Les citoyens lettons étaient appelés à dire hier par référendum s’ils souhaitaient que le russe devienne la seconde langue officielle, à côté du letton. Ce référendum s’est tenu après qu’une initiative populaire lancée par l’association Langue vivante a abouti et a suscité une vive polémique en Lettonie, où les principaux partis gouvernementaux se sont opposés à ce que le russe devienne une langue officielle. Ils ont été suivis puisqu’environ 75% des citoyens ont refusé la proposition des initiants. La participation, qui s’élève à 69%, a été qualifiée d’étonnamment élevée par de nombreux observateurs, montrant que la question avait été jugée importante par beaucoup de Lettons.

La minorité russe représente environ un quart de la population totale du pays. Beaucoup de Russes sont arrivés dans le pays pendant la guerre froide, Staline ayant tenté de « russifier » les États baltes après leur occupation en 1940. Environ 15% de la population lettone – dont beaucoup de russophones – ne disposent toujours pas de la nationalité lettone. Lors des élections législatives lettones du 18 septembre 2011 ont vu la victoire du Centre de l’Harmonie, une formation principalement russophone qui a obtenu 28.8% des voix. Les autres partis représentés au parlement se sont alors alliées pour former un gouvernement sans les Russophones, reprochant notamment au Centre de l’Harmonie d’être trop proche du Kremlin.