Elections en Albanie – Système électoral albanais

Cet article présente dans les grandes lignes les différents types d’élections qui sont organisées en Albanie. Le système électoral albanais ne comprend que deux types d’élections directes différentes: les élections législatives et les élections communales. Le président albanais est élu de manière indirecte par le parlement.

Mis à jour le 23.07.2016

Élection présidentielle en Albanie

Le Président de la République d’Albanie est élu de manière indirecte par le parlement. Le scrutin peut compter cinq tours au maximum. Un candidat doit obtenir les trois cinquièmes des voix pour être élu lors de l’un des trois premiers tours. Pendant les quatrième et cinquième tours de scrutin, un candidat doit obtenir la majorité absolue des voix pour être élu. Si aucun candidat n’est élu après cinq tours de scrutin, le parlement est dissout et de nouvelles élections législatives sont organisées et il est procédé à une nouvelle élection présidentielle selon les mêmes modalités.

Le Président de la République d’Albanie est élu pour une durée de cinq ans et ne peut pas effectuer plus de deux mandats. Il doit être âgé de 40 ans au moins, être de citoyenneté albanaise depuis sa naissance et avoir résidé en Albanie pendant les dix dernières années.

Élections législatives en Albanie

Les élections législatives ont lieu normalement tous les quatre ans en Albanie, même s’il arrive que des élections anticipées soient convoquées. Les Albanais élisent les 140 membres de l’Assemblée de l’Albanie, la chambre unique du parlement albanais, au système proportionnel. Les listes sont fermées.

Le pays est divisé en douze circonscriptions électorales constituées par les douze régions administratives. Les circonscriptions comptent entre quatre et trente-deux sièges en fonction de la population des circonscriptions. Un seuil électoral est fixé à 3% pour les partis au niveau des circonscriptions, ou à 5% pour les coalitions électorales. La taille parfois petite des circonscriptions crée toutefois de facto des seuils électoraux souvent bien supérieurs. La répartition des sièges se fait selon la méthode d’Hondt entre les différentes coalitions et selon la méthode de Sainte Laguë pour les partis politiques membres des coalitions.

Les droits de vote et d’éligibilité sont fixés à 18 ans et sont réservés aux citoyens albanais. Pour être candidat, il faut de plus avoir résidé en Albanie de manière permanente au cours des six mois précédents les élections. Enfin, les tribunaux peuvent priver des citoyens de leurs droits de vote et d’éligibilité (infractions à loi, emprisonnement, incapacité de discernement, etc.).

Les partis politiques non représentés au parlement pendant la législature précédente ou les coalitions disposant d’un nombre de sièges inférieur au nombre de partis politiques qui les composent doivent recevoir le soutien de respectivement 5000 et 7000 électeurs enregistrés pour pouvoir se présenter. Les candidats indépendants doivent être soutenus par au moins un pourcent des électeurs.

Les listes électorales doivent compter au moins 30% de représentants de chaque genre. Il doit y avoir au moins un homme et une femme parmi les trois premiers candidats de chaque liste.

Élections communales en Albanie

L’Albanie compte soixante-et-une communes (bashkia) dotées chacune d’un conseil et d’un maire, élus directement par la population pour un mandat de quatre ans :

  • Les conseils communaux sont élus au système proportionnel. Les listes sont fermées. Le nombre de membres varie entre 15 et 61 en fonction de la taille de la commune. Le nombre total de conseillers communaux se monte à 1’595. Le même seuil électoral s’applique pour les élections communales que pour les élections législatives: 3% pour les partis, 5% pour les coalitions électorales.
  • Les maires sont élus au système majoritaire à un tour.

Les listes électorales doivent comprendre un nombre égal de candidatures féminines et masculines et hommes et femmes doivent être placés en alternance sur les listes.

Les droits de vote et d’éligibilité sont fixés à 18 ans et sont réservés aux citoyens albanais. Les tribunaux peuvent par ailleurs priver des citoyens de leurs droits de vote et d’éligibilité dans certaines circonstances (infractions à loi, emprisonnement, incapacité de discernement, etc.).

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *