Partis politiques autrichiens

Cet article est consacré aux principaux partis politiques d’Autriche. Ce pays a connu pendant la plus grande partie de la guerre froide un système partisan très proche du bipartisme, les sociaux-démocrates et le Parti populaire réunissant ensemble environ 90% des suffrages pendant plusieurs décennies. L’émergence des Verts et, surtout, du Parti de la liberté (FPÖ) ont mis fin à leur hégémonie et le jeu politique autrichien est désormais beaucoup plus ouvert.

Mis à jour le 30.08.2015

Partis politiques autrichiens représentés au parlement

Parti libre de Salzbourg

Le Parti libre de Salzbourg est un parti politique autrichien fondé en juin 2015 lors d’une scission du Parti autrichien de la liberté (FPÖ). Résultant d’un conflit entre Hans-Christian Strache, le président du FPÖ, le salzbourgeois Karl Schnell, la scission a conduit au départ de cinq des six élus du FPÖ au parlement régional et de deux députés nationaux.

NEOS – La Nouvelle Autriche

NEOS – La Nouvelle Autriche est un parti politique autrichien fondé en octobre 2012. NEOS est un parti politique libéral et très pro-européen. Lors des élections législatives de 2013, NEOS forme une coalition avec le Forum libéral (LIF) et les Jeunes Libéraux d’Autriche (JuLis), obtient 5% des voix et entre au parlement. L’entrée de NEOS au parlement autrichien marque le premier retour d’une force politique libérale après que le Forum libéral (LIF) en a été éjecté en 1999. En 2014, NEOS absorbe ce qui reste du Forum libéral ainsi que les JuLis.

www.neos.eu

Parti autrichien de la liberté – FPÖ

Le Parti autrichien de la liberté (FPÖ) est un parti politique autrichien de droite populiste.

Le FPÖ a été fondé en 1956 pour prendre la succession de la Fédération des Indépendants (VdU), un parti politique fondé en 1949 par d’anciens nazis autrichiens. Héritier du nationalisme allemand, le FPÖ a longtemps compté une aile nationaliste et une aile libérale. Le premier président du parti, Anton Reinthaller, était ainsi un ancien homme politique nazi. Une tentative de Friedrich Peter, dans les années 1960, de trouver un équilibre entre ces deux ailes conduit à la scission, en 1967, des éléments les plus à droite du parti qui fondent le Parti national-démocrate (NDP). En 1980, l’aile libérale s’impose lors du congrès du parti, conduisant à la formation, en 1983, d’une coalition gouvernementale avec le Parti social-démocrate (SPÖ), et ce malgré le pire résultat électoral de l’histoire du FPÖ.

Les nationalistes reprennent toutefois le dessus dès 1986, lorsque Jörg Haider s’empare de la présidence du parti, conduisant immédiatement à la fin de la coalition gouvernementale avec les sociaux-démocrates. Jörg Haider redonne alors au FPÖ une ligne politique nationaliste, sans toutefois militer en faveur de la résurrection d’une Grande Allemagne. En 1993, l’aile libérale du parti fait sécession pour créer le Forum libéral (LIF) et le FPÖ quitte peu après l’Internationale libérale. Lors des élections législatives de 1999, le FPÖ obtient 26.9% des voix et devient la deuxième force politique du pays, conduisant à la formation d’une coalition gouvernementale avec le Parti populaire (ÖVP) de Wolfgang Schüssel. Des conflits au sein du FPÖ conduisent à la démission de deux ministres et à la convocation d’élections anticipées en 2002. Le parti n’obtient plus que 10% des voix, mais poursuit sa coalition gouvernementale avec l’ÖVP.

Lors des élections européennes de 2004, le FPÖ n’obtient plus que 6% des voix. Une partie des cadres du parti, dont Jörg Haider, ainsi que l’ensemble de la section de Carinthie, quittent le FPÖ pour fonder l’Alliance pour le futur de l’Autriche (BZÖ). Heinz-Christian Strache est alors élu à la tête du FPÖ. Lors des élections législatives qui se tiennent en 2006, le parti obtient 11% des voix, un score largement supérieur à celui du BZÖ, puis monte encore à 17.5% en 2008, puis à 20.5% en 2013.

Le FPÖ est membre du Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés (MENL), tout comme le Front national français.

www.fpoe.at

Parti populaire autrichien – ÖVP

Le Parti populaire autrichien (ÖVP) est un parti politique conservateurdémocrate-chrétien et pro-européen, membre du Parti populaire européen comme les Républicains ou la CDU.

Le Parti populaire autrichien a été fondé en 1945 et a pris la succession du Parti chrétien-social (CS) d’avant-guerre, tout en adoptant, contrairement à ce dernier, une attitude résolument démocrate. L’ÖVP obtient la majorité absolue des sièges lors des élections législatives de 1945, mais choisit de former un gouvernement de coalition avec le SPÖ et le KPÖ (jusqu’en 1947 pour ces derniers).

En 1949, le Parti populaire autrichien, qui affiche désormais un soutien clair au principe de l’économie de marché, reste la première force politique du pays, mais perd sa majorité au parlement suite à l’irruption de la Fédération des Indépendants (VdU) sur la scène politique autrichienne. La coalition gouvernementale avec le SPÖ est reconduite. Suite à la défaite de l’ÖVP lors de l’élection présidentielle de 1951, l’aile économique et conservatrice prend le dessus sur l’aile chrétienne sociale dans les instances dirigeantes du parti en 1952-1953.

La coalition gouvernementale avec le SPÖ se maintient jusqu’en 1966, menant une politique qui mêle contrôle des finances publiques et économie sociale de marché. En 1966 justement, des élections anticipées donnent une majorité absolue à l’ÖVP qui décide alors de gouverner seul. Les sociaux-démocrates remportent les élections de 1970 et l’ÖVP entame une cure d’opposition qui durera jusqu’en 1987. Le parti doit toutefois attendre l’an 2000 et la formation d’une coalition inédite avec le FPÖ pour retrouver la chancellerie. Depuis 2007, le Parti populaire participe au gouvernement en tant que junior partner du SPÖ. Le parti a obtenu le plus mauvais résultat de son histoire lors des élections législatives de 2013.

www.oevp.at

Parti social-démocrate d’Autriche – SPÖ

Le Parti social-démocrate d’Autriche (SPÖ) est un parti politique social-démocrate.

Le mouvement ouvrier autrichien s’est organisé en parti politique en 1889, date de fondation du Parti ouvrier social-démocrate (SDAP), un parti créé sur le modèle du Parti ouvrier social-démocrate allemand de l’époque. Viktor Adler, le fondateur et premier président du parti, a donné une ligne relativement modérée au parti, qui avait certes des objectifs marxistes à long terme, mais qui souhaitait procéder par étapes. L’introduction du suffrage universel masculin en 1905 est considérée comme la première grande victoire du SDAP, une victoire qui lui permet de devenir la deuxième force politique du pays dès 1907, puis la première en 1911, sans toutefois pouvoir accéder aux responsabilités gouvernementales.

Après la fin de la Première guerre mondiale et l’éclatement de l’Empire austro-hongrois, le Parti ouvrier social-démocrate (SDAP) est le premier à faire campagne en faveur de la création d’une République autrichienne. De 1918 à 1920, les sociaux-démocrates forment une grande coalition avec les Chrétiens sociaux, faisant ainsi partie pour la première fois du gouvernement et mettant en oeuvre un certain nombre de réformes, dont la journée de huit heures. Les sociaux-démocrates ont ensuite connu une longue période d’opposition, de 1920 à 1934, les Chrétiens sociaux préférant s’allier avec les nationalistes allemands ou avec les agrariens. En 1934, le SDAP est interdit lorsque le chancelier Dolfuss met en place une dictature (austrofascisme) et reste évidemment interdit après l’occupation allemande de 1938.

Le Parti socialiste d’Autriche (SPÖ) est fondé en 1945, après la libération du pays, comme héritier direct du SDAP. Le SPÖ participe en tant que junior partner a une grande coalition dirigée par l’ÖVP de 1945 à 1966. Cette année-là, l’ÖVP remporte la majorité absolue lors des élections législatives et décide de gouverner seule. En 1957, les sociaux-démocrates nomment Bruno Kreisky à la tête du parti qui se révèle bientôt être un homme politique extrêmement populaire. Le SPÖ forme un gouvernement minoritaire à l’issue des élections de 1970, avec le soutien du FPÖ, puis obtient la majorité absolue des sièges à trois reprises, en 1971, 1975 et 1979. Durant les années Kreisky, qui est chancelier de 1970 à 1983, les sociaux-démocrates introduisent un certain nombre de réformes, dont la légalisation de l’avortement ou la suppression des taxes d’écolage dans les universités.

En 1983, les sociaux-démocrates n’obtiennent plus la majorité au parlement et doivent former une coalition gouvernementale avec le FPÖ. Cette coalition ne tient que trois ans, l’élection de Jörg Haider à la tête de ce dernier en 1986 provoquant la rupture de la coalition par les sociaux-démocrates. Le SPÖ forme alors une grande coalition avec le Parti populaire (ÖVP), qui revient ainsi au gouvernement après dix-sept ans d’opposition. Cette grande coalition se maintient jusqu’en l’an 2000 et est notamment marquée par l’adhésion du pays à l’Union européenne, soutenue par les deux partis. Entre temps, le SPÖ avait pris, en 1991, le nom de Parti social-démocrate d’Autriche (SPÖ).

En 2000, le SPÖ retourne dans l’opposition pour la première fois depuis trente ans après la formation d’une coalition entre l’ÖVP et le FPÖ. Cette cure d’opposition durera sept ans. En 2007, les sociaux-démocrates sont à nouveau en mesure d’occuper la chancellerie et forment depuis lors une grande coalition avec l’ÖVP.

Le SPÖ est membre du Parti socialiste européen comme le Parti socialiste français ou le Parti travailliste britannique.

www.spoe.at

Team Stronach pour l’Autriche

Le Team Stronach pour l’Autriche est un parti politique autrichien fondé en septembre 2012 par l’homme d’affaires Frank Stronach et rapidement rejoint par de nombreux députés dissidents de l’Alliance pour le futur de l’Autriche (BZÖ). Le Team Stronach pour l’Autriche est un parti politique libéral et eurosceptique, demandant par exemple que l’Autriche abandonne l’Euro ou introduise une flat tax.

Durant le printemps 2013, le Team Stronach parvient à entrer dans les parlements régionaux de Carinthie, de Basse-Autriche et de Salzbourg, obtenant jusqu’à 11% des voix en Carinthie. Le Team Stronach a obtenu 5.7% des voix et est entré au parlement autrichien lors des élections législatives de 2013, obtenant onze sièges. Ce score est clairement inférieur aux attentes du parti de Frank Stronach, et ce en dépit des sommes conséquentes investies dans la campagne. Frank Stronach annonce son retrait de la vie politique peu après et démissionne du parlement dès le mois de janvier 2014.

Depuis lors, le Team Stronach donne l’impression de tourner « au ralenti ». En 2014, le parti a certes participé aux élections communales dans cinq communes du Land de Salzbourg, mais a ensuite renoncé à participer aux élections européennes et aux élections régionales au Vorarlberg. En 2015, le parti n’a obtenu que 1.7% des voix lors des élections régionales en Styrie, a lancé une liste commune avec un autre parti au Burgenland et a renoncé à participer aux élections de septembre en Haute-Autriche.

Durant l’été 2015, quatre députés du Team Stronach ont fait défection pour rejoindre le Parti populaire autrichien (ÖVP), tandis qu’un cinquième a décidé de siéger en indépendant, ne laissant que six mandats au Team Stronach.

www.teamstronach.at

Les Verts – L’alternative verte

Les Verts – L’Alternative verte sont un parti politique écologiste autrichien fondé en 1986 lors de la fusion des Verts unis d’Autriche (VGÖ), qui rassemblaient les écologistes bourgeois, et la Liste alternative d’Autriche (ALÖ), clairement plus marquée à gauche. La fusion permet aux écologistes d’entrer pour la première fois au parlement autrichien après les élections législatives de novembre 1986. Ils y ont été constamment représentés depuis lors et sont entrés pour la première fois au Conseil fédéral, la chambre haute, en 2001, suite au bon score réalisé lors des élections régionales à Vienne. Ils participent d’ailleurs, ou ont participé, à plusieurs gouvernements régionaux, que ce soit à Vienne, en Haute-Autriche, en Carinthie ou à Salzbourg.

Les Verts autrichiens sont actuellement l’un des partis écologistes qui connaît le plus de succès en Europe, obtenant régulièrement des scores autour des 10% depuis le début des années 2000. Lors des élections législatives de 2013, le parti a obtenu, avec 12.4% des voix, le meilleur résultat de son histoire. Contrairement à de nombreux autres partis écologistes européens, les Verts autrichiens ne sont toutefois jamais parvenus à faire leur entrée au gouvernement fédéral.

Les Verts – L’Alternative verte sont membres du Parti vert européen.

www.gruene.at

Partis politiques autrichiens non représentés au Parlement:

Alliance pour l’avenir de l’Autriche – BZÖ

L’Alliance pour l’avenir de l’Autriche est un parti populiste de droite fondé en 2005 par Jörg Haider et d’autres personnalités du Parti autrichien de la liberté (FPÖ). Sans renier les positions politiques du FPÖ, l’Alliance pour l’avenir de l’Autriche voulaient affirmer sa disponibilité à assumer des responsabilités gouvernementales. Malgré le bon score obtenu lors des élections législatives de 2008, quelques jours avant le décès de Jörg Haider, le BZÖ n’a jamais réussi à percer en dehors de son fief de Carinthie. Pire, la section du BZÖ de Carinthie a fait scission en décembre 2009 et s’est à nouveau rapprochée du FPÖ. Le BZÖ n’a logiquement pas atteint le quorum lors des élections législatives de 2013.

