Anciens partis politiques italiens

Vous trouverez sur cette page des descriptions de nombreux anciens partis politiques italiens aujourd’hui disparus. La plupart des partis politiques français qui ont joué un rôle important depuis la fin de la Seconde guerre mondiale y sont évoqués. Vous trouverez sur une autre page la description des partis politiques italiens existants.

Alliance nationale (AN)

L’Alliance nationale (AN) était un parti politique italien, fondé en 1995 par la fusion du Mouvement social italien (MSI, néofasciste) et d’anciens membres de la Démocratie chrétienne. Cette fusion avait conduit les éléments les plus à droite du MSI à créer un nouveau parti politique néofasciste, la Flamme tricolore. L’Alliance nationale, au départ un parti politique nationaliste, s’est peu à peu recentré pour devenir un parti politique conservateur plus classique. Pendant toute son existence, l’Alliance nationale (AN) a été présidée par Gianfranco Fini et a été l’alliée du parti Forza Italia de Silvio Berlusconi. En 2008, Forza Italia et l’Alliance nationale se sont alliés pour former le Peuple de la Liberté, un parti politique créé formellement en 2009. L’Alliance nationale a alors été dissoute.

Alternative sociale (AS)

L’Alternative sociale (AS) était une fédération de partis politiques italiens, qui exista entre 2003 et 2006. L’Alternative sociale regroupait trois partis politiques néo-fascistes: Liberté d’Action, le parti d’Alessandra Mussolini, nièce de Benito Mussolini, Force nouvelle et le Front social national.

Centre chrétien-démocrate (CCD)

Le Centre chrétien-démocrate (CCD) était un parti politique italien, fondé en 1994 par des héritiers de la Démocratie chrétienne voulant faire alliance avec Forza Italia, le nouveau parti politique conservateur de Silvio Berlusconi. Une autre partie de la Démocratie chrétienne, regroupée au sein du Parti populaire italien (PPI), voulait créer une coalition électorale centriste. En 1996, après la chute du premier gouvernement de Silvio Berlusconi, le Centre chrétien-démocrate fit alliance avec les Chrétiens démocrates unis (CDU), un autre parti issu du PPI. En 2002, le Centre chrétien-démocrate, les Chrétiens démocrates unis et Démocratie européenne fusionnent pour créer l’Union des démocrates-chrétiens et du centre (UDC).

Chrétiens démocrates unis (CDU)

Les Chrétiens démocrates unis (CDU) étaient un parti politique italien, fondé en 1995 par des dissidents du Parti populaire italien (PPI) favorables à une alliance avec Silvio Berlusconi. En 1998, la CDU fusionne avec d’autres formations démocrates-chrétiennes et centristes pour former l’Union démocratique pour la République (UDR). En 1999 toutefois, l’UDR éclate et le CDU est recréé, se rapprochant à nouveau de Berlusconi. En 2002, les Chrétiens démocrates unis fusionnent avec le Centre chrétien-démocrate (CCD) et Démocratie européenne pour fonder l’Union des démocrates-chrétiens et du centre (UDC).

Démocrates de gauche (DS)

Les Démocrates de gauche (DS) étaient un parti politique italien, fondé en 1998 sur l’initiative de Massimo d’Alema. Les Démocrates de gauche sont issus d’une fusion du Parti des démocrates de la gauche (PDS) et de plusieurs autres petites formations de centre-gauche. Les Démocrates de gauche ont été le principal parti social-démocrate en Italie pendant son existence. En 2007, les Démocrates de gauche ont fusionné avec plusieurs partis de gauche et du centre – dont La Marguerite – pour créer le Parti démocrate (PD). Une partie de l’aile gauche du parti a refusé la fusion et a créé un nouveau parti, la Gauche démocratique.

Démocratie chrétienne (DC)

La Démocratie chrétienne (DC) était un parti politique italien, fondé en 1942 par Alcide de Gasperi et dissout 1994. Comme son nom l’indique, il s’agissait d’un parti politique démocrate-chrétien. La Démocrate chrétienne a été la force politique dominante de la seconde moitié du vingtième siècle, remportant toutes les élections législatives organisées entre 1946 et 1992. Elle a par ailleurs dirigé le gouvernement italien sans interruption entre 1948 et 1981. Déjà affaibli par des défaites électorales depuis la fin des années 1980, le parti – comme plusieurs autres grands partis politiques italiens – doit sa disparition à l’Opération Mains propres, une série d’enquêtes qui a visé, notamment, des hommes politiques au début des années 1990.

Démocratie prolétarienne (DP)

La Démocratie prolétarienne (DP) était un parti politique italien fondé en 1975 en tant que coalition électoral de plusieurs partis d’extrême-gauche, puis comme vrai parti politique en 1978. La Démocratie prolétarienne a été représentée au parlement italien entre 1976 et sa fusion, en 1991, dans le nouveau Parti de la refondation communiste.

Fédération de la Gauche (FdS)

La Fédération de la Gauche (FdS) était une fédération fondée en 2009 et comprenant quatre partis politiques italiens: le Parti de la Refondation communiste (PRC), le Parti des communistes italiens (PdCI), Socialisme 2000 et l’Association du 23 mars « Travail-Solidarité ». La Fédération était d’inspiration politique communiste, mais seul le Parti de la Refondation communiste était membre du Parti de la gauche européenne. La Fédération de la Gauche n’a jamais compté d’élus au niveau national, mais a compté une bonne vingtaine d’élus régionaux. La Fédération de la Gauche a été dissoute en 2012.

Forza Italia (FI)

Forza Italia (FI) était un parti politique italien fondé en 1994 par Silvio Berlusconi. Forza Italia était un parti politique conservateur, membre dès 1999 du Parti populaire européen (PPE). Forza Italia a remporté les élections législatives de 1994, permettant à Silvio Berlusconi de devenir Président du Conseil des Ministres en 1994-1995. Le parti a remporté à nouveau les élections législatives en 2001, restant au pouvoir cette fois-ci au pouvoir une législature complète. Forza Italia était la principale composante du Peuple de la Liberté, un nouveau parti de Silvio Berlusconi, créé en 2007 et officiellement fondé en 2009. Forza Italia est dissout en 2009, mais a été refondé en novembre 2013 par Silvio Berlusconi à partir du Peuple de la Liberté.

La Marguerite (LM)

La Marguerite (LM) était un parti politique italien, fondé en 2002 par la fusion du Parti populaire italien (PPI), de l’UDEUR, des Démocrates de Romano Prodi et du Renouveau italien (RI). La Marguerite était un parti politique centriste, membre du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR). En Italie, la Marguerite a toujours été alliée aux partis politiques de centre-gauche et est l’une des composantes qui a fusionné pour fonder le Parti démocrate (PD) en 2007.

Les Démocrates

Les Démocrates était un parti politique fondé en 1999 par Romano Prodi dans le but de créer un grand parti politique progressiste qui prendrait part à un système politique bi-partisan. Romano Prodi a été rejoint par plusieurs autres petits partis et a obtenu 7.7% des voix lors des élections européennes de 1999. En 2001, les Démocrates s’allièrent avec plusieurs partis politiques centristes, dont le Parti populaire italien (PPI), l’UDEUR et le Renouveau italien. En 2002, ces partis fusionnèrent pour créer La Marguerite.

Les Populaires d’Italie demain (PID)

Les Populaire d’Italie demain (PID) sont un parti politique italien fondé en 2010 après une scission de l’Union des démocrates-chrétiens et du centre (UDC). Ce parti politique démocrate-chrétien, qui compte actuellement un député et un député européen, a apporté son soutien au gouvernement de Silvio Berlusconi (2008-2011) alors que l’UDC était dans l’opposition. En octobre 2013, le parti a adhéré à Forza Italia.

Ligue lombarde (LL)

La Ligue lombarde (LL) était un parti politique italien fondé en 1984 par Umberto Bossi et actif en Lombardie. Fondée sous le nom de Ligue autonomiste lombarde, elle a pris son nom actuel en 1986. Lors des élections régionales de 1990, ce parti politique régionaliste et populiste arriva à la deuxième place, obtenant plus de 18% des voix. Une année plus tard, la Ligue lombarde participa à la création de la Ligue du Nord. La Ligue lombarde est encore aujourd’hui le nom de la section lombarde de la Ligue du Nord.

Liste pour Trieste (LpT)

La Liste pour Trieste (LpT) était un parti politique italien fondé en 1978 en protestation contre le Traité d’Osimo. Ce traité, conclu entre l’Italie et la Yougoslavie, entérinait la partition de la région de Trieste entre les deux pays. La Ligue pour Trieste était un parti politique régionaliste de centre-gauche.

Mouvement des républicains européens (MRE)

Le Mouvement des républicains européens (MRE) était un parti politique italien, fondé en 2001 lors d’une scission du Parti républicain italien (PRI). La cause de la scission était la volonté de la majorité du PRI de rompre son alliance avec le centre-gauche pour s’allier à Silvio Berlusconi. En 2007, le MRE participa à la fondation du Parti démocrate, mais y conserva son autonomie. Trois ans plus tard, le MRE quitta le Parti démocrate et fusionna à nouveau avec le Parti républicain italien en 2011.

Mouvement social italien (MSI)

Le Mouvement social italien (MSI) était un parti politique italien, fondé en 1946 par des partisans de Benito Mussolini. Le Mouvement social italien était un parti politique néo-fasciste qui a réuni entre 4 et 8% des voix entre le début des années 1950 et le milieu des années 1990. En 1995, le Mouvement social italien est transformé en Alliance nationale (AN, conservateur, nationaliste) sur l’initiative de Gianfranco Fini, président du MSI depuis 1987, afin de créer une force politique plus respectable. Une minorité opposée à cette transformation créa alors la Flamme tricolore.

Nouveau Parti socialiste italien (Nuovo PSI)

Le Nouveau Parti socialiste italien (Nuovo PSI) était un parti politique italien, fondé en 2001 par la fusion du Parti socialiste et de la Ligue socialiste. Le Nouveau Parti socialiste italien était un parti politique de centre-gauche, qui fut cependant l’allié, pendant la plus grande partie de son histoire, de la coalition de centre-droite de Silvio Berlusconi. En 2009, le Nouveau Parti socialiste italien fusionna, notamment, avec Forza Italia et l’Alliance nationale pour former le Peuple de la Liberté (PdL).

Pacte des démocrates

Le Pacte des démocrates était une coalition électorale italienne fondée en mars 1995 par les Socialistes italiens, le Pacte Segni et l’Alliance démocratique. Cette coalition de centre-gauche fut active uniquement lors des élections régionales de 1995 lors desquelles elle s’allia avec les partis politiques de centre-gauche.

Parti communiste italien (PCI)

Le Parti communiste italien (PCI) était un parti italien, fondé en 1921 lors d’une scission du Parti socialiste italien. D’abord nommé Parti communiste d’Italie, il a pris le nom de Parti communiste italien en 1943. Comme son nom l’indique, le PCI était un parti politique marxiste, membre du Komintern. Dans l’après-guerre, le Parti communiste italien est devenu le plus grand parti de gauche et le deuxième parti politique du pays, derrière la Démocratie chrétienne. Il a ainsi été le plus grand parti communiste d’Europe occidentale, réunissant jusqu’à un tiers de l’électorat. Le PCI a rompu avec Moscou en 1979, en raison du soutien apporté par la sécurité tchèque aux Brigades rouges et de l’invasion de l’Afghanistan. En 1991, le Parti communiste italien s’est séparé en deux, la majorité fondant le Parti de la gauche démocratique, une formation de gauche non-marxiste, et une minorité créant le Parti de la Refondation communiste, plus orthodoxe.

Parti démocrate de la gauche (PDS)

Le Parti démocrate de la gauche (PDS) était un parti politique italien, fondé en 1991 par la majorité des membres du Parti communiste italien (PCI) dans le but de créer un parti socialiste démocratique, et non plus un parti marxiste. L’aile gauche du PCI créa, elle, le Parti de la Refondation Communiste (PRC). Le Parti démocrate de la gauche (PDS) conduisit, sans succès, la coalition de gauche contre Silvio Berlusconi en 1994, puis participa au gouvernement de Romano Prodi dès 1996. En 1998, sur l’initiative de son secrétaire Massimo d’Alema, le PDS devint les Démocrates de gauche, un parti politique social-démocrate.

Parti démocratique italien d’unité monarchiste (PDIUM)

Le Parti démocratique italien d’unité monarchiste (PDIUM) était un parti politique italien, fondé en 1959 sur la base du Parti démocratique italien. Le PDIUM ne parvint pas à atteindre les scores atteints par les partis politiques monarchistes des années 1940 et 1950 et dut au contraire affronter une baisse continue de son électorat. En 1972, le Parti démocratique italien d’unité monarchiste fusionna avec le Mouvement social italien (MSI), un parti politique néo-fasciste.

Parti d’unité prolétarienne (PdUP)

Le Parti d’unité prolétarienne (PdUP) était un parti politique italien, fondé en 1971 par des dissidents de deux petits partis politiques de gauche. Le Parti d’unité prolétarienne était un parti politique communiste et socialiste. En 1984, le PdUP fusionna avec le Parti communiste italien (PCI).

Parti libéral italien (PLI)

Le Parti libéral italien (PLI) était un parti politique italien, fondé en 1922, peu avant la prise de pouvoir par les fascistes. Le Parti libéral italien – d’orientation libérale et conservatrice – a été refondé en 1943 par Benedetto Croce. Le Parti libéral italien, bien que n’atteignant jamais la barre des 10%, a été représenté au parlement national sans interruption de 1946 à sa dissolution en 1994. Il a participé à plusieurs gouvernements dirigés par la Démocratie chrétienne, notamment à la fin des années 1940 et pendant les années 1980. Le parti – comme plusieurs autres partis politiques italiens – doit sa disparition à l’Opération Mains propres, une série d’enquêtes qui a visé, notamment, des hommes politiques au début des années 1990.

Parti populaire italien (PPI)

Le Parti populaire italien (PPI) était un parti politique italien, fondé en 1994 par l’aile centriste de la Démocratie chrétienne. Refusant de faire alliance avec Forza Italia, le parti politique conservateur de Silvio Berlusconi, le PPI forma une coalition centriste avec le Pacte Segni pour les élections législatives de 1994. Défait tant par la gauche que par la droite, le Parti populaire italien (PPI) fit ensuite alliance avec les partis de gauche et participa au gouvernement Prodi en 1996. En 2001, le PPI fit alliance avec plusieurs partis politiques centristes, dont les Démocrates de Romano Prodi et le Renouveau italien de Lamberto Dini. En 2002, ces trois partis fusionnèrent pour créer La Margherita, un nouveau parti politique centriste.

Parti socialiste italien (PSI)

Le Parti socialiste italien (PSI) était un parti politique italien, fondé en 1892 par des délégués issus de différents partis et associations de travailleurs. Ce parti politique socialiste a atteint son meilleur résultat en 1919 avec 32.0% des voix, mais a été affaibli deux ans plus tard par la fondation du Parti communiste italien (PCI). Après la fin de la Seconde guerre mondiale et de la dictature fasciste, le Parti socialiste italien n’a plus été, à partir de 1948, que le second parti de la gauche italienne, loin derrière les communistes. A partir de 1963, le Parti socialiste italien a participé à de nombreux gouvernements sous la direction de Premiers ministres démocrates-chrétiennes. Comme d’autres partis politiques italiens, le PSI doit sa disparition en 1994 à l’Opération Mains propres, une série d’enquêtes qui a visé, notamment, des hommes politiques au début des années 1990.

Parti socialiste italien d’unité prolétarienne (PSIUP)

Le Parti socialiste italien d’unité prolétarienne (PSIUP) a été fondé en 1964 par une scission sur l’aile gauche du Parti socialiste italien (PSI). Les fondateurs du Parti socialiste italien d’unité prolétarienne critiquaient la collaboration entre le PSI et la Démocratie chrétienne et souhaitaient en revanche une coopération renforcée avec le Parti communiste italien (PCI). En 1972, après une défaite électorale, le PSIUP fut dissout, la majorité des membres rejoignant le PCI tandis qu’une minorité retournait au PSI.

Renouveau italien (RI)

Le Renouveau italien (RI) était un parti politique italien fondé en 1996 par Lamberto Dini. Le Renouveau italien était un parti politique centriste et libéral qui rejoignit l’Olivier et participa au gouvernement de centre-gauche de Romano Prodi entre 1996 et 2001. En 2002, le Renouveau italien s’unit avec d’autres formations politiques pour créer La Margherita, un nouveau parti politique centriste.

Socialistes démocrates italiens (SDI)

Les Socialistes démocrates italiens (SDI) étaient un parti politique italien fondé en 1998 par une fusion de plusieurs petits partis politiques de centre-gauche, dont les Socialistes italiens (SI), héritiers directs du Parti socialiste italien (PSI). Le parti s’est d’abord allié aux Verts pour les élections de 2001, puis aux radicaux pour celles de 2006. En 2007, une partie du parti a rejoint le nouveau Parti démocrate (PD), tandis qu’une partie s’alliait à d’autres petites formations pour fonder à nouveau, en 2009, un Parti socialiste italien.

UDEUR – Popolari per il Sud

UDEUR – Popolari per il Sud était un parti politique italien fondé en 1999, par d’anciens membres de l’éphémère Union démocratique pour la république de Francesco Cossiga. L’UDEUR était un parti politique d’inspiration démocrate-chrétienne, membre du Parti populaire européen. Longtemps allié à la coalition de centre-gauche, l’UDEUR s’est rapproché des autres partis politiques centristes, après une brève alliance avec le Peuple de la Liberté qui lui a permis d’obtenir un siège au Parlement européen en 2009. L’UDEUR n’a plus été représenté au parlement italien depuis les élections de 2008, mais comptait toujours une poignée de conseillers régionaux. En décembre 2013, l’UDEUR a rejoint Forza Italia et s’est donc dissoute.

Union piémontaise (UP)

L’Union piémontaise (UP) était un parti politique italien, fondé en 1981 par Roberto Gremmo, un ancien membre du Parti communiste italien (PCI). L’Union piémontaise était un parti politique régionaliste qui obtint un siège lors des élections régionales de 1990. En 1992, l’Union piémontaise se transforma brièvement en Ligue alpine du Piémont (LAP), mais disparut peu après.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *