienne candidate à la primaire socialiste, a été réélue maire de Lille. Avec 52% des voix, elle devance assez nettement ses rivaux UMP et FN, mais reste assez loin des 66% obtenus lors du second tour des élections de 2008.

Limoges

La victoire du candidat UMP Emile Lombertie à Limoges est probablement l’une des plus grandes surprises de ces élections puisque la ville était à gauche depuis… 1912!

Lyon

Le maire socialiste de Lyon Gérard Collomb a été réélu, obtenant 50.5% des voix. Il devance assez nettement le candidat UMP Michel Havard. Notons encore que le Front de Gauche a remporté le premier arrondissement.

Répartition des sièges:

  • Parti socialiste – Europe Écologie, 50.6% des voix, 48 sièges.
  • UMP – UDI, 34.2% des voix, 21 sièges.
  • Front National, 10.3% des voix, 1 siège.
  • Front de Gauche, 4.8% des voix, 3 sièges.

Marseille

Le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin a été réélu. Les élections municipales ont été marquées à Marseille par la victoire du Front National dans le septième secteur de la ville.

Répartition des sièges:

  • UMP – UDI – MoDem, 42.4% des voix, 61 sièges.
  • Parti socialiste – Europe Écologie – Front de Gauche, 31.1% des voix, 20 sièges.
  • Front National, 26.5% des voix, 20 sièges.

Metz

Le maire socialiste sortant Dominique Gros a devancé de peu la candidate UMP Marie-Jo Zimmermann et est donc réélu. Notons que le second tour a été marqué à Metz par une augmentation du taux de participation et une baisse du score de la candidate Front National Françoise Grolet.

Montpellier

Le candidat divers gauche Philippe Saurel a remporté le second tour des élections municipales, devançant le socialiste Jean-Pierre Moure, le conservateur Jacques Domergue et la frontiste France Jamet.

Montreuil

Le communiste Patrick Bessac a remporté le second tour des municipales, devançant le divers gauche Jean-Pierre Brard, l’UMP Manon Laporte et la divers gauche Mouna Viprey. L’écologiste Dominique Voynet, qui était maire de Montreuil depuis 2008, ne se représentait pas.

Mulhouse

Jean Rottner, le maire UMP sortant, a devancé assez largement le socialiste Pierre Freyburger et la frontiste Martine Binder au terme du second tour.

Nancy

La mairie, détenue jusqu’à maintenant par l’UMP André Rossinot, a été remportée par son camarade de parti Laurent Hénart.

Nantes

La candidate socialiste Johanna Roland a remporté assez largement la mairie de Nantes, obtenant 56.2% des voix, contre 43.8% à son adversaire UMP Laurence Garnier.

Nice

Christian Estrosi, maire UMP sortant de Nice, a été réélu au terme du second tour.

Nîmes

Jean-Paul Fournier, maire divers droite sortant, a devancé au second tour le candidat frontiste Yoann Gillet et les deux candidates de la gauche, Sylvette Fayet et Françoise Dumas.

Orléans

Serge Grouard, maire UMP sortant d’Orléans, a été élu dès le premier tour, objectif qu’il avait déjà manqué de peu en 2008.

Résultats détaillés:

  • UMP (conservateur) - UDI (centre-droite), 53.7% des voix, 44 sièges.
  • PS (social-démocrate) - Europe Ecologie (écologiste), 23.2% des voix, 6 sièges.
  • Front National (extrême-droite), 10.3% des voix, 3 sièges.
  • Front de Gauche (extrême-gauche), 8.3% des voix, 2 sièges.
  • Divers droite, 3.2% des voix, 0 siège.
  • Lutte ouvrière (extrême-gauche), 1.3% des voix, 0 siège.

Paris

La socialiste Anne Hidalgo succède à son camarade de parti Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Avec 53.3% des voix, sa liste PS-EELV-PCF-PRG a devancé assez nettement la liste UMP-UDI de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Répartition des sièges:

  • Parti socialiste – Europe Écologie – Parti communiste français – Parti radical de gauche, 53.3% des voix, 91 sièges.
  • UMP – UDI, 44.1% des voix, 71 sièges.
  • Parti de Gauche – Ensemble – Parti communiste des ouvriers de France, 1.4% des voix, 1 siège.

Perpignan

Le maire UMP sortant Jean-Marc Pujol a remporté le second tour des élections municipales, après avoir été devancé au premier tour par le frontiste Louis Aliot. Le socialiste Jacques Cresta avait renoncé à se présenter au second tour pour faire barrage au Front National.

Reims

Le candidat UMP Arnaud Robinet a remporté la mairie de Reims au terme du second tour, battant la maire socialiste sortante Adeline Hazan.

Rennes

Nathalie Appéré, la candidate socialiste, a battu assez nettement Bruno Chavannat, candidat de la droite, au terme du second tour. Elle succède à son collègue de parti Daniel Delaveau.

Rouen

Yvon Robert, le maire socialiste sortant, est arrivé en tête au second tour et a remporté la mairie que lui contestait le candidat UMP Jean-François Bures.

Saint-Denis

Le maire communiste de Saint-Denis, Didier Paillard, l’a emporté de peu au second tour face au socialiste Mathieu Hanotin.

Saint-Etienne

Saint-Etienne passe à droite. Le candidat de la droite Gaël Perdriau est en effet arrivé en tête du second tour et a devancé le maire socialiste sortant Maurice Vincent.

Strasbourg

Il s’en est fallu de peu, mais le maire socialiste de Strasbourg Roland Ries l’a emporté au second tour face à l’ancienne maire UMP Fabienne Keller.

Toulon

Hubert Falco, maire UMP de la ville depuis 2001, a été réélu dès le premier tour avec 59.3% des voix, devant le frontiste Jean-Yves Waquet, qui obtient 20.5% des voix. Le socialiste Robert Alfonsi n’obtient que 10% des voix.

Répartition des sièges:

  • UMP (conservateur) - UDI (centre-droite), 59.3% des voix, 50 sièges.
  • Front National (extrême-droite), 20.5% des voix, 6 sièges.
  • PS (social-démocrate) - PRG (social-libéral) – Europe Ecologie (écologiste) - MRC (souverainiste de gauche), 10.1% des voix, 3 sièges.
  • Front de Gauche (extrême-gauche) – Parti occitan (PÒc, régionaliste), 4.0% des voix, 0 siège.
  • Alliance écologiste indépendante (AEI, écologiste de droite), 3.1% des voix, 0 siège.
  • Tous pour la famille (extrême-droite), 2.3% des voix, 0 siège.
  • Lutte ouvrière (extrême-gauche), 0.8% des voix, 0 siège.

Toulouse

L’ancien maire UMP de Toulouse Jean-Claude Moudenc a obtenu 52.1% des voix et reprenant la ville au vainqueur de 2008, le socialiste Pierre Cohen.

Tours

Le candidat UMP Serge Barbary a nettement emporté la mairie de Tours, battant au second tour le maire socialiste sortant Jean Germain.

Villeurbanne

Le maire socialiste sortant, Jean-Paul Bret, a remporté les élections municipales au deuxième tour, devançant ses adversaires UMP, Front National et Europe Écologie.

Voir aussi: