Elections régionales de 2012 dans la Sarre

Les démocrates-chrétiens de la CDU restent la première force politique en Sarre, une région de l’ouest de l’Allemagne. Annegret Kramp-Karrenbauer, la Ministre-présidente, devrait selon toute vraisemblance conserver son poste, avec de nouveaux partenaires de coalition. La CDU a battu assez largement les sociaux-démocrates du SPD, emmenés par Heiko Maas, alors que les sondages les donnaient ex aequo.

La CDU gouvernait jusque-là la Sarre dans une coalition unique rassemblant démocrates-chrétiens, verts et libéraux. La coalition a éclaté en janvier dernier en raison des tensions internes qui déchiraient le Parti libéral-démocrate. Une telle coalition – que les Allemands appellent jamaïcaine en raison des couleurs des trois partis y participant – ne sera pas reconduite: les libéraux ont enregistré une sévère défaite électorale, ne récoltant plus que 1.2% des suffrages, en recul de huit points par rapport à 2009, et disparaissant par conséquent du parlement. Les Verts ne sont pas en pleine forme non plus: ils atteignent de justesse le quorum – 120 voix de moins et ils disparaissaient du parlement – et perdent un de leurs trois sièges.

Seules deux coalitions sont arithmétiquement possibles: une coalition de gauche, entre les sociaux-démocrates et les communistes et une grande coalition, entre les démocrates-chrétiens et les sociaux-démocrates. Tout semble indiquer que l’on se dirige vers la seconde solution, les sociaux-démocrates ayant exclu pendant la campagne de gouverner avec les communistes. Ces derniers, dirigés par le dissident social-démocrate et ancien Ministre-Président de la Sarre Oskar Lafontaine, ont perdu environ un quart de leurs voix par rapport aux dernières élections.

Enfin, ces élections ont été marquées par le succès du Parti pirate qui, quelques mois après les élections régionales de Berlin, entre dans un second parlement régional. Le Parti pirate a rencontré un succès particulièrement marqué auprès des jeunes, obtenant 22% des suffrages chez les 18-24 ans.

Résultats détaillés des élections dans la Sarre:

  • Union chrétienne-démocrate (CDU), 35.2% des voix (+0.7%), 19 sièges (-).
  • Parti social-démocrate (SPD), 30.6% des voix (+6.1%), 17 sièges (+4).
  • La Gauche (communiste), 16.1% des voix (-5.2%), 9 sièges (-2).
  • Parti pirate, 7.4% des voix (+7.4%), 4 sièges (+4).
  • Les Verts, 5.0% des voix (-0.9%), 2 sièges (-1).
  • Parti des familles (conservateur), 1.7% des voix (-0.3%), 0 siège (-).
  • Parti libéral-démocrate (FDP, libéral), 1.2% des voix (-8.0%), 0 sièges (-5).
  • Parti national-démocrate d’Allemagne (NPD, extrême-droite), 1.2% des voix (-0.3%), 0 siège (-).

Taux de participation: 61.6% (-6.0%).

Système électoral en Sarre:

L’élection du parlement du Land de Sarre se déroule tous les cinq ans au système proportionnel, selon la méthode d’Hondt. Le parlement compte 51 députés. La Sarre est divisée en trois circonscriptions électorales; seuls 41 sièges sont toutefois attribués à l’une de ces circonscriptions, les dix derniers servant à assurer une meilleure représentation proportionnelle des partis. La Sarre partage avec Brême la particularité de n’avoir aucun élu direct, contrairement aux autres Länder qui mélangent scrutins de listes et scrutins uninominaux, à l’image du système en vigueur pour le Bundestag. Un quorum est par ailleurs fixé à 5% au niveau de l’ensemble du Land.

Un parti politique non encore représenté au parlement et souhaitant présenter des candidats doit soumettre 300 signatures par circonscription électorale. Seuls les partis obtenant au moins 1% des voix bénéficient d’un financement public.

Source: Land de Sarre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *