Partis politiques allemands

Le paysage politique de l’Allemagne a longtemps été relativement stable, puisque trois des cinq principaux partis politiques allemands ont été représentés sans interruption au parlement allemand entre 1949 et 2013, date de la sortie des libéraux du FDP du parlement. Ces dernières toutefois, la volatilité de l’électorat allemand s’est accrue. L’Allemagne a été gouvernée entre 2009 et 2013 par une coalition réunissant les démocrates-chrétiens de la CDU et de la CSU ainsi que les libéraux du FDP, sous l’autorité de la chancelière Angela Merkel. Depuis les élections de 2013, une grande coalition regroupant la CDU d’Angela Merkel, la CSU bavaroise et le SPD est à nouveau en place.

Mis à jour le 03.07.2016

Partis politiques allemands représentés au Parlement fédéral

CDU – Union chrétienne-démocrate d’Allemagne

La CDU a été fondée en 1945, peu après la fin de la Seconde guerre mondiale, à l’initiative, notamment, de nombreux anciens membres du parti démocrate-chrétien Zentrum qui était actif avant le nazisme. Contrairement au Zentrum, la CDU ne réunit pas seulement des catholiques, mais également des protestants, ce qui lui permet d’être influente dans l’ensemble du pays (Bavière exceptée comme nous le verrons plus bas). Membre du Parti populaire européen et traditionnellement très pro-européenne, la CDU est un parti démocrate-chrétien classique. Grand parti populaire, elle comprend aussi bien une aile économique qu’une aile plus sociale. Trois hommes issus de la CDU – Konrad Adenauer, Ludwig Erhard et Kurt Georg Kiesinger – se sont succédés à la chancellerie allemande entre 1949 et 1969. La CDU est ensuite revenue au pouvoir entre 1982 et 1998 avec Helmut Kohl et depuis 2005 avec Angela Merkel. La CDU est traditionnellement représentée dans tous les parlements régionaux allemands, sauf en Bavière où c’est la CSU (voir plus bas) qui représente la démocratie chrétienne. La CDU a obtenu environ 28% des voix à toutes les élections depuis 1998, alors qu’elle obtenait 35% des voix en moyenne depuis la Seconde guerre mondiale. Le Bade-Wurtemberg, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat ont été des fiefs de la CDU pendant des décennies, même si la situation a progressivement changé après la chute du mur de Berlin.

www.cdu.de

SPD – Parti social-démocrate d’Allemagne

Le SPD, fondé en 1863, est le plus ancien parti politique d’Allemagne. Membre du Parti socialiste européen, il a renoncé au marxisme et accepté l’économie de marché dès 1959. D’abord plutôt hostile à l’intégration européenne dans les années 1950, il a ensuite changé de position et est désormais considéré comme pro-européen. Trois sociaux-démocrates ont occupé le poste de chanceliers depuis la guerre: Willy Brandt de 1969 à 1974, Helmut Schmidt de 1974 à 1982 et Gerhard Schröder de 1998 à 2005. Le SPD, qui a obtenu jusqu’à 46% des voix en 1972, a connu un certain déclin depuis et a obtenu son plus mauvais résultat depuis 1945 lors des élections fédérales de 2009 avec 23% des voix seulement. Certains Länder ont été des fiefs du SPD presque sans interruption entre 1945 et la chute du mur de Berlin: Brême, Hambourg, la Hesse et, depuis 1967 la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Brême l’est encore aujourd’hui. Le SPD participe depuis 2013 à une coalition gouvernementale avec la CDU et la CSU.

www.spd.de

Die Linke – La Gauche

La Gauche a été fondée en 2007 par la fusion du Parti du socialisme démocratique (PDS), l’héritier du parti unique de la République démocratique allemande, et de l’Alternative électorale travail et justice sociale (WASG), réunissant des représentants de l’extrême-gauche et d’anciens sociaux-démocrates de l’Allemagne de l’ouest. Suivant une politique résolument socialiste, La Gauche est membre du Parti de la gauche européenne, à l’image du Parti communiste français. Le parti réalise ses meilleurs scores dans les Länder de l’ancienne Allemagne de l’Est et en Sarre où Oskar Lafontaine, ancien président du SPD, a rejoint La Gauche. Le parti a obtenu 12% des voix lors des élections fédérales de 2009, un score jamais obtenu par un parti d’extrême-gauche allemand depuis 1945, puis est redescendu sous la barre des 10% en 2013. La Gauche n’a jamais participé à un gouvernement fédéral ou à un gouvernement d’un ancien Land d’Allemagne de l’Ouest, le parti ne se distanciant pas assez de l’ancienne dictature est-allemande aux yeux des autres partis.

www.die-linke.de

Alliance 90 / Les Verts

Les Verts allemands ont été fondés 1980 par différentes listes régionales créées dès 1977. Ils sont, en comparaison avec les autres partis écologistes dans le monde, parmi ceux qui rencontrent le plus de succès. Ils occupent ainsi les mairies de plusieurs grandes villes, comme Stuttgart, Fribourg-en-Brisgau ou Darmstadt, et dirigent même depuis le mois de février 2011 le Land du Bade-Wurtemberg, une région de plus de 10 millions d’habitants. Ils ont également participé, entre 1998 et 2005, au gouvernement rouge-vert de Gerhard Schröder, Joschka Fischer en étant notamment le populaire Ministre des affaires étrangères. Les Verts allemands ont obtenu le meilleur résultat de leur histoire lors des élections fédérales de 2009, avec 10.7% des voix, alors qu’ils obtenaient jusque-là entre 5% et 8% des voix, mais sont redescendus autour des 8% en 2013. Les Verts allemands sont membres du Parti vert européen.

www.gruene.de

CSU – Union chrétienne-sociale

La CSU est régulièrement qualifiée de “petite soeur” de la CDU. Fondée au début de l’année 1946, peu après la fin de la Seconde guerre mondiale, elle poursuit la tradition du Parti populaire bavarois (BVP) d’avant-guerre, et représente la démocratie chrétienne en Bavière, un Land du sud-est de l’Allemagne. Tout comme la CDU, elle est membre du Parti populaire européen. Active uniquement en Bavière, elle défend de manière sourcilleuse les intérêts et les compétences du Land, sans toutefois avoir de revendications autonomistes ou indépendantistes. Au niveau fédéral, le poids relatif de la CSU a évidement diminué avec la réunification de l’Allemagne, mais, en raison de l’importance de la Bavière, elle reste un partenaire de gouvernement incontournable pour la CDU.

Au niveau fédéral, la CSU a ainsi participé à tous les gouvernements de la CDU, même si quelques différences programmatiques les séparent. La CSU est ainsi un peu plus conservatrice et un peu moins europhile que la CDU. Ces différences peuvent parfois donner lieu à d’importantes tensions, comme en 1976 lorsque la CSU a décidé de quitter le groupe parlementaire commun avec la CDU (une séparation qui ne durera qu’un mois) ou, plus récemment, pendant la crise migratoire de 2015-2016, lorsque la CSU a demandé l’introduction d’un quota annuel d’immigration.

La CSU est au pouvoir en Bavière depuis la guerre, réussissant même l’exploit d’obtenir systématiquement la majorité absolue des sièges au parlement régional de 1962 à 2008 puis à nouveau depuis 2013, et ce alors même que le parlement est élu au système proportionnel.

www.csu.de

Partis politiques allemands non représentés au parlement fédéral

Alternative pour l’Allemagne – AfD

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD) est un parti politique allemand fondé en février 2013. L’Alternative pour l’Allemagne demande un abandon progressif de l’Euro, la monnaie unique européenne. Lors de sa première participation à des élections, en septembre 2013, l’Alternative pour l’Allemagne a obtenu 4.7% des voix aux élections législatives et 4.0% aux élections régionales en Hesse. En 2014, l’Alternative pour l’Allemagne a obtenu 7.0% des voix aux élections européennes, puis est entrée dans une série de parlements régionaux, dont le Brandebourg, le Saxe et le Thuringe. L’AfD a connu une grave crise durant l’été 2015, son fondateur Bernd Lucke et de nombreux autres représentants de l’aile libérale quittant le parti pour créer l’Alliance pour le progrès et le renouveau (ALFA) suite à la victoire de l’aile de droite populiste lors d’élections internes au parti. La crise migratoire qui a particulièrement affecté l’Allemagne à l’automne 2015 a toutefois donné un nouvel élan à l’AfD. En mars 2016, l’AfD a engrangé d’importants succès lors des élections régionales au Bade-Wurtemberg, en Rhénanie-Palatinat et en Saxe-Anhalt, obtenant un quart des voix dans cette dernière région.

www.alternativefuer.de

Alliance pour le progrès et le renouveau (ALFA)

L’Alliance pour le progrès et le renouveau (ALFA) est un parti politique allemand fondé en juillet 2015 par Bernd Lucke, ancien président de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD). L’Alliance pour le progrès et le renouveau est un parti politique libéral eurosceptique. Cinq des sept députés européens de l’AfD ont rejoint ALFA, tout comme quelques élus dans les parlements régionaux. Ce parti n’est toutefois pas parvenu à décoller lors des élections qui se sont tenues dans trois régions en mars 2016, obtenant environ 1% des voix.

www.neustart2015.de

Parti national-démocrate d’Allemagne – NPD

Le Parti national-démocrate d’Allemagne est un parti politique d’extrême-droite fondé en 1964. Considéré comme l’héritier des nationaux-socialistes par nombre d’observateurs, le NPD n’est pas représenté au parlement fédéral, les 1.2% qu’il a obtenu lors des dernières élections ne suffisant pas à y entrer. Il est en revanche représenté au parlement du Mecklembourg-Poméranie occidentale en ancienne Allemagne de l’Est. Bénéficiant de l’abolition du quorum électoral, le NPD a obtenu un siège lors des élections européennes de 2014, mais a en revanche été éjecté du parlement de Saxe.

Électeurs libres – FW

Les Électeurs libres (Freie Wähler) sont une confédération de groupements locaux d’indépendants siégeant au Parlement européen avec l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe. Ces groupements locaux, actifs essentiellement au niveau local, occupent des positions importantes dans les villes et les villages, notamment dans le sud du pays. Suivant essentiellement une politique bourgeoise, les Électeurs libres se veulent toutefois en dehors des clivages politiques traditionnels. En plus des nombreux groupes au sein des parlements communaux, les Électeurs libres sont représentés depuis 2008 au sein du Parlement du Land de Bavière.

www.freiewaehler.eu

FDP – Parti libéral-démocrate

Le FDP, fondé en 1948, est un parti libéral classique, membre de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe. Il a été créé par d’anciens membres du Parti démocratique allemand (DDP) et du Parti du peuple allemand (DVP), deux partis politiques libéraux actifs sous la République de Weimar. Véritable faiseur de roi de la politique allemande, le FDP a été le junior partner de presque tous les gouvernements allemands de 1949 à 1998, qu’ils soient de droite ou de gauche. Hans-Dietrich Genscher a été ainsi Ministre des affaires étrangères tant sous le social-démocrate Helmut Schmidt que sous le démocrate-chrétien Helmut Kohl. Obtenant traditionnellement entre 6% et 10% des voix, il a réalisé le meilleur score de son histoire lors des élections fédérales de 2009 en obtenant 14.6% des voix. Formant ensuite une coalition gouvernementale avec la CDU et la CSU, il n’a cessé de chuter dans les sondages par la suite et n’est plus représenté au parlement fédéral depuis les élections législatives de 2013, pour la première fois depuis 1949.

www.fdp.de

Fédération des électeurs du Schleswig du Sud – SSW

Le SSW est un parti politique actif uniquement dans le Land du Schleswig-Holstein, tout au nord de l’Allemagne. Occupant trois des 69 sièges du parlement régional, il représente les intérêts de la minorité danoise, forte d’environ 50’000 personnes. Membre de l’Alliance libre européenne comme nombre d’autres partis régionalistes, le SSW suit une politique de centre-gauche. Depuis 2012, le SSW participe pour la première fois à une coalition gouvernementale au niveau régional, sous la direction du social-démocrate Torsten Albig. Il ne souhaite plus un rattachement de Schleswig au Danemark. Le Schleswig-Holstein a appartenu au Danemark jusqu’en 1864.

www.ssw.de

Parti bavarois – BP

Le Parti bavarois (BP) est un parti politique allemand fondé en 1946. Le Parti bavarois est un parti politique régionaliste qui demande que la Bavière sorte de la République fédérale d’Allemagne (RFA). Il a été représenté au parlement bavarois entre 1950 et 1966, mais n’a plus jamais atteint le quorum depuis lors. Il ne compte désormais plus qu’une trentaine d’élus locaux, dont un au parlement de la ville de Munich. Lors des élections dans les districts bavarois de 2013, le Parti bavarois a connu un regain de popularité et accru sa représentation. Il est membre de l’Alliance libre européenne (ALE), même s’il suit une ligne politique plus conservatrice que la plupart des autres partis qui en sont membres.

www.bayernpartei.de

Parti des familles

Le Parti des familles est un parti politique allemand fondé en 1981 en Bavière. Issu d’un mouvement souhaitant que les femmes se consacrent à l’éducation des enfants plutôt qu’à une carrière professionnelle, le Parti des familles est un parti politique conservateur. Le Parti des familles n’a jamais été représenté au Bundestag ou même dans un parlement régional, mais a obtenu un siège au parlement européen en 2014. Il a rejoint le groupe de l’Alliance des conservateurs et réformistes européens (conservateurs eurosceptiques).

www.famillien-partei.de

Parti de la protection des animaux

Le Parti Être humain Environnement Protection des animaux – traditionnellement nommé plus simplement Parti de la protection des animaux – est un petit parti politique. Ce parti politique écologiste, fondé en 1993, n’a jamais réussi à entrer dans un parlement régional – ni d’ailleurs au parlement national. Il compte en revanche quelques élus locaux et, depuis 2014, d’un élu au Parlement européen. Ce député européen a toutefois quitté son parti au 31 décembre 2014 et siège désormais en tant qu’indépendant au sein du groupe de la Gauche unie européenne.

www.tierschutzpartei.de

Parti écologiste-démocratique – ÖDP

Le Parti écologiste-démocratique (ÖDP) est un parti politique allemand fondé en 1982. Le Parti écologiste-démocratique est un parti politique écologiste, mais situé au centre/centre-droite de l’échiquier politique allemand, contrairement aux Verts qui sont clairement marqués à gauche. Le Parti écologiste-démocratique est un petit parti qui n’a jamais accédé au parlement fédéral allemand ou même à un parlement régional, mais qui compte environ 400 élus locaux, notamment au Bade-Wurtemberg, en Rhénanie-Palatinat et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, et qui a obtenu son premier siège de député européen en 2014, bénéficiant de l’abolition du quorum électoral.

www.oedp.de

Parti pirate allemand

Le Parti pirate allemand a été fondé en 2006 sur le modèle du Parti pirate suédois. Ne rencontrant d’abord qu’un succès limité, il a véritablement décollé dans les sondages dans le courant de l’année 2011. Le parti a fait son entrée au parlement régional de Berlin en automne 2011, puis dans les parlements régionaux de Sarre, du Schleswig-Holstein et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie au printemps 2012. A la fin du mois de mars 2012, ils étaient crédités de 7% des intentions de vote au niveau national, ce qui leur permettrait d’être représentés au Bundestag, la chambre basse du parlement national, mais ont ensuite chuté rapidement et n’ont plus obtenu que 2.2% des voix lors des élections législatives de septembre 2013. En 2014, le Parti pirate a obtenu un siège au Parlement européen, bénéficiant de l’abolition du quorum électoral.

www.piratenpartei.de

Républicains – REP

Les Républicains (REP) sont un parti politique allemand fondé en 1983 par des dissidents de l’Union chrétienne-sociale (CSU). Les Républicains sont un parti politique très marqué à droite, qui a été placé sous surveillance par l’Office fédéral de protection de la constitution entre 1992 et 2007. Si les Républicains n’ont jamais eu d’élus au parlement fédéral, ils ont été représentés au parlement du Bade-Wurtemberg entre 1992 et 2001 et à celui de Berlin entre 1989 et 1990. Ils ont également compté six députés européens entre 1989 et 1994. Il ne leur reste désormais plus que des mandats locaux.

www.rep.de

Zentrum

Le Zentrum (Centre) est un petit parti politique allemand fondé en 1870 pour représenter les catholiques dans la vie politique allemande. Le Zentrum a été, jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Hitler en 1933, l’un des principaux partis politiques allemands. Le Zentrum s’est reconstitué après la Seconde guerre mondiale et a été représenté au Bundestag entre 1949 et 1957 ainsi que dans plusieurs parlements régionaux à cette époque. Il a toutefois rapidement perdu de son importance et ne compte plus désormais que quelques mandats communaux.

Anciens partis politiques allemands

50 Plus – L’Alliance des générations

50 Plus – L’Alliance des générations était un parti politique allemand fondé en 2004 et dissout en 2009. 50 Plus suivait une ligne politique populiste de droite, fondé par un ancien président des Républicains en Bavière. Le parti n’a jamais obtenu d’élus régionaux ou fédéraux.

