Élections communales de 2011 en Italie

Des élections communales ont eu lieu dimanche et lundi dans un peu moins d’un quart des communes italiennes. Les citoyens de trois des plus grandes villes d’Italie – Milan, Turin et Naples – renouvelaient notamment leurs autorités communales.

Silvio Berlusconi en avait fait un référendum sur sa personne, notamment dans son fief de Milan où il s’est placé lui-même sur la liste de son parti. Le résultat n’est pas à la hauteur de ses espérances: pour la première fois depuis quinze ans, la mairie de Milan, son fief, passe à gauche. Ce n’est pas la seule victoire de la gauche puisqu’elle prend aussi Cagliari, Novare et Trieste, tout en conservant les villes importantes qu’elle détenait déjà, dont Turin, Naples et Bologne.

Principaux partis politiques italiens:

Si les alliances entre partis politiques ont pu varier d’une ville à l’autre, il y avait généralement trois blocs principaux:

  • Un bloc de gauche composé du Parti démocrate (PD, social-démocrate), de l’alliance Gauche, écologie et liberté (SEL, écologistes et communistes), de l’Italie des Valeurs (IdV, libéral), du Parti socialiste italien (PSI, social-démocrate) et du Parti de la Refondation Communiste (PRC).
  • Un bloc de droite composé du Peuple de la Liberté de Silvio Berlusconi (PdL, conservateur) et de la Ligue du Nord (LN, formation régionaliste et xénophobe). Il est parfois rejoint par le Parti républicain italien (PRI, libéral) et par les Populaires libéraux (PL, démocrates-chrétiens).
  • Un bloc centriste emmené par l’Union du centre (UDC, démocrates-chrétiens).
  • Le Mouvement 5 Étoiles (M5S), un mouvement écologiste et anti-corruption fondé par le comédien Beppe Grillo, a fait cavalier seul et obtenu des élus dans certaines villes.

Résultats détaillés des élections communales italiennes:

Cet article a été complété à l’issue du second tour qui s’est tenu les 29 et 30 mai 2011.

Arezzo

Pas de surprise à Arezzo, en Toscane, où le maire de gauche sortant Giuseppe Fanfani l’emporte dès le premier tour avec 51.2% des voix, laissant son principal adversaire loin derrière avec 26.4%.

La composition du conseil municipal d’Arezzo est la suivante: 16 PD, 7 PdL, 2 M5S, 2 divers, 1 Gauche, écologie et liberté, 1 IdV, 1PRC, 1 LN.

Bologne

Bologne est la capitale de l’Émilie-Romagne, l’une des régions que la gauche n’a jamais perdues depuis la création des conseils régionaux dans les années 1970. La ville de Bologne elle-même a été longtemps surnommée « Bologne la Rouge », un qualificatif qui ne concernait pas uniquement la couleur des briques. A l’exception de la législature 1999-2004, Bologne n’a eu que des maires de gauche depuis la Seconde guerre mondiale. Le maire Virginio Merola (PD) a donc été réélu sans surprise au premier tour.

La composition du conseil municipal de Bologne est la suivante: 21 PD, 7 PdL, 3 LN, 3 M5S, 1 IdV, 1 divers.

Cagliari

Victoire pour la gauche à l’issue du second tour à Cagliari, en Sardaigne. Massimo Zedda, membre de Gauche Ecologie et Liberté et soutenu par les autres partis de gauche, a obtenu 59.4% des voix, contre 40.6% au centriste Massimo Fantola (UDC), qui réalise un moins bon score au second tour qu’au premier. La capitale de la Sardaigne passe ainsi à gauche.

La composition du conseil municipal de Cagliari est la suivante: 13 PD, 6 Peuple de la Liberté, 5 Gauche, écologie et liberté, 3 Réformateurs sardes (régionalistes de centre-droite), 2 IdV, 2 UDC, 1 PRC, 1 PSI, 1 Parti sarde d’action (indépendantiste), 3 divers droite, 2 divers gauche, 1 Futur et liberté.

Latina

Latina est une ville de 120’000 habitants située dans le Latium, la région de Rome. Fondée en 1932 sous le régime fasciste, Latina est la plus jeune ville d’Italie. Le maire Giovanni di Giorgi (PdL) a été réélu au premier tour avec 51% des voix, contre seulement 35.5% à son adversaire social-démocrate Claudio Moscardelli.

La composition du conseil municipal de Cagliari est la suivante: 11 PdL, 9 PD, 2 UDC, 8 divers droite, 1 divers gauche, 1 divers.

L’UDC est alliée au PdL dans cette ville.

Milan

Victoire symbolique pour la gauche italienne, puisqu’elle remporte la victoire au second tour à Milan, le fief de Silvio Berlusconi, et la capitale de la Lombardie. Après une longue tradition de gauche à la sortie de la Seconde guerre mondiale, la capitale de la Lombardie était passée à droite en 1993 et y était restée depuis. La gauche l’a cette fois-ci emporté avec 55.1% des voix à l’issue du second tour et Giuliano Pisapia devient ainsi maire de Milan.

La composition du conseil municipal de Milan est la suivante: 20 PD, 12 PdL, 4 LN, 3 Gauche, écologie et liberté, 2 PRC, 1 IdV, 1 Liste Bonino Pannella (libéral), 1 UDC, 1 M5S, 2 divers gauche, 1 divers droite.

Naples

L’élection du maire de Naples se sera révélée pleine de surprises! Dans cette ville détenue jusque là par la gauche, la droite était arrivée en tête du premier tour, suivie non pas par Mario Morcone, le candidat du Parti démocrate, mais par Luigi de Magistris, le candidat de l’Italie des Valeurs. Au second tour, c’est ce dernier qui l’a emporté, obtenant 65.4% des voix, contre 34.6% à Gianni Lettieri, candidat du Peuple de la Liberté qui recule entre les deux tours. Naples reste donc à gauche, mais change d’équipe municipale.

La composition du conseil municipal de Naples est la suivante: 15 IdV, 8 Divers gauche, 8 PdL, 6 PRC et PCI, 5 PD, 2 UDC, 1 Forza del Sud (régionaliste, centre-droite), 1 Noi Sud (régionaliste, centre-droite), 1 Futur et liberté, 1 divers droite.

Novare

La gauche l’emporte à l’issue du deuxième tour à Novare, une ville située dans le Piémont, au nord de l’Italie. Andrea Ballarè (PD) succèdera ainsi au conservateur Massimon Giordano.

La composition du conseil municipal de Novare est la suivante: 16 PD, 7 PdL, 4 LN, 3 Gauche, écologie et liberté, 1 M5S, 1 UDC.

Ravenne

Ravenne est une ville d’Emilie-Romagne, dans le nord de l’Italie. Le maire Fabrizio Matteucci (PD) est réélu au premier tour et la gauche conserve donc la mairie.

La composition du conseil municipal de Ravenne est la suivante: 15 PD, 5 PdL, 3 M5S, 3 divers droite, 2 LN, 1 PRI, 1 SEL, 1 IdV, 1 PRC.

Le PRI est allié au PD dans cette ville.

Reggio Calabria

Reggio Calabaria est la capitale de la province éponyme, dans le sud de l’Italie. Demetrio Arena (PdL) est élu au premier tour et la droite conserve donc la mairie.

La composition du conseil municipal de Reggio Calabaria est la suivante:  16 PdL, 5 PD, 3 UDC, 1 PRI, 1 PACE, 1 PL, 1 PRC, 2 divers gauche.

L’UDC et le PRI sont alliés au PdL dans cette ville. Le PACE (Pacte chrétien étendu) est un parti démocrate-chrétien allié au PdL.

Rimini

La gauche conserve la mairie de Rimini, en Emilie-Romagne, mais il aura fallu deux tours de scrutin et la victoire n’aura pas été  très nette. Andrea Gnassi l’emporte finalement avec 53.% des voix, contre 46.5% à Gioenzo Renzi, le candidat du Peuple de la Liberté et de la Ligue du Nord.

La composition du conseil municipal de Rimini est la suivante: 16 PD, 8 PdL, 3 M5S, 1 IdV, 1 PRC + PCI, 1 Gauche, écologie et liberté, 1 divers gauche.

Salerne

Salerne est une ville de 140’000 habitants en Campanie, dans le sud de l’Italie. Le maire Vincenzo de Luca (PD) est réélu au premier tour.

La composition du conseil municipal de Salerne est la suivante: 20 PD, 4 PdL, 4 Divers droite 1 PSI, 1 SEL, 2 UDC.

Trieste

La gauche prend Trieste à l’issue du second tour. Le candidat de la gauche, Roberto Cosolini, l’emporte finalement assez nettement avec 57.5% des voix, contre 42.5% à son adversaire conservateur, Roberto Antonione. La droite au pouvoir n’est donc pas parvenue à conserver cette ville.

La composition du conseil municipal de Trieste est la suivante: 15 PD, 7 PdL, 2 IdV, 2 PRC + PCI, 2 divers droite, 2 divers gauche, 2 LN, 2 M5S, 2 La Droite.

Turin

Turin est la capitale de la région du Piémont, dans le nord de l’Italie. Alors que la gauche a perdu la majorité lors des élections régionales de 2010 au Piémont, le Parti démocrate (PD, social-démocrate) a placé son candidat à la mairie de Turin dès le premier tour.

La composition du conseil municipal de Turin est la suivante:  16 PD, 8 PdL, 4 Moderati, 3 LN, 2 SEL, 2 IdV, 2 UDC, 2 M5S, 1 divers.

Les Moderati sont un parti centriste du Piémont proche du Parti démocrate.

Voir aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *