Partis politiques suédois

Le paysage politique de la Suède est caractérisé par sa grande stabilité. Cinq des huit partis politiques siégeant actuellement au parlement suédois y sont représentés sans interruption depuis la première partie du vingtième siècle. Les démocrates-chrétiens et les Verts sont arrivés plus récemment, au début des années 1990, mais semblent destinés à y rester. Les élections législatives suédois de septembre 2014 ont été marquées par la progression des Démocrates suédois, un parti politique d’extrême-droite. Vous trouverez dans cet article un descriptif des principaux partis politiques de Suède.

Mis à jour le 11.09.2015

Table des matières

Partis politiques suédois représentés au parlement

Démocrates-chrétiens (KD)

Les Démocrates-chrétiens (KD) sont un parti politique suédois fondé en 1964 sous le nom d’Union démocrate-chrétienne (KDS) pour protester contre la suppression de l’enseignement de l’histoire biblique à l’école. L’impulsion est notamment venue de Lewi Pehtrus, leader du pentecôtisme en Suède et rédacteur en chef du journal Dagen. Les débuts sont difficiles et le parti ne dépasse pas la barre des 2% avant les élections de 1985. En 1987, il change de nom et devient le Parti social démocrate-chrétien (KDS). La percée intervient en 1991, notamment grâce à la popularité d’Alf Svensson, le président du parti. Les démocrates-chrétiens obtiennent 7% des voix, entrent enfin au parlement, et font même immédiatement partie du gouvernement de centre droit qui se met en place après ces élections. Les Démocrates-chrétiens n’ont plus quitté le parlement depuis lors, obtenant des scores oscillant entre 4.1% et 11.8% selon les années. Ils ont pris leur nom actuel en 1996 et ont participé, de 2006 à 2014, au gouvernement conservateur de Fredrik Reinfeldt.

Ce parti est, comme son nom l’indique, un parti d’inspiration démocrate-chrétienne, mais protestant. Il défend une ligne économique résolument libérale et a promu, très tôt, des idées écologistes, ce qui lui a valu à ses débuts le surnom de Parti de la terre et de l’eau. Le parti est actuellement fortement tiraillé entre une aile centriste et écologiste et une aile conservatrice et libérale, incarnée notamment par les jeunesses du parti. Le parti est membre du Parti populaire européen comme l’UMP française ou le Parti populaire espagnol, ainsi que de l’Internationale démocrate centriste.

Les Démocrates-chrétiens sont fortement ancrés parmi les électeurs appartenant aux églises libres évangéliques (méthodistes, pentecôtistes, baptistes). Le Småland, une région du sud de la Suède où ces églises sont bien implantées, constitue leur principal fief électoral.

www.kristdemokraterna.se

Démocrates suédois (SD)

Les Démocrates suédois (SD) sont un parti politique suédois fondé en 1988 pour succéder au défunt Parti de la Suède. Les Démocrates suédois sont un parti politique nationaliste, eurosceptique et populiste. Bien qu’étant plus modérés que lors de leur fondation, les Démocrates suédois sont régulièrement qualifiés de parti politique d’extrême-droite par les observateurs politiques. Ils sont membres de l’Alliance pour la démocratie directe en Europe (ADDE).

Initialement très ancré à droite, prenant ses racines dans le fascisme suédois, le parti a pris un cours un peu plus modéré lorsque Mikael Jansson a accédé à la présidence. En 1998, l’aile la plus à droite du parti fait sécession pour créer les Nationaux Démocrates (ND), un parti qui ne connaîtra jamais le succès et finira par être dissout en 2014. Quatre ans plus tard, le parti obtient pour la première fois un score supérieur à un pour-cent des voix. En 2006, les Démocrates suédois (SD) changent de logo, abandonnant la torche qu’ils avaient repris au Front national britannique (néofasciste) pour une fleur, et doublent leur score. S’ils manquent encore une fois le quorum au niveau national, les Démocrates suédois font leur entrée dans plusieurs parlements régionaux, notamment en Scanie et dans le Blekinge, deux régions du sud du pays. Le parti entre pour la première fois au parlement suédois lors des élections législatives de septembre 2010. Pendant la législature 2010-2014, plusieurs députés ont dû démissionner suite à divers scandales (alcoolisme, violence, mensonges), mais cela ne semble pas avoir freiné l’essor électoral du parti qui a obtenu deux sièges lors des élections européennes de 2014. En septembre 2014, le parti obtient 12% des voix aux élections législatives, soit plus du double qu’en 2010.

www.sd.se

Parti de Gauche (V)

Le Parti de Gauche (V) est un parti politique suédois socialisteféministe et eurosceptique, fondé en 1917 suite à une scission sur l’aile gauche du Parti social-démocrate. Toujours situé à la gauche du Parti social-démocrate, le Parti de Gauche est membre du Parti de la gauche européenne, à l’image du Parti suisse du travail ou du Parti communiste français, et de l’Alliance de la gauche verte nordique. Il obtient généralement ses meilleurs scores dans le nord du pays.

Le Parti de Gauche a été fondé sous le nom Parti social-démocrate de gauche de Suède (SSV), avant d’être renommé Parti communiste suédois (SKP) en 1921. Dans les années 1920, le parti connaît plusieurs scissions et purges qui le privent à chaque fois d’un nombre important de militants et de personnalités. Membre du Komintern, le Parti communiste est le seul parti politique suédois à soutenir l’URSS lorsque cette dernière attaque la Finlande en 1939. Le parti adopte un ton fermement antinazi après l’attaque allemande contre l’URSS et soutient alors les mouvements de résistance danois et norvégiens.

Comme dans beaucoup de pays, le Parti communiste suédois atteint son pic de popularité au lendemain de la Seconde guerre mondiale, culminant à environ 10% des voix. Dès 1948, son score redescend toutefois à environ 6% et oscillera désormais entre 4% et 6% pendant toute la Guerre froide. Au sein du parti, les partisans d’une fidélité à l’URSS et ceux qui souhaitent adopter une ligne socialiste démocratique s’affrontent régulièrement. En 1956, le Parti communiste suédois (SKP) finit par soutenir la ligne soviétique lors de l’invasion de la Hongrie par l’URSS, après d’importants débats internes.

En 1964, huit ans plus tard toutefois, Carl-Henrik Hermansson, partisan d’une ligne eurocommuniste, devient président du parti, amorçant une transformation qui se concrétisera en 1967 avec l’adoption d’un nouveau nom, Parti de gauche – les Communistes (VPK). Cette transformation provoque le départ des maoïstes, qui créent le Parti communiste de Suède (KFML), et de l’organisation de jeunesse qui devient la Ligue de combat marxiste-léniniste (MLK). En 1968, le Parti de gauche critique fermement la répression soviétique du Printemps de Prague. Le départ de l’aile gauche se fait toutefois sentir électoralement puisque le parti obtient le plus mauvais résultat de son histoire lors des élections législatives de 1968.

En 1977, l’aile prosoviétique qui n’avait pas encore quitté le parti fait sécession et fonde le Parti des travailleurs communistes (APK). Il faut toutefois attendre 1990 pour que le parti prenne son nom actuel de Parti de gauche  et ne se définisse ainsi plus comme communiste. En 1998, il obtient le meilleur résultat de son histoire avec 12% des voix. Allié aux sociaux-démocrates et aux Verts, il soutient alors pendant huit ans un gouvernement social-démocrate minoritaire. Depuis 1998, le score du parti est à nouveau redescendu et s’est stabilisé entre 5.5% et 6% depuis 2006. Le Parti de gauche est dans l’opposition depuis 2006.

www.vansterpartiet.se

Parti de l’environnement – Les Verts (MP)

Le Parti de l’environnement – Les Verts (MP) est un parti politique suédois fondé en 1981. Ce parti politique écologiste est membre du Parti vert européen, comme Europe Ecologie ou les Verts suisses, ainsi que des Verts mondiaux. Contrairement à de nombreux partis écologistes, le Parti de l’environnement a longtemps été eurosceptique, mais il a changé de position au cours des dernières années.

Fondé en 1981, le Parti de l’environnement – Les Verts obtient ses premiers sièges dans des conseils communaux dès 1982. Il faut toutefois attendre 1988 pour que le parti entre dans les assemblées régionales et, surtout, au parlement national. S’il a manqué à nouveau le quorum en 1991, il a fait son retour au parlement national en 1994 et ne l’a plus quitté depuis. De 1998 à 2006, les Verts soutiennent au parlement un gouvernement minoritaire social-démocrate. Les Verts ont enregistré leur meilleur score lors d’élections législatives en 2010, avec 7.3% des voix. En septembre 2014, ils ont enregistré un léger recul et sont désormais la quatrième force politique du pays. Ils forment depuis lors une coalition gouvernementale avec les sociaux-démocrates, entrant pour la première fois au gouvernement suédois. S’ils sont alliés avec les Sociaux-démocrates au niveau national, les Verts coopèrent parfois avec les partis de centre droit au niveau régional et local.

Les Verts enregistrent généralement de meilleurs scores lors des élections européennes que lors des élections législatives. Ils ont d’ailleurs obtenu le meilleur résultat électoral de leur histoire lors des élections européennes de 1995 avec un score de 17.2%.

www.mp.se

Parti du Centre (C)

Le Parti du Centre (C) est un parti politique suédois fondé en 1913 sous le nom de Ligue des agriculteurs. Ce parti, libéral et agrarien à l’image de ses homologues norvégien et finlandais qui portent le même nom, est membre de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe et de l’Internationale libérale. Il a par ailleurs toujours été partisan de la décentralisation et a défendu très tôt un certain nombre d’idées écologistes. Le Parti du Centre est, logiquement, traditionnellement fort dans les régions rurales, notamment dans le Jämtland et d’autres contés situés à la frontière avec la Norvège.

Fondée en 1913, la Ligue des agriculteurs était un parti représentant les intérêts des agriculteurs et poursuivant par ailleurs une ligne politique conservatrice. Elle absorbe l’Union nationale des fermiers en 1915, puis entre au parlement deux ans plus tard, un parlement dans lequel le parti siège sans interruption depuis lors. Après le krach boursier de 1929, dont les conséquences affectent également les paysans, la Ligue des agriculteurs signe, en 1933, un accord avec les Sociaux-démocrates incluant, notamment des subventions pour l’agriculture. Une coalition gouvernementale est formée en 1936 et se poursuit jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Agrariens et sociaux-démocrates feront à nouveau partie du même gouvernement de 1951 à 1957.

En 1957, la Ligue des agriculteurs décidé de rompre son alliance avec les sociaux-démocrates et de se rapprocher des partis de centre-droite. Ce changement d’alliance, intervenu en 1957, a été l’occasion pour le parti de prendre son nom actuel. Il a dirigé ou participé à des coalitions gouvernementales de centre droite à trois reprises depuis lors: de 1976 à 1982, de 1991 à 1994, puis à nouveau de 2006 à 2014. Se positionnant à la fois en défenseur des régions rurales et en principal opposant à l’énergie nucléaire, le Parti du Centre obtient ses meilleurs résultats dans les années 1970, conduisant son président, Thorbjörn Fälldin, à la tête du gouvernement du pays pendant six ans. Le parti a toutefois enregistré un fort déclin électoral depuis lors, passant d’environ un quart des suffrages en 1973 à à peine plus de six pour-cents en 2014.

Depuis le début des années 2000, le parti a pris un tournant clairement néolibéral, notamment sous l’influence de Maud Olofsson, qui a été à la tête du parti de 2001 à 2011.

www.centerpartiet.se

Parti du Peuple – Les libéraux (FP)

Le Parti du Peuple – Les libéraux (FP) est un parti politique suédois fondé en 1902 sous le nom d’Association libérale nationale. Il prendra son nom de Parti du peuple en 1934. Ce parti suit une ligne politique libérale et pro-européenne et est membre de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE), comme le FDP allemand ou les Libéraux-démocrates britanniques. Ce parti soutient également l’adhésion de la Suède à l’OTAN et la construction de nouvelles centrales nucléaires. Alors qu’il était à l’origine situé au centre de l’échiquier politique et prêt à coopérer tant avec les Sociaux-démocrates qu’avec les autres partis de centre droit, le Parti du Peuple a glissé vers la droite dans les années 2000.

L’Association libérale nationale est fondée en 1902 et bénéficie alors d’un fort ancrage dans les Églises libres protestantes. En 1923, le parti se déchire sur le sujet de la prohibition de l’alcool et les opposants à la prohibition font sécession pour créer le Parti libéral de Suède. Il faut attendre onze ans pour que les deux partis se réunissent à nouveau sous le nom de Parti du peuple. Pendant la Seconde guerre mondiale, les libéraux participent à un gouvernement d’union nationale, mais il faut attendre 1976 pour que les partis de centre droite parviennent à mettre fin à quarante-quatre ans d’hégémonie sociale-démocrate. Le Parti du peuple participe alors pendant six ans à différentes coalitions gouvernementales, notamment avec le Parti du centre. En 1990, le parti prend son nom actuel de Parti du peuple – Les libéraux et revient au gouvernement une année plus tard dans une nouvelle coalition de centre droite. Après de nombreuses années d’opposition, il participe, de 2006 à 2014, à la coalition gouvernementale de centre droit du Premier ministre conservateur Fredrik Reinfeldt.

Le Parti du Peuple a été, jusque dans les années 1970, le plus grand parti de la droite suédoise, avant d’être dépassé par le Parti du Centre, puis par le Parti modéré. Alors qu’il a obtenu plus de 20% des voix lors des trois élections législatives qui ont immédiatement suivi la fin de la Seconde guerre mondiale, le Parti du peuple a rapidement perdu de son soutien. Le parti connaît des résultats très fluctuants, mais n’a plus obtenu un score supérieur à 15% depuis 1970 et n’est jamais descendu au-dessous des 4.7% enregistrés en 1998.

www.folkpartiet.se

Parti modéré (M)

Le Parti modéré (M) est un parti politique suédois fondé en 1904. Le Parti modéré est un parti politique conservateur et pro-européen, membre du Parti populaire européen et l’Union démocrate internationale. Son président, Fredrik Reinfeldt, a été Premier ministre de 2006 à 2014. Les observateurs considèrent qu’il a passablement recentré son parti pour élargir sa base électorale.

La Ligue électorale générale a été fondée en 1904 pour regrouper les forces conservatrices et nationalistes de Suède et faire ainsi face à la montée des libéraux et des sociaux-démocrates. Le parti s’oppose successivement à l’introduction du suffrage universel masculin, puis à l’introduction du droit de vote des femmes, les deux fois sans succès, libéraux et sociaux-démocrates étant majoritaires. La Ligue électorale générale a en revanche, à l’image de la politique suivie par Bismarck en Allemagne, soutenu plusieurs mesures de mise en place d’un État-providence au début du vingtième siècle afin de limiter les tendances révolutionnaires dans la classe ouvrière.

A partir des années 1920, la Ligue électorale générale, qui était jusque-là protectionniste, s’est progressivement convertie au libéralisme économique. Cette tendance a toutefois été stoppée net par le krach boursier de 1929 et le gouvernement conservateur au pouvoir à ce moment-là a alors passé une série de lois protectionnistes, notamment dans le domaine de l’agriculture.

Dans les années 1930, le parti doit faire face à un important débat interne sur la question du fascisme et du nazisme, son organisation de jeunesse adoptant des positions pronazies, conduisant à son exclusion du parti en 1933. Une année plus tard, les sociaux-démocrates accèdent au pouvoir et les conservateurs se retrouvent cantonnés dans l’opposition jusqu’aux années 1970, à l’exception de la brève parenthèse qu’a constitué le gouvernement d’union nationale pendant la Seconde guerre mondiale. En 1938, la Ligue change de nom et devient l’Organisation nationale de la droite.

Après la Seconde guerre mondiale, les conservateurs perdent progressivement du terrain, laissant la seconde place – derrière les indéboulonnables Sociaux-démocrates – aux libéraux. Sous la présidence de Jarl Hjalmarson, le parti connaît un renouveau à partir du milieu des années 1950, s’opposant aux hausses fiscales et défendant la propriété privée. Entre temps, il avait été renommé encore une fois et s’appelait, depuis 1952, le Parti de droite.

La fortune tourne toutefois rapidement pour les conservateurs qui, de la deuxième place qu’ils avaient retrouvées en 1958, deviennent, dix ans plus tard, le plus petit des partis d’opposition. Afin de changer son image de parti ultraconservateur, le parti change une dernière fois de nom, en 1969, et devient le Parti modéré, nom qu’il a conservé jusqu’à aujourd’hui. Sous la présidence de Gösta Bohman, élu à la tête du parti en 1970, le parti poursuit sa transition, passant progressivement d’une idéologie nationale-conservatrice à une idéologie libérale-conservatrice, se ralliant cette fois-ci définitivement au libéralisme économique. En 1976, le Parti modéré contribue au succès du centre-droite et entre dans la première coalition gouvernementale bourgeoise depuis quatre décennies. La coalition de centre-droite se maintient au pouvoir jusqu’en 1982.

En 1986, c’est Carl Bildt, le beau-fils de Bohman, qui devient président du Parti modéré. Le centre droit remporte les élections de 1991 et Bildt dirige le gouvernement suédois jusqu’en 1994. Le gouvernement de Carl Bildt met en place de nombreuses réformes d’inspiration libérale, que ce soit dans le domaine fiscal, scolaire ou de la santé publique.

Les sociaux-démocrates remportent toutefois les élections législatives de 1994 et les conservateurs sont de retour dans l’opposition jusqu’en 2006. Cette année-là, le Parti modéré peut former une nouvelle coalition gouvernementale de centre droite sous la direction de Fredrik Reinfeldt, leur président. La popularité du parti ne se dément pas pendant la législature, le Parti modéré réalisant sa meilleure performance électorale depuis 1914 lors des élections législatives de septembre 2010 en Suède. En 2014, toutefois, les Modérés enregistrent de sévères pertes et la coalition de  Fredrik Reinfeldt doit céder la place aux sociaux-démocrates et aux verts.

www.moderat.se

Parti social-démocrate suédois (SAP)

Le Parti social-démocrate suédois (SAP) est un parti politique fondé en 1889. Ce parti est, comme son nom l’indique, un parti d’orientation sociale-démocrate. Il est membre du Parti socialiste européen, comme la plupart de ses homologues du continent, ainsi que de l’Alliance progressiste et de l’Internationale socialiste. Le Parti social-démocrate suédois est l’un des partis politiques qui a eu le plus de succès dans tout le monde démocratique: entre 1940 et 1988, il a remporté entre 40% et 55% des suffrages dans toutes les élections législatives.

La fondation du Parti social-démocrate suédois (SAP) en 1889 fait suite à la création des premiers syndicats et à la publication des premiers quotidiens socialistes à Malmö et à Stockholm. Les sociaux-démocrates ont été d’emblée influencés par le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) et ont adopté une ligne réformiste, voulant mettre en place progressivement un système socialiste suite à des victoires lors d’élections démocratiques. Un premier social-démocrate est élu au parlement en 1896 grâce à l’appui des libéraux. En 1898 est fondée la Confédération des syndicats suédois (LO) avec laquelle le Parti social-démocrate entretiendra des liens étroits.

Les sociaux-démocrates bénéficient, à partir de 1909, de l’introduction du suffrage universel masculin, puis, à partir de 1919, du droit de vote des femmes. Ils entrent au gouvernement dès 1917 au sein d’une coalition gouvernementale avec les libéraux. C’est également cette année-là que se produit une scission au sein du parti, l’aile révolutionnaire – qui deviendra en 1921 le Parti communiste de Suède – faisant sécession. En 1920, un social-démocrate – Hjalmar Branting – accède pour la première fois au poste de chef du gouvernement. Il formera trois gouvernements de 1920 à 1926, mais ne disposera pas de majorité au parlement.

C’est en 1932 que commence véritablement l’hégémonie sociale-démocrate en Suède. Les sociaux-démocrates sont en effet de retour au pouvoir grâce à une alliance avec la Ligue des agriculteurs. Les sociaux-démocrates se maintiennent alors au pouvoir, parfois en coalition et parfois seuls, pendant quarante-quatre ans de suite. Les sociaux-démocrates ont mis à profit cette longue période au gouvernement pour développer l’État-providence suédois bien au-delà de ce qui a été fait dans la plupart des autres pays, donnant naissance au socialisme à la suédoise.

Il faut attendre le choc de pétrolier de 1973 et la contestation antinucléaire pour que les partis de centre droit arrivent à renverser les sociaux-démocrates en 1976. Les sociaux-démocrates reviendront au pouvoir à plusieurs reprises depuis lors, mais ils n’ont plus jamais détenu la majorité absolue au parlement et ont donc été condamnés à trouver l’appui d’autres partis au parlement pour faire passer leurs propositions.

Après six ans de domination bourgeoise, les sociaux-démocrates sont donc de retour au pouvoir en 1982, à la tête d’un gouvernement minoritaire. En 1986, le parti est profondément marqué par l’assassinat d’Olof Palme, le Premier ministre. La crise économique qui secoue la Suède en 1990 oblige les sociaux-démocrates à prendre des mesures impopulaires et provoque des tensions au sein du parti. En 1991, les partis de centre droite remporte les élections et les sociaux-démocrates font une deuxième cure d’opposition jusqu’en 1994. Les sociaux-démocrates sont à nouveau aux commandes de 1994 à 2006, puis vivent, entre 2006 et 2014, pendant le gouvernement de Fredrik Reinfeldt, leur plus longue période d’opposition depuis les années 1920. Lors des élections législatives de 2010, le parti obtient 30.7% des voix, son plus mauvais résultat électoral depuis 1914. Les élections législatives de 2014 lui permettent de revenir au pouvoir dans une coalition minoritaire avec les Verts, mais le score du parti s’améliore à peine.

www.socialdemokraterna.se

Autres partis politiques suédois

Initiative féministe (F!)

L’Initiative féministe (F!) est un parti politique féministe suédois fondé en 2005. Après avoir obtenu quatre sièges lors des élections communales de 2010, l’Initiative féministe a effectué une percée lors des élections européennes de 2014, obtenant un siège au Parlement européen. Lors des élections législatives de septembre 2014, elle a obtenu 3.1% des voix, n’atteignant ainsi pas le quorum, mais a en revanche grappillé 26 sièges dans les conseils communaux lors des élections locales qui se sont tenues le même jour. La députée européenne de l’Initiative féministe siège dans le groupe du Parti socialiste européen (PSE).

www.feministiskinitiativ.se

Parti de Scanie

Le Parti de Scanie est un parti politique suédois fondé en mars 1979. Le Parti de Scanie est un parti politique populiste de droite et régionaliste, demandant par ailleurs l’indépendance pour la Scanie. Il a obtenu ses meilleurs résultats durant la deuxième moitié des années 80, avant de reculer progressivement. Il n’est plus représenté dans aucun conseil local depuis les élections de 2006.

www.skanepartiet.org

Parti des intérêts des retraités de Suède (SPI)

Le Parti des intérêts des retraités de Suède est un parti politique suédois fondé en 1987 pour défendre les intérêts des retraités et des personnes handicapées. Si le parti refuse de se situer sur une échelle gauche-droite, il collabore généralement plutôt avec les partis politiques de centre-droite dans les conseils communaux où il est représenté. Le Parti des intérêts des retraités de Suède compte une dizaine d’élus locaux, mais aucun représentant au niveau régional ou national.

www.spi-valfarden.se

Parti des services de santé (SJVÅP)

Le Parti des services de santé est un parti politique suédois fondé en 2005. Le Parti des services de santé demande des investissements accrus dans le domaine de la santé et une plus grande implication des acteurs privés dans ce domaine. Le parti est représenté dans les parlements régionaux du Norrbotten, du Västernorrland, de Gävleborg et de Dalécarlie. Notons enfin que les partis politiques homonymes actifs sur l’île de Götland et dans le Värmland ne sont pas membres du parti politique national.

Parti pirate

Le Parti pirate est un parti politique suédois fondé en 2006. Premier parti du genre, le Parti pirate suédois a suscité la création de partis politiques éponymes dans de nombreux autres pays après le succès qu’il a rencontré lors des élections européennes de juin 2009. Obtenant 7.1% et deux députés européens, le Parti pirate avait alors créé la sensation. Il n’a toutefois pas confirmé sa performance lors des élections législatives de 2010, obtenant à peine 0.7% des voix, et a perdu ses deux mandats de député européen en 2014. Il est membre du Parti pirate européen.

www.piratpartiet.se

Anciens partis politiques suédois

Association des agriculteurs

L’Association des agriculteurs était un parti politique suédois fondé en 1915. L’Association des agriculteurs trouvait principalement ses soutiens parmi les grands propriétaires agricoles du sud de la Suède. Le parti a été représenté au parlement suédois entre 1917 et 1921. En 1921, il a fusionné avec la Ligue des agriculteurs, l’actuel Parti du Centre.

Liste de juin

La Liste de juin était un parti politique suédois eurosceptique fondé en 2004 par Nils Lundgren, un ancien social-démocrate opposé à l’adoption de l’Euro. Lors des élections européennes de 2004, la Liste de juin a remporté d’emblée trois sièges et a contribué à former le groupe parlement Indépendance/Démocratie avec d’autres partis politique eurosceptiques, dont les Britanniques de UKIP. En 2006, le parti se présente aux élections législatives, mais ne récolte que 0.5% et aucun élu, les électeurs ayant visiblement choisi de retourner vers leurs partis politiques traditionnels. En 2009, la Liste de juin perd l’ensemble de ses mandats lors des élections européennes et ne s’est plus présentée à aucune élection depuis lors.

Nouvelle Démocratie (NyD)

Nouvelle Démocratie (NyD) était un parti politique suédois de droite populiste fondé en février 1991 par deux hommes d’affaires connus. Le parti s’engageait pour une politique d’immigration plus restrictive et pour une forte baisse des impôts. Lors des élections législatives qui se sont tenues en septembre 1991, Nouvelle Démocratie a obtenu 6.7% des voix et 25 sièges au parlement. En 1994, une dispute éclate entre les deux fondateurs et le parti commence à se déliter. Le parti n’obtient que 1.2% des voix aux élections de septembre 1994 et perd ses mandats parlementaires. Quatre ans plus tard, il perd la quasi-totalité des mandats locaux qu’il détenait encore. Nouvelle Démocratie est finalement dissoute en 2000.

Parti libéral de Suède (SLP)

Le Parti libéral de Suède (SLP) était un parti politique suédois, fondé en 1923. Le Parti libéral de Suède a été créé par les membres de l’Association libérale nationale qui étaient opposés à la prohibition de l’alcool. Le SLP a obtenu quatre sièges lors des trois élections législatives auxquelles il a participé (1924, 1928 et 1932). En 1934, il a re-fusionné avec l’Association libérale nationale pour former le Parti du peuple qui existe encore aujourd’hui.

Parti social-démocrate de gauche de Suède

Le Parti social-démocrate de gauche de Suède a été fondé en 1921 par les membres expulsés du premier Parti social-démocrate de gauche de Suède pour s’être opposés à la transformation de ce dernier en Parti communiste suédois (voir Parti de gauche ci-dessus