Alternative électorale travail et justice sociale – WASG

L’Alternative électorale travail et justice sociale (WASG) était un parti politique allemand fondé en 2004 par des syndicalistes et des membres du SPD déçus par la politique du gouvernement de Gerhard Schröder. La WASG suivait une ligne politique socialiste, se situant sur la gauche du SPD. En 2007, la WASG a fusionné avec le Parti du socialisme démocratique (PDS) pour fonder La Gauche.

Bloc des réfugiés – GB/BHE

Le Bloc des réfugiés (GB/BHE) était un parti politique allemand fondé en 1951 et  dissout une dizaine d’années plus tard. Le Bloc des réfugiés était un parti politique de droite visant la défense des Allemands des pays d’Europe centrale et orientale déplacés en Allemagne à l’issue de la Seconde guerre mondiale. Représenté au parlement fédéral (Bundestag) entre 1953 et 1957, il a également compté des représentants dans de nombreux parlements et gouvernements régionaux. Nombre de ses membres ont rejoint la CDU à la fin des années 1950.

Ligue de reconstruction économique – WAV

La Ligue de reconstruction économique (WAV) était un parti politique allemand fondé en 1945 par Alfred Loritz. Représenté tant au parlement fédéral qu’au parlement bavarois, la WAV était un parti populiste soutenu notamment par les réfugiés provenant des anciens territoires de l’Est. Miné par des querelles intestines, le parti a disparu en 1953.

Parti allemand – DP

Le Parti allemand (DP) était un parti politique allemand fondé en 1946 et dissout en 1980. Le Parti allemand était un parti national-conservateur, luttant contre le communisme, le socialisme et l’économie planifiée. Il s’est notamment engagé pour les anciens soldats de la Wehrmacht et pour les nombreux allemands chassés des pays d’Europe centrale et orientale. Le Parti allemand a été représenté au parlement fédéral (Bundestag) de 1949 à 1961 et a également participé, de 1949 à 1960, au gouvernement du chancelier démocrate-chrétien Konrad Adenauer.

Parti communiste d’Allemagne (KPD)

Le Parti communiste d’Allemagne (KPD) était un parti politique allemand fondé en 1918 et interdit définitivement en 1956, après avoir été interdit une première fois entre 1933 et 1945. Le Parti communiste d’Allemagne était, comme son nom l’indique, un parti politique marxiste. Il a joué un rôle important pendant la République de Weimar (1919-1933), jusqu’à 16% des voix en 1932. Après la Seconde guerre mondiale, le KPD a été représenté au parlement fédéral allemand (Bundestag) entre 1949 et 1953, ainsi que dans plusieurs parlements régionaux jusqu’à son interdiction en 1956 en raison de son incompatibilité avec la Constitution allemande.

Parti conservateur allemand – Parti allemand de droite DKP-DRP

Le Parti conservateur allemand – Parti allemand de droite (DKP-DRP) était un parti politique fondé en 1946 dans la zone d’occupation britannique par la fusion du Parti de la reconstruction allemande (DAP) et du Parti conservateur allemand (DKP). Le DKP-DRP, qui suivait une ligne politique très conservatrice, a obtenu quelques sièges lors des élections législatives de 1949, mais n’a ensuite plus siégé dans aucun parlement national ou régional.

Parti impérial allemand – DRP

Le Parti impérial allemand (DRP) était un parti politique allemand fondé en 1950 par la fusion de petits partis de Basse-Saxe et de Hesse. Le Parti impérial allemand a suivi une ligne politique nationaliste et demandait le rétablissement de l’Empire allemand tel qu’il avait été créé par Otto von Bismarck. En 1964, le Parti impérial allemand a été l’une des composantes du nouveau  Parti national-démocrate d’Allemagne (NPD). Il s’est dissout une année plus tard.

Parti de l’offensive du droit et de l’ordre – PRO

Le Parti de l’offensive du droit et de l’ordre (PRO) était un parti politique allemand, fondé en l’an 2000 et dissout en 2007. Le Parti de l’offensive du droit et de l’ordre, fondé par le juge hambourgeois Ronald Schill, était un parti de droite populiste. Ce parti a siégé au parlement du Land de Hambourg de 2001 à 2004 et a participé au gouvernement régional du démocrate-chrétien Ole von Beust.

Parti de tous les Allemands – GDP

Le Parti de tous les Allemands (GDP) était un parti politique allemand fondé en 1961 par la fusion du Bloc des réfugiés (GB/BHE) et du Parti allemand (DP). Ce dernier a toutefois rapidement quitté à nouveau le parti après un échec aux élections législatives. Le GDP n’a plus alors été que le nouveau nom du GB/BHE. Représenté par quatre députés pendant la législature 1965-1969, il n’a dû ces élus qu’à des alliances électorales. En 1969, il n’a plus obtenu que 0.1% des voix.

Parti européen des travailleurs (EAP)

Le Parti européen des travailleurs (EAP) était un parti politique allemand actif entre 1974 et 1986. Le Parti européen des travailleurs se réclamait, comme plus tard Jacques Cheminade en France, de l’idéologie de l’activiste américain Lyndon LaRouche, partisan du protectionnisme et de taux de change fixes. L’EAP s’est présenté à de nombreuses élections européennes, nationales et régionales, mais a toujours obtenu des scores que l’on peut qualifier de confidentiels.

Parti populaire chrétien bavarois – CBV

Le Parti populaire chrétien bavarois (CBV) était un parti politique allemand fondé en 1975 par des dissidents du Parti bavarois (BP, régionaliste). Ce petit parti politique de droite, qui n’a obtenu des élus que dans quelques communes bavaroises, a fait parlé de lui en 1987 en demandant que l’Allemagne livre des armes au régime d’Apartheid en Afrique du Sud. En 1988, le Parti populaire chrétien bavarois a réintégré le Parti bavarois.

Parti populaire démocratique de Brême – BDV

Le Parti populaire démocratique de Brême (BDV) était un parti politique allemand fondé en 1945. D’orientation libérale, le Parti populaire démocratique de Brême fusionna en 1951 avec le Parti libéral-démocrate (FDP).

Parti populaire pan-allemand (GVP)

Le Parti populaire pan-allemand (GVP) a été fondé en 1952 par Gustav Heinemann, un membre de la CDU qui s’opposait à la politique extrêmement pro-occidentale du chancelier Konrad Adenauer. Rejoint également par une députée du Zentrum et un autre de la CSU, le GVP n’est toutefois pas parvenu à percer électoralement. Le parti s’est dissout en 1957, plusieurs de ses membres, comme Gustav Heinemann ou Johannes Rau – deux futurs présidents – rejoignant alors le SPD.

Parti du socialisme démocratique – PDS

Le Parti du socialisme démocratique (PDS) était un parti politique allemand fondé en 1989. Le Parti du socialisme démocratique est issu de l’ancien parti unique d’Allemagne de l’est, le Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED). Le PSD était un parti politique socialiste situé à la gauche du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD). Il était actif essentiellement dans les Länder de l’ancienne Allemagne de l’Est. En 2007, il a fusionné avec l’Alternative électorale travail et justice sociale (WASG), active essentiellement en ancienne Allemagne de l’Ouest, pour former La Gauche (Die Linke).

Parti socialiste du Reich – SRP

Le Parti socialiste du Reich (SRP) était un parti politique allemand fondé en 1949 et interdit trois ans plus tard. Le Parti socialiste du Reich était un parti politique d’inspiration néo-nazie. S’il n’a jamais été représenté au parlement national, le SRP a en revanche obtenu 11% des voix et 16 sièges lors des élections régionales de Basse-Saxe en 1951. Une année plus tard, le SRP était interdit par la Cour constitutionnelle allemande en raison de son incompatibilité avec la Constitution allemande.

Union allemande pour la paix – DFU

L’Union allemande pour la paix (DFU) était un parti politique allemand fondé en 1960. Nombre de ses fondateurs avaient appartenu auparavant au Parti communiste d’Allemagne, interdit quatre ans plus tôt. La DFU n’a jamais obtenu de mandats fédéraux ou régionaux et a obtenu son meilleur score lors des élections régionales de 1967 à Brême (4.2%).

Union du peuple allemand – DVU

L’Union du peuple allemand (DVU) était un parti politique allemand fondé en 1987. La DVU, fondée par l’éditeur Gerhard Frey, suivait une ligne politique nationaliste. Ce parti a été longtemps représenté au parlement de Brême et, de manière plus ponctuelle, dans ceux du Brandebourg, de Saxe-Anhalt et du Schleswig-Holstein. Le parti a fusionné en 2011 avec le Parti national-démocrate d’Allemagne (NPD), une fusion devenue effective en 2012 après une procédure juridique de plusieurs mois.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *