Elections législatives fédérales belges de 2010

Les élections législatives fédérales belges ont débouché sur une victoire du Parti socialiste d’Elio di Rupo en Wallonie, la partie francophone du pays, et des indépendantiste de la Nouvelle alliance flamande de Bart de Wever en Flandres, la partie néerlandophone de la Belgique. Cette dernière devient le premier parti politique du pays, alors qu’elle n’était encore qu’un parti politique mineur lors des élections législatives de 2007. Les libéraux et les démocrates-chrétiens ont, eux, reculé dans l’ensemble du pays, tout comme l’extrême-droite tant flamande (Vlaams Belang) que francophone (Front national).

La formation d’un gouvernement s’annonce des plus compliquées. Le précédent gouvernement, dirigé par le démocrate-chrétien flamand Yves Leterme, était tombé en mai après que les partis flamands et francophones ont été incapables de se mettre d’accord sur la question de l’arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde. Les libéraux flamands d’Open VLD avaient alors quitté la coalition et, les socialistes flamands du SPA ayant refusé d’y entrer pour les remplacer, des élections anticipées avaient dû être convoquées.Le taux de participation s’est élevé à 87.2%, en recul de quatre points par rapport aux élections fédérales de 2007.Au niveau géographique, les différences sont importantes entre les différentes parties du pays. La démocratie-chrétienne (CD&V et CdH), qui était autrefois la force politique dominante en Belgique, n’arrive en tête que dans la plus grande partie des provinces du Luxembourg et de Flandre occidentale, ainsi que dans quelques arrondissement du Limbourg et du Brabant flamand. Les libéraux (MR et Open VLD) dominent sans partage dans le Brabant wallon et arrivent également en tête dans le sud de Bruxelles et de la Flandre orientale et l’est des provinces de Namur et de Liège. Les socialistes (PS et SPA) arrivent en tête dans le nord de Bruxelles, dans la quasi-totalité du Hainaut, dans l’ouest de la province de Namur et dans le centre de la province de Liège. La NVA domine la quasi-totalité de la France, à l’exception des quelques régions citées plus haut où le CD&V ou l’Open VLD arrivent en tête.

Partis politiques arrivés en tête dans les arrondissements électoraux. Carte réalisée par KaterBegemot pour Wikipedia.

Résultats détaillés des élections à la Chambre des Représentants en Belgique:


La NVA et le CD&V étaient alliés pour les élections de 2007, si bien qu’il n’est pas possible de comparer leurs scores respectifs.
  • Nouvelle alliance flamande – NVA (conservateur, indépendantiste), 17.3% des voix, 27 sièges (+22).
  • Parti socialiste – PS (sociaux-démocrates francophones), 14.0% des voix (+3.1%), 26 sièges (+6).
  • Chrétiens-démocrates & flamands – CD&V, 10.9% des voix, 17 sièges (-8).
  • Mouvement réformateur – MR (libéral francophone), 9.5% des voix (-3.0%), 18 sièges (-5).
  • Parti socialiste – Autrement – PSA (social-démocrate flamand), 9.0% des voix (-1.3%), 13 sièges (-1).
  • Libéraux-démocrates flamands – VLD, 8.4% des voix (-3.4%), 13 sièges (-5).
  • Intérêt Flamand – VB (extrême-droite, indépendantiste), 7.7% des voix (-4.3%), 12 sièges (-5).
  • Centre démocrate humaniste – CDH (démocrates-chrétiens wallons), 5.7% des voix (-0.4%), 9 sièges (-1).
  • Ecolo (écologistes francophones), 4.9% des voix (-0.2%), 8 sièges (-).
  • Vert! (écologistes flamands), 4.2% des voix (+0.2%), 5 sièges (+1).
  • Liste Dedecker (conservateurs flamands), 2.3% des voix (-1.7%), 1 sièges (-4).
  • Parti populaire (conservateur), 1.3% des voix (+1.3%), 1 siège (+1).
  • Front national (nationalistes francophones), 0.5% des voix (-1.5%), 0 siège (-1).
Résultats détaillés des élections au Sénat belge:

Le Sénat belge compte 71 membres, dont 40 sont élus au suffrage universel, 21 sont élus par les parlements des communautés néerlandophone, francophone et germanophone et 10 sont cooptés. Les enfants du Roi de plus de 18 ans sont également membres de droit du Sénat.
  • Nouvelle alliance flamande – NVA (conservateur, indépendantiste), 14 sièges.
  • Parti socialiste – PS (sociaux-démocrates wallons), 13 sièges.
  • Mouvement réformateur – MR (libéral wallon), 8 sièges.
  • Chrétiens-démocrates et flamand – CD&V, 7 sièges.
  • Parti socialiste – Autrement – PSA (social-démocrate flamand), 7 sièges.
  • Libéraux-démocrates flamands – VLD, 6 sièges.
  • Intérêt Flamand – VB (extrême-droite, indépendantiste), 5 sièges.
  • Ecolo (écologistes wallons), 5 sièges (-).
  • Centre démocrate humaniste – CDH (démocrates-chrétiens wallons), 4 sièges.
  • Vert! (écologistes flamands), 2 sièges (+1).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *