Droit de vote des femmes en Europe

Si les femmes disposent désormais du droit de vote dans l’ensemble des pays européens, le chemin a été long. Il aura fallu environ un siècle pour que les femmes aient le même droit de vote que celui des hommes sur l’ensemble du continent. Si les Finlandaises ont obtenu des droits politiques égaux à ceux des hommes dès 1906, il faudra en effet attendre 1984 pour que le Liechtenstein fasse de même.

Dans la plupart des pays européens, les femmes ont obtenu le droit de vote de manière progressive, selon des critères variables. Elles l’ont ainsi souvent obtenu au niveau local avant le niveau national. Certains pays ont également fixé d’autres critères, que ce soit un âge supérieur à celui fixé pour les hommes, comme ce fut le cas au Royaume-Uni entre 1918 et 1928 ou un niveau d’éducation minimum exigé. Dans certains cas, des critères de richesse (propriétés terriennes, imposables) et de statuts sociaux (mariées ou non, par exemple) ont également joué.

Date d’obtention du droit de vote et d’éligibilité pour les femmes au niveau national:

La liste ci-dessous donne la date où les femmes ont obtenu le droit de vote et d’éligibilité au niveau national, sans aucunes restrictions.

  • 1906: Finlande.
  • 1913: Norvège.
  • 1915: Danemark, Islande.
  • 1917: Russie.
  • 1918: Allemagne, Autriche, Estonie, Lettonie, Pologne.
  • 1919: Luxembourg, Pays-Bas.
  • 1920: Albanie, Tchécoslovaquie.
  • 1921: Lituanie, Suède.
  • 1928: Irlande, Royaume-Uni.
  • 1934: Turquie.
  • 1938: Roumanie.
  • 1944: Bulgarie, France.
  • 1945: Yougoslavie.
  • 1946: Italie.
  • 1947: Malte.
  • 1948: Belgique (dès 1921 au niveau local)
  • 1952: Grèce.
  • 1958: Hongrie.
  • 1960: Chypre.
  • 1962: Monaco.
  • 1971: Suisse.
  • 1973: Andorre et Saint-Marin.
  • 1974: Portugal.
  • 1975: Espagne.
  • 1984: Liechtenstein.

3 réflexions au sujet de « Droit de vote des femmes en Europe »

  1. la chronologie du droit de vote plénier des femmes décrit à lui seul l’état d’avancement des pays européens; plus ils sont développés, humainement, et plus les femmes y ont voté tôt; et il décrit les options politiques des pays : plus ils sont de droite et plus les femmes y sont (étaient) réprimées dans leur droits (l’un des plus importants est celui du droit de vote, après celui de disposer librement de leur corps et de leur vie). on comprend que les fascismes portugais et espagnol n’avaient considéré les femmes que selon l’option conservatrice la plus archaïque. le cas du Liechtenstein décrit que l’État est d’abord celui d’un pays inféodé à la royauté. il est bizarre qu’aujourd’hui le premier ministre soit un gay marié, bizarre en ce sens que c’est révolutionnaire : nous attendons deux lesbiennes à la tête d’un gouvernement européens. mais ce sont des femmes, donc, on attendra longtemps. étant moi-même hétérosexuelle, je me demande quand nous aurons un Ennio di Lupo (ex-premier ministre-Belgique) ou un Maire de Paris comme Bertrand Delanoë, qui fit d’ailleurs fait un travail remarquable. je ne considère pas ces hommes comme des homosexuels mais comme des responsables qui ont agi avec la plus grande bonne foi et honnêteté. merci d’avoir lu. Pr Rita El Khayat

    • Bonjour et merci pour votre message. Pour information, l’ancienne Premier ministre islandaise Jóhanna Sigurdardottir (2009-2013) est considérée comme la première cheffe de gouvernement ouvertement lesbienne au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *