Élections cantonales de 2010 à Berne

Les élections bernoises d’aujourd’hui ont été marquées par les excellents scores réalisés tant par l’UDC que par le Parti borugeois-démocratique (PBD). Le PBD est issu d’une scission de l’UDC intervenue en cours de législature. Les Verts libéraux sont les autres gagnants de ce scrutin puisqu’ils réussissent leur entrée au parlement cantonal. Tous les autres partis subissent des pertes, parfois massives.

Résultats détaillés des élections cantonales bernoises:
  • Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), 26.6% des voix (-0.8%), 44 sièges (+13).
  • Parti socialiste (PS), 18.9% des voix (-5.1%), 35 sièges (-7).
  • Parti bourgeois-démocratique (PBD, conservateur), 16.0% des voix (+16.0%), 25 sièges (+9).
  • Parti libéral-radical (PLR), 10.3% des voix (-6.1%),  17 sièges (-9).
  • Les Verts, 10.1% des voix (-2.8%), 16 sièges (-3).
  • Parti évangélique populaire (PEV, protestants, centre), 5.9% des voix (-1.4%), 10 sièges (-3).
  • Union démocratique fédérale (UDF, protestants, droite), 4.4% des voix (-0.4%), 5 sièges (-1).
  • Parti vert libéral (PVL, écologistes de droite), 4.1% des voix (+4.1%), 4 sièges (+4).
  • Parti socialiste autonome (PSA, autonomistes du Jura bernois), 1.0% des voix (-0.3%), 3 sièges (-).
  • Parti démocrate-chrétien (PDC), 1.2% des voix (-0.6%), 1 siège (-1).
  • Démocrates suisses (DS, extrême-droite), 0.4% des voix (-1.8%), 0 siège (-2).
  • Parti de la liberté (PdL, extrême-droite), 0.0% des voix (-0.5%), 0 siège (-1).

Les résultats donnés ci-dessus tiennent compte de la scission de 16 députés du PBD intervenue en cours de législature. Lors des élections de 2006, l’UDC avait obtenu 45 sièges.

Au gouvernement, la gauche est en revanche parvenue à conserver la majorité acquise en 2006.

Résultats des élections cantonales à Berne depuis 1974:

Le graphique ci-dessous montre l’évolution des principaux partis politiques lors des élections cantonales à Berne depuis 1974 (en pourcentage du nombre de sièges, source: OFS).

Le canton de Berne a toujours été, traditionnellement, l’un des bastions de l’UDC agrarienne, et ce depuis la fondation du parti – ou plutôt du parti qui l’a précédé – au lendemain de la Première guerre mondiale. Partant d’un niveau très élevé, l’UDC n’a pas profité de la radicalisation du discours du parti, qui d’agrarien a progressivement adopté une ligne populiste de droite, mais a au contraire perdu progressivement du terrain.

Le Parti socialiste (PSS) reste solidement ancré à la deuxième place, même s’il a reculé aujourd’hui pour la deuxième fois consécutive. Le Parti libéral-radical (PLR) suit, lui, une pente descendante depuis la fin des années 1990. Il a été le grand perdant de l’arrivée du Parti bourgeois-démocrate lors des élections cantonales d’aujourd’hui même si presque tous les autres partis politiques ont en souffert également. Le Parti bourgeois-démocrate (PBD, conservateur) justement, issu d’une scission de l’UDC, semble avoir trouvé sa place en tant que représentant d’une bourgeoisie modérée à qui les discours populistes de l’UDC ne convenaient pas.

Le Parti démocrate-chrétien (PDC) a connu ses meilleurs résultats avant la création du canton du Jura, à majorité catholique, en 1978. Il n’a jusqu’à maintenant pas réussi à conquérir une autre base électorale et ne compte désormais plus qu’un seul député au Grand Conseil. Du côté protestant de la démocratie chrétienne, tant le Parti évangélique populaire (PEV, centriste) que l’Union démocratique fédérale (UDF, marquée à droite) sont en nette progression depuis les années 1990, même s’ils ont souffert comme les autres de l’arrivée du PBD.

Les Verts enfin, qui ont toujours été relativement forts dans le canton de Berne, ont souffert d’un recul lors des élections d’aujourd’hui, mais sont tout de même à un niveau de 10% environ, une bonne performance pour un parti politique écologiste.

Voir aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *