Les élections cantonales neuchâteloises de 2013 auront lieu le 14 avril. Les citoyens du canton de Neuchâtel, situé dans l’ouest de la Suisse, sont appelés aux urnes pour élire les cinq membres de leur gouvernement – nommé Conseil d’État – et les 115 députés au Grand Conseil, le parlement cantonal. La législature 2009-2013 a été marquée par le rejet en votation populaire de plusieurs projets gouvernementaux et par la démission en cours de législature de deux des cinq Conseillers d’État élus en 2009. Pendant cette législature, la droite était majoritaire au gouvernement et la gauche était majoritaire au Grand Conseil.

Résultats des élections cantonales de 2013 à Neuchâtel!!!

Élection du Conseil d’État neuchâtelois

Système électoral

Le Conseil d’État neuchâtelois est le gouvernement du canton de Neuchâtel. Il est composé de cinq membres élus pour une durée de quatre ans au système majoritaire à deux tours, dans une seule circonscription électorale. Les candidats qui obtiennent la majorité absolue des voix au premier tour sont élus directement. Les autres doivent participer au second tour où les premiers arrivés obtiennent les sièges restés vacants à l’issue du premier tour.

Législature 2009-2013

Le Conseil d’État a été formé, durant la législature 2009-2013, de trois membres du Parti libéral-radical (PLR, libéral) et de deux membres du Parti socialiste (PSS, social-démocrate). Cette année, la situation est un peu particulière puisque un seul des Conseillers d’État élus en 2009 se représente: Philippe Gnaegi (PLR). Les autres ont soit démissionné en cours de législature (Jean Studer (PS) et Frédéric Hainard (PLR)), soit ne se représentent pas (Gisèle Ory (PS) et Claude Nicati (PLR au moment de son élection, désormais indépendant)).  Laurent Kurth (PS) et Thierry Grosjean (PLR), qui ont été élus en cours de législature pour remplacer Studer et Hainard, se représentent.

Candidats au Conseil d’État neuchâtelois

Au premier tour, le Parti socialiste, les Verts et le Parti ouvrier populaire (POP, extrême-gauche) présentent une liste commune de cinq noms, tandis que le Parti libéral-radical (PLR, libéral) présente lui aussi cinq candidats. L’UDC (droite populiste) présente le conseiller national Yvan Perrin. Enfin, SolidaritéS (extrême-gauche) présente deux candidats et le Parti démocrate-chrétien (PDC) trois.

  • Christian Blandenier, PLR.
  • Marianne Ebel, SolidaritéS.
  • Marc Eichenberger, PDC.
  • Philippe Gnaegi, PLR, sortant.
  • Thierry Grosjean, PLR, sortant.
  • Patrick Herrmann, Les Verts.
  • Nago Humbert, POP.
  • Andreas Jurt, PLR.
  • Jean-Nat Karakash, PS.
  • François Konrad, SolidaritéS.
  • Laurent Kurth, PS, sortant.
  • Monika Maire-Hefti, PS.
  • Vincent Martinez, PDC.
  • Yvan Perrin, UDC.
  • Alain Ribaux, PLR.
  • Laurent Suter, PDC.

N.B.: Le délai de dépôt des candidats est fixé au 25 février. D’autres candidatures peuvent donc venir encore s’ajouter à cette liste.

Élection du Grand Conseil neuchâtelois

Système électoral

Le Grand Conseil est composé de 115 députés élus par le peuple selon le système de la représentation proportionnelle. Les six districts du canton de Neuchâtel – Boudry, La Chaux-de-Fonds, Le Locle, Neuchâtel, Val-de-Ruz et Val-de-Travers – forment les circonscriptions électorales. Les sièges sont répartis entre les circonscriptions électorales en fonction de leur population, mais elles comptent au minimum 8 sièges.

Les listes ne sont pas bloquées et les électeurs peuvent donc tracer des candidats, ajouter des candidats d’autres listes ou prendre une liste sans dénomination et ajouter les candidats qui leur conviennent. Un quorum électoral est fixé à 10% au niveau des circonscriptions, chiffre élevé en comparaison européenne. Les partis politiques peuvent toutefois conclure des apparentements et il suffit alors que les listes apparentées aient, ensemble, atteint le quorum.

Nombre de sièges par district

La répartition des sièges par district pour la législature 2013-2017 est la suivante:

  • Neuchâtel, 35 sièges.
  • Boudry, 26 sièges.
  • La Chaux-de-Fonds, 26 sièges.
  • Val-de-Ruz, 11 sièges.
  • Le Locle, 9 sièges.
  • Val-de-Travers, 8 sièges.

Par rapport à la législature 2009-2013, le district de Neuchâtel a perdu un siège au profit du Val-de-Ruz.

Législatures 2009-2013

La gauche a détenu la majorité des sièges au Grand Conseil pendant la législature 2009-2013 avec 60 sièges sur 120. Les résultats détaillés des élections cantonales neuchâteloises de 2009 étaient les suivants:

  • Parti libéral-radical (PLR, libéral), 32.2% des voix (-0.3%), 41 sièges (+1).
  • Parti socialiste suisse (PSS, social-démocrate), 29.2% des voix (-3.7%), 36 sièges (-5).
  • Les Verts, 13.0% des voix (+2.9%), 14 sièges (+4).
  • Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), 12.5% des voix (-3.3%), 14 sièges (-3).
  • A gauche toute! (extrême-gauche), 7.7% des voix (+0.3%), 10 sièges (+3).
  • Parti démocrate-chrétien (PDC), 3.5% des voix (+2.7%), 0 siège (-).
  • Entente cantonale neuchâteloise (ECN, centriste), 1.1% des voix (+1.1%), 0 siège (-).
  • Parti évangélique populaire (PEV, centristes protestants), 0.8% des voix (+0.8%), 0 siège (-).

Candidats au Grand Conseil neuchâtelois en 2013

Les partis politiques représentés au Grand Conseil pendant la législature 2009-2013, à savoir le Parti libéral-radical (PLR), le Parti socialiste, les Verts, l’UDC, le Parti ouvrier populaire et SolidaritéS, présentent tous des candidats en 2013. A ces partis s’ajoutent, en tout cas, le Parti démocrate-chrétien (PDC), le Parti vert’libéral (nouveau, écologiste de centre-droite) et le Parti bourgeois-démocrate (PBD, nouveau, conservateur). Ces formations pourraient décrocher leurs premiers sièges à la faveur d’un apparentement qui devrait être conclu avec le PLR. Le délai de dépôt des candidatures est le 25 février. Des informations plus détaillées seront disponibles après cette date.

Droit de vote des étrangers à neuchâtel

Les étrangers au bénéfice d’une autorisation d’établissement et habitant le canton depuis au moins cinq ans bénéficient du droit de vote en matière cantonale dans le canton de Neuchâtel. Les étrangers ne sont en revanche pas éligibles.

Sources

  • Constitution de la République et Canton de Neuchâtel du 24 septembre 2000
  • Loi sur les droits politiques du 17 octobre 1984 (LDP).
  • Arrêté de convocation des électrices et électeurs pour l’élection du Grand Conseil et du Conseil d’État le 14 avril 2013.

Voir aussi