Élections législatives de septembre 2015 en Grèce

Des élections législatives anticipées ont eu lieu le 20 septembre 2015 en Grèce, huit mois après les dernières élections. Comme lors des élections de janvier 2015, Syriza (gauche de la gauche) l’a emporté et va probablement former une coalition gouvernementale avec les Grecs indépendants (ANEL, nationaliste). Syriza devance Nouvelle Démocratie (conservateur) environ sept points. La force des différentes formations politique est restée très stable par rapport au mois de janvier. Le principal changement est constitué par l’arrivée de l’Union des Centristes au parlement, une formation fondée en 1992 qui n’était jamais parvenue à entrer au parlement jusqu’ici.

Alexis Tsipras avait dû démissionner en août suite à la fronde d’une trentaine de députés de son parti contre le programme de réformes négocié avec les pays membres de la zone Euro. Vingt-cinq députés frondeurs avaient fondé entre temps un parti nommé Unité populaire, qui visait notamment la réintroduction du drachme à la place de l’Euro. Ce parti n’a pas eu le succès espéré par les frondeurs puisqu’il a manqué le quorum fixé à 3% et ne sera donc pas représenté au parlement. Tsipras devrait ainsi disposer théoriquement d’un groupe parlementaire plus homogène.

Résultats détaillés des élections législatives de septembre 2015

  • SYRIZA (gauche de la gauche), 35.5% des voix (-0.9%), 145 sièges (-4).
  • Nouvelle Démocratie (ND, conservateur), 28.1% des voix (+0.3%), 75 sièges (-1).
  • Aube dorée (néo-nazi), 7.0% des voix (+0.7%), 18 sièges (+1).
  • Mouvement socialiste panhellénique (PASOK, social-démocrate) – Gauche démocratique (DIMAR, socialiste), 6.3% des voix (+1.1%), 17 sièges (+4).
  • Parti communiste de Grèce (KKE), 5.6% des voix (+0.1%), 15 sièges (-).
  • La Rivière (centriste), 4.1% des voix (-2.0%), 11 sièges (-6).
  • Grecs indépendants (ANEL, droite populiste), 3.7% des voix (-1.1%), 10 sièges (-3).
  • Union des Centristes (EK, centriste), 3.4% des voix (+1.6%), 9 sièges (+9).
  • Unité populaire (gauche de la gauche), 2.9% des voix (+2.9%), 0 siège (-).

Taux de participation: 56.6% (-7.1%).

Système électoral

Les élections législatives ont lieu normalement tous les quatre ans en Grèce, même s’il n’est pas rare que des élections anticipées soient convoquées. Les Grecs élisent les 300 députés de leur parlement unicaméral (l’Assemblée hellénique) au système proportionnel dans 56 circonscriptions, 48 comptant plusieurs sièges et 8 un seul siège. Le système proportionnel grec est dit “renforcé”, car le parti arrivé en tête de l’élection remporte automatiquement un bonus de 50 sièges. Un parti peut donc obtenir la majorité absolue des sièges au parlement avec 39% des voix. Un quorum est fixé à 3%. Un candidat doit être âgé d’au moins 25 ans pour pouvoir se présenter.

Le leader du parti qui a obtenu la majorité absolue au parlement doit être nommé Premier ministre par le Président. Si aucun parti ne remporte la majorité absolue, des négociations ont lieu pour former un gouvernement.

Voir aussi