Histoire politique de la Slovaquie

Avant l’indépendance

Après avoir longtemps fait partie de l’Empire austro-hongrois, la Slovaquie est l’une des deux composantes de la Tchécoslovaquie créée en 1918, juste après la Première guerre mondiale. Les milieux catholico-nationalistes demandent, sans succès, une certaine forme d’autonomie pour la Slovaquie durant l’Entre-deux-guerres. Il faut attendre 1939 et l’occupation allemande de la partie tchèque du pays pour que la Slovaquie accède à l’indépendance.

En 1945, après la défaite de l’Allemagne nazie, la Tchécoslovaquie est recréée et, trois ans plus tard, les communistes s’emparent du pouvoir. L’occupation soviétique qui suit le Printemps de Prague de 1968 donne naissance à une fédération de type URSS, créant ainsi d’un parlement et d’un gouvernement slovaques au sein de la Tchécoslovaquie.

Le véritable pouvoir reste toutefois évidemment aux mains du Parti communiste tchécoslovaque jusqu’à la Révolution de velours de 1989 et aux premières élections libres qui se tiennent en 1990. Les discussions visant à renouveler le fédéralisme tchécoslovaque n’aboutissent pas pendant la brève première législature (1990-1992). En 1992, les partis politiques « autonomistes » gagnent les élections législatives en Slovaquie, tandis que ce sont des partis politiques plutôt centralisateurs qui l’emportent en Tchéquie.

Les négociations qui s’ensuivent entre Tchèques et Slovaques ne parviennent à nouveau pas à un accord et ils décident finalement de dissoudre la Fédération tchécoslovaque. La Slovaquie devient indépendante au début de l’année 1993, pacifiquement.

La Slovaquie indépendante

Les débuts de la jeune république slovaque sont marqués par un regain d’autoritarisme sous la houlette du Premier ministre Vladimir Meciar (1994-1998), ce dernier refusant par exemple de se plier à une décision de la Cour constitutionnelle ou forçant un député à démissionner. En 1998, l’opposition remporte les élections législatives, marquant ainsi un retour à davantage de démocratie et permettant l’adhésion du pays à l’Union européenne six ans plus tard. En 1999, le parlement modifie le mode d’élection du Président, jusque-là désigné par le Parlement et désormais élu au suffrage universel. Une autre réforme constitutionnelle, adoptée en 2001, renforce la séparation des pouvoirs et de l’État de droit.

Le paysage politique slovaque, d’abord instable comme celui de nombreux anciens pays communistes, commence à se stabiliser à partir du milieu des années 2000. Cette stabilisation est notamment marquée par l’absorption progressive des différentes composantes de la gauche slovaque par le parti Direction – Social-démocratie de Robert Fico. Ce dernier remporte les élections de 2006 dans ce qui a constitué la première victoire de la gauche en Slovaquie dans des élections libres depuis 1920.

Les sociaux-démocrates sont à leur tour battus en 2010 par une coalition de quatre partis de centre-droit, avant de revenir au pouvoir deux ans plus tard, cette fois avec la majorité absolue des sièges au parlement.

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *