Elections en Italie

Cet article présente dans les grandes lignes les différents types d’élections qui sont organisées en Italie. Le système électoral italien comprend cinq types d’élections différentes: les élections européennes, législatives, régionales, provinciales et communales. Le président italien est élu de manière indirecte, par les deux chambres du parlement réunie.

Mis à jour le 19.09.2014

Élections européennes en Italie

L’Italie est membre de l’Union européenne depuis sa fondation et a donc participé à toutes les élections européennes qui se sont déroulées au suffrage universel depuis 1979. Les élections européennes ont lieu tous les cinq ans au système proportionnel, comme dans tous les pays de l’Union européenne.

L’Italie compte actuellement 73 députés européens et a mis en place cinq circonscriptions électorales, qui sont des regroupements de régions. La répartition des sièges entre les partis politiques est toutefois d’abord calculée au niveau national. Les sièges des différents partis sont ensuite attribués dans les différentes circonscriptions en tenant compte du poids des différents partis dans ces circonscriptions.

Un seuil électoral fixé à 4% a été introduit au niveau national. Les partis politiques représentants des minorités linguistiques sont exemptés du seuil électoral à la condition qu’ils soient apparentés à un parti ayant obtenu le seuil électoral et qu’ils aient obtenu eux-mêmes au moins 50’000 voix.

Les électeurs ont la possibilité d’exprimer des votes préférentiels pour trois des candidats de la liste qu’ils ont choisie. Le troisième vote de préférence est annulé si les électeurs ont choisi d’attribuer les votes préférentiels à trois candidats du même sexe.

Élections législatives en Italie

Les élections législatives ont lieu normalement tous les cinq ans en Italie, même s’il n’est pas rare que des élections anticipées soient convoquées. Les Italiens élisent les 630 membres de la Chambre des députés (chambre basse) et les 315 membres du Sénat (chambre haute) au système proportionnel. Le système électoral a été modifié pour la dernière fois en 2004 et devrait l’être à nouveau avant les prochaines élections.

Chambres des députés

Les membres de la Chambre des députés sont élus au système proportionnel dans 26 circonscriptions – les régions ou des subdivisions des plus grandes régions. Douze députés sont par ailleurs élus par les Italiens de l’étranger. Un quorum électoral existe au niveau national pour éviter un trop grand nombre de partis politiques: 10% pour les coalitions, 2% pour chaque parti politique membre d’une coalition et 4% pour chaque parti politique non membre d’une coalition. Finalement, un bonus est donné à la coalition ou au parti arrivé en tête de l’élection afin qu’il détienne au moins 340 sièges, soit la majorité absolue des sièges. Ce système est sensé assurer une certaine stabilité.

Sénat

Les membres du Sénat sont élus au système proportionnel dans les 20 régions italiennes. Six sénateurs sont par ailleurs élus par les Italiens de l’étranger. Les Sénateurs doivent être âgés de 40 ans au moins et seuls les citoyens de plus de 25 ans participent à l’élection. Un quorum électoral existe dans chaque région: 20% pour les coalitions, 3% pour chaque parti politique membre d’une coalition et 8% pour chaque parti politique non membre d’une coalition. Dans chaque région, le parti ou la coalition arrivé en tête reçoit automatiquement au moins 55% des sièges de la région. Là aussi, ce système est sensé assurer une certaine stabilité.

Élections régionales en Italie

L’Italie est divisée en vingt régions. Quinze d’entre elles sont nommées de régions à statut ordinaire tandis que cinq sont des régions à autonomie spéciale disposant de davantage de compétences.

Les électeurs de dix-neuf des vingt régions élisent tous les cinq ans les membres de leurs parlements régionaux au suffrage universel. Le Trentin-Haut-Adige est la seule région italienne où il n’y a pas d’élections régionales. Le Conseil régional y est en effet composé des 70 conseillers provinciaux des provinces du Trentin et de Bolzano. Toutes les élections régionales n’ont pas lieu en même temps, même si un grand nombre de régions à statut ordinaire organisent traditionnellement leurs élections simultanément.

Certaines régions, dotées d’une autonomie spéciale, disposent d’un parlement élu depuis la fin des années 1940. Les autres régions italiennes disposent d’un parlement élu depuis 1970 seulement. Une loi électorale adoptée en 1995 et valable pour les régions à statut ordinaire a créé un système où la coalition ou le parti politique qui remporte les élections obtient automatiquement une majorité absolue des sièges au conseil régional et où les présidents régionaux sont également élus directement par les citoyens. Depuis lors, les régions italiennes ont toutefois obtenu la possibilité d’adapter la loi électorale si bien qu’il y a désormais autant de systèmes électoraux que de régions.

Élections provinciales en Italie

L’Italie est divisée en 107 provinces. Toutes les régions italiennes sont divisées en provinces à l’exception de la Vallée d’Aoste dont les autorités régionales assument également les compétences provinciales. Le système électoral des provinces situées dans les quinze régions à statut ordinaire est défini au niveau national, tandis que celui des provinces situées dans les quatre régions autonomes (Frioul-Vénétie julienne, Sardaigne, Sicile et Trentin-Haut-Adige) est défini au niveau régional.

Élections provinciales dans les régions à statut ordinaire

De 1951 à 2013, les électeurs des provinces italiennes élisaient directement les membres des conseils provinciaux et les présidents de provinces pour des mandats de cinq ans. Ces élections ont été abolies en 2013 à la suite d’une réforme des provinces italiennes. Depuis 2014, les compétences des provinces italiennes ont été réduites et les conseils provinciaux, qui comptent désormais entre dix et seize membres, sont élus indirectement par les maires et les conseillers communaux de la province. L’élection a lieu selon le système proportionnel (méthode d’Hondt).

Élections communales en Italie

L’Italie compte actuellement 8092 communes, disposant toutes d’un parlement, le conseil communal, et d’un maire élus directement par la population. Dans les communes de moins de 15’000 habitants, la liste qui obtient le plus de voix obtient au moins deux tiers des sièges, le reste des sièges étant répartis au système proportionnel entre les listes battues. Dans les communes de plus de 15’000 habitants, un second tour est organisé si aucune liste n’obtient la majorité absolue au premier tour. La liste gagnante reçoit au moins le 60% des sièges, les 40% restant étant répartis entre les listes ayant récolté au moins 3% des voix. Des élections communales sont organisées chaque année en Italie, toutes ne renouvelant par leurs autorités en même temps.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *