Nationalisme allemand en Autriche

Définition du nationalisme allemand

Le nationalisme allemand (Deutschnationalismus) est un courant politique autrichien, né au dix-neuvième siècle parmi les populations germanophones de l’Empire austro-hongrois. Les partisans du nationalisme allemand étaient favorables à des liens plus étroits avec l’Allemagne, voire à une incorporation de l’Autriche au sein d’une grande Allemagne, et défendaient souvent, parallèlement, des conceptions anticléricales et antisémites.

Plusieurs partis politiques ont représenté ce courant politique au file des décennies et ont généralement été qualifiés de Troisième camp, les deux premiers étant ceux des conservateurs catholiques et des sociaux-démocrates. En 1920, le Parti populaire grand allemand (GDVP) a rassemblé dix-sept groupements nationalistes allemands, incarnant justement ce troisième camp. En 1938, lorsque l’Anschluss (annexion de l’Autriche par l’Allemagne) est réalisée, le but historique des nationalistes allemands est atteint et ils sont absorbés au sein du parti nazi.

Le courant nationaliste allemand a été considérablement affaibli après la Seconde guerre mondiale et la restauration de l’indépendance autrichienne en raison justement de ses liens passés avec le nazisme. La Fédération des Indépendants (VdU) et le Parti autrichien de la liberté (FPÖ) qui lui a succédé sont certes considérés comme les héritiers de ce courant, mais ne défendent plus l’idée d’une Grande Allemagne. Ainsi, le FPÖ, qui a longtemps compté une aile nationaliste allemande et une aile libérale, s’en est progressivement éloigné, d’abord lorsque les libéraux ont triomphé au sein du parti dans les années 1980, puis lorsque Jörg Haider a misé sur une ligne nationaliste autrichienne, et non pan-allemande.

Voir aussi

Retour au lexique politique et électoral.