Elections législatives de 2014 en Lettonie – Aperçu

Des élections législatives auront lieu le 4 octobre 2014 en Lettonie. Ces élections interviennent trois ans après les élections législatives anticipées de 2011, en raison d’une clause spécifique à la Lettonie: les législatures résultant d’élections législatives anticipées ne durent que trois ans, contre quatre pour les autres. Si l’on en croit les résultats des élections européennes de ce printemps, le parti conservateur Unité de la Première ministre Laimdota Straujuma a de bonnes chances d’arriver en tête de ces élections.

Les résultats sont ici

La Lettonie est celui des trois États baltes dont le paysage politique est le plus polarisé entre les Lettons « de souche » et l’importante minorité russophone vivant dans le pays. En février 2012, les Lettons ont par exemple refusé de faire du russe la deuxième langue officielle du pays. Les russophones votent presque exclusivement pour des partis politiques représentant leurs intérêts et plutôt ancrés à gauche, tels que le Centre de l’Harmonie, tandis que les lettonophones votent presque exclusivement pour des partis politiques ancrés à droite, la gauche étant associée avec l’occupation soviétique.

2000px-Use_of_Russian_language_at_home_in_Latvia_(2011).svg

Pourcentage de Russophones par communes (source: Wikipedia).

A ce clivage linguistique s’ajoute un climat économique difficile, la Lettonie ayant été violemment frappée par la crise économique de 2008, année au cours de laquelle le PIB letton a reculé de 17.7%. La situation économique s’est considérablement améliorée depuis lors, le pays étant à nouveau en croissance depuis 2011, mais le chômage reste relativement haut avec un taux de 11.5%.

Système électoral letton

Le parlement letton, la Saeima, compte 100 députés élus pour quatre ans au suffrage universel. L’élection se déroule dans cinq grandes circonscriptions, selon le système proportionnel (méthode de Sainte-Lagüe). Les électeurs ont la possibilité d’exprimer une préférence pour certains candidats de la liste qu’ils ont choisie, ou au contraire de tracer certains candidats. Un quorum est fixé à 5% au niveau national, empêchant les partis qui obtiennent un score moindre d’obtenir des élus. La loi lettonne ne prévoit par ailleurs pas la possibilité de se présenter en tant qu’indépendant. Il s’agit d’un parlement unicaméral.

Retour sur élections lettones de 2011

Le Centre de l’Harmonie, un parti politique de gauche représentant les intérêts de l’importante minorité russe du pays, était arrivé en tête des élections, mais les quatre autre partis politiques représentés au parlement avaient formé une coalition gouvernementale sans le Centre de l’Harmonie.

Résultats détaillés des élections de 2011

  • Centre de l’Harmonie (socialiste, minorité russophone), 28.8% des voix (+2.8%), 31 sièges (+2).
  • Parti réformateur de Zatlers (centre-droite), 20.6% des voix (+20.6%), 22 sièges (+22).
  • Unité (conservateur), 18.5% des voix (-12.7%), 19 sièges (-14).
  • Alliance nationale (nationaliste), 13.6% des voix (+5.9%), 14 sièges (+6).
  • Union des Verts et des Paysans (écologistes et agrariens), 12.3% des voix (-7.4%), 13 sièges (-9).
  • Pour une bonne Lettonie! (conservateur), 2.4% des voix (-5.2%), 0 siège (-8).

Forces en présence

Unité, le parti de la Premier ministre Laimdota Straujuma semble bien placé pour remporter ces élections, d’autant plus qu’il a formé une alliance électorale avec le Parti de la réforme – ancien Parti réformateur de Zatlers. Unité est un parti politique conservateur, membre du Parti populaire européen, fondé en 2010 par plusieurs anciens partis politiques lettons pour faire contrepoids au Centre de l’Harmonie. Il est à l’origine d’une sévère politique d’austérité mise en place après la catastrophique crise économique de 2010. Valdis Dombrovskis, le politicien qui avait amené Unité au pouvoir, a démissionné en novembre 2013 après l’effondrement d’un toit à Riga, accident qui avait fait 54 morts et 41 blessés. Laimdota Straujuma, jusque-là Ministre de l’agriculture, lui a succédé.

Le Centre de l’Harmonie, qui est l’autre force politique qui pourrait arriver en tête le 4 octobre, est une alliance composée de partis politiques de gauche et défendant les intérêts de l’importante minorité russophone du pays. Selon le recensement de 2011, 26.9% de la population est d’origine russe. Les fiefs du Centre de l’Harmonie se situent là où la minorité russophone est la plus importante, à savoir à Riga, la capitale, ainsi que dans l’est du pays. En raison du lourd passé du pays, aucun gouvernement n’a jamais inclus de parti politique représentant la minorité russe.

L’Alliance Nationale est un parti politique fondé en 2010 par la fusion de deux partis politiques nationalistes. Le parti est violemment anti-russe et demande des lois plus sévères concernant la naturalisation de la partie de la minorité russophone qui ne dispose pas encore de passeport letton. Bien que quelque peu eurosceptique, l’Alliance Nationale préfère l’Union européenne et l’OTAN à la Russie, ce qui la conduit à être moins europhobe que beaucoup d’autres partis politiques européens. Au Parlement européen, l’Alliance Nationale siège au sein de l’Alliance des conservateurs et réformistes européen (AECR), la parti eurosceptique de David Cameron.

L’Union des Verts et des Paysans (ZZS) est une alliance comprenant Les Verts et l’Union des paysans de Lettonie. Considéré comme un parti populiste dominé par les oligarques, l’Union des Verts et des Paysans a été exclue du gouvernement de Dombrovskis après les élections de 2011. Straujuma les a toutefois intégré dans son gouvernement à la fin de l’année 2013. Aivars Lembergs, l’un des hommes les plus riches de Lettonie et membre du ZZS, détient la mairie de Ventspils, sixième ville du pays et important port sur la Baltique, depuis 1988.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *