Suède: les sociaux-démocrates reprennent des couleurs

Nous en relations au début du mois de janvier la chute impressionnante des sociaux-démocrates suédois dans les sondages, tombés à 24.8% des intentions de vote alors qu’ils étaient habitués à des scores bien plus élevés. La cote de popularité de Hakan Jukolt, le président du parti et, de ce fait, le chef de l’opposition, n’était que de 16%. Moins de deux mois plus tard, les sociaux-démocrates ont changé de président et repris des couleurs!

Le vent a commencé à tourner lorsque Hakan Jukolt a démissionné le 21 janvier dernier avec effet immédiat, reconnaissant des erreurs et son incapacité à remettre le parti sur la voie du succès. Moins d’une semaine plus tard, Stefan Löfven devenait président des sociaux-démocrates. Löfven était jusque-là, et depuis plus de dix ans, président d’IF Metall, le syndicat de la métallurgie, une organisation forte de 370’000 membres en Suède.

Surfant sur la popularité de leur nouveau président, les sociaux-démocrates ont regagné 4.6 points dans les sondages en moins d’un mois. L’heure n’est toutefois pas au triomphalisme puisque, avec 29.2% des intentions de vote, les sociaux-démocrates restent loin des scores auxquels ils ont été habitués par le passé et en-dessous du score obtenu lors des élections législatives suédoises de septembre 2010. Les Verts et les communistes font largement les frais du retour en force des sociaux-démocrates: -1.3% à 10.5% pour les premiers, -2.1% à 6.7% pour les seconds.

A droite, les conservateurs du Premier ministre Fredrik Reinfeldt restent stables à 32.9% des intentions de vote, tandis que leurs partenaires de coalition connaissent des fortunes diverses: les libéraux remontent légèrement à 6.5% et que les agrariens du Parti du centre baissent à 5.1%, tout comme les démocrates-chrétiens qui, avec 3.8%, n’atteignent plus le quorum. A l’extrême-droite de l’échiquier politique, les Démocrates suédois régressent assez nettement à 4.7%, en chute de 2.2%.

Laisser un commentaire