www.bzoe.at

En avant le Tyrol

En avant le Tyrol est un parti politique fondé en 2013 par des dissidents du Parti populaire (ÖVP, conservateur) et du Parti social-démocrate (SPÖ). Le parti a obtenu 9.5% des voix et quatre sièges lors des élections régionales de 2013. En avant le Tyrol, qui est actif, comme son nom l’indique, dans la région du Tyrol, se veut hors des schémas politiques traditionnels.

www.vorwaerts-tirol.at

Liste Burgenland

La Liste Burgenland est un parti politique autrichien fondé en janvier 2010. Créé par des dissidents du Parti autrichien de la liberté (FPÖ, droite populiste), la Liste Burgenland est un parti politique de droite actif uniquement au Burgenland, une région de l’est de l’Autriche. La Liste Burgenland a obtenu un siège au parlement régional lors des élections régionales de 2010 et près de 40 mandats locaux lors des élections communales de 2012. Lors des élections régionales de 2015, la Liste Burgenland a formé une coalition avec le Team Stronach et a obtenu un second mandat parlementaire.

www.liste-burgenland.at

Liste Fritz Dinkhauser

La Liste Fritz Dinkhauser est un parti politique autrichien fondé en 2008 et actif essentiellement dans le Tyrol. La liste a été fondée, comme son nom l’indique, par Fritz Dinkhauser, un dissident du Parti populaire autrichien (ÖVP, conservateur). La Liste Fritz Dinkhauser a obtenu 18.7% des voix et 7 sièges lors des élections régionales de 2008 dans le Tyrol, mais n’a ensuite récolté que 1.8% des voix lors des élections législatives autrichiennes de la même année, échouant à entrer au parlement national. Lors des élections régionales de 2013, le parti n’a obtenu plus que 5.6% des voix et deux sièges.

listefritz.at

Parti communiste autrichien – KPÖ

Le Parti communiste autrichien (KPÖ) est un parti politique autrichien fondé en novembre 1918. Le KPÖ est, comme son nom l’indique, un parti politique communiste, membre du Parti de la gauche européenne (PGE). Privé de représentation parlementaire au niveau national dès 1959 (faute d’atteindre le quorum), le KPÖ n’obtient plus que des résultats électoraux marginaux au niveau national. Même à Vienne, la très progressiste capitale autrichienne, le KPÖ ne détient plus de sièges au parlement depuis 1969. Dans les années 2000, il a toutefois connu un certain succès dans le Land de Styrie et, plus particulièrement, dans sa capitale, Graz.

www.kpoe.at

Parti pirate d’Autriche

Le Parti pirate d’Autriche est un parti politique fondé en juillet 2006. Il est membre du Parti pirate européen et lutte notamment pour la liberté d’information et pour le respect de la sphère privée. Le Parti pirate d’Autriche n’a pour l’heure pas connu les succès électoraux de ses homologues allemands ou suédois et doit se contenter de quelques sièges dans des parlements communaux, notamment à Innsbruck et à Graz, ainsi que d’un représentant au conseil de l’Université de Vienne. Lors des élections européennes de 2014, le Parti pirate d’Autriche a formé une coalition électorale avec le KPÖ et d’autres formations.

www.piratenpartei.at

Anciens partis politiques autrichiens

Fédération des Indépendants (VdU)

La Fédération des Indépendants (VdU) était un parti politique autrichien, fondé en 1949. Ce parti politique nationaliste et économique libéral rassemblait notamment d’anciens Nazis, ainsi que personnes déplacées à la suite de la Seconde guerre mondiale. Le parti a obtenu ses meilleurs résultats en 1949 avec un peu plus de 11% des voix. Géographiquement, il a obtenu ses scores les plus élevés dans les fiefs traditionnels du nationalisme allemand en Autriche, à savoir le Vorarlberg, la haute Carinthie et l’ouest de la Haute-Autriche. Après un léger recul lors des élections législatives de 1955, le parti a été dissout en 1956 pour donner naissance au Parti autrichien de la liberté (FPÖ), encore actif aujourd’hui.

Forum libéral – LIF

Le Forum libéral (LIF) était un parti politique autrichien fondé en 1993. Le Forum libéral était, comme son nom l’indique, un parti politique d’inspiration libérale, membre du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR). Le Forum libéral a été créé en scission du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) en raison du virage à droite pris par ce dernier dans le sillage de son président Jörg Haider. Parti politique libéral classique, le Forum libéral n’a dépassé le quorum de 4% nécessaire pour entrer au parlement national qu’aux élections législatives de 1994 et 1995. Le Forum libéral a été dissout en 2014 pour donner naissance à NEOS.

Voir aussi

Une réflexion au sujet de « Partis politiques autrichiens »

  1. Ping : Autriche : vers une interdiction de la vente en ligne des e-cigarettes | Cigarette électronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *