Histoire politique de la Roumanie

La Roumanie a été créée en 1861 lorsque l’union des principautés de Moldavie et de Valachie a été proclamée, mettant fin à plusieurs siècles de domination de l’Empire ottoman. Cinq ans plus tard, le pays devient une monarchie constitutionnelle dotée d’un parlement bicaméral.

La Première guerre mondiale, au cours de laquelle la Roumanie combat aux côtés des alliés, amène de considérables gains territoriaux pour la Roumanie: Bessarabie, Bukovine, Transylvanie, etc. Une nouvelle constitution adoptée en 1923 maintient la monarchie constitutionnelle établie en 1866 et donne aux parti le plus fort des bonus électoraux, permettant ainsi de larges majorités parlementaires et marginalisant les petits partis.

Comme dans de nombreux autres pays européens pendant l’entre-deux-guerres, la Roumanie connaît un régime de moins en moins démocratique. En 1938, un régime autoritaire, appelé dictature royale, est établi et une nouvelle constitution est adoptée. Il n’y a plus de représentation parlementaire et les partis politiques sont interdits. De 1940 à 1944, le général Ion Antonescu établit un régime politique fasciste.

La Roumanie est occupée, comme le reste de l’Europe orientale, par les troupes soviétiques dès 1944. Les communistes, alliés notamment aux sociaux-démocrates, rétablissent la Constitution de 1923 et le pays devient à nouveau une monarchie. Cela ne durera pas puisque le Parti communiste accapare de plus en plus le pouvoir et le roi Michel Ier doit abdiquer à la fin de l’année 1947.

Une constitution basée sur les modèles soviétique et yougoslave est adoptée en 1948, tournant définitivement le dos à la démocratie parlementaire. Une réforme constitutionnelle rapproche encore plus la Roumanie de l’URSS en 1952, avant que le dictateur Nicolae Ceausescu mette sur pied un régime communiste nationaliste après une nouvelle réforme constitutionnelle en 1965. La Roumanie connait alors un isolement international croissant, qui culmine au cours des années 1980.

En 1989, une révolution a lieu contre Nicolae Ceausescu, qui est exécuté le jour de Noël. Un régime transitoire est établi par le Front de salut national (FSN) jusqu’aux élections législatives et présidentielle de mai 1990. Le FSN remporte ces élections et une nouvelle Constitution est adoptée par référendum populaire en décembre 1991. Cette constitution républicaine comprend un parlement bicaméral et un président élu au suffrage universel.

Le FSN remporte à nouveau les élections législatives de 1992, avant de céder le pouvoir en 1996. Renommé en Parti social-démocrate de Roumanie, le FSN revient au pouvoir dès 2000. Les élections législatives ont, depuis lors, presque toujours été l’occasion de changements de gouvernements.

En 2007, la Roumanie a adhéré à l’Union européenne.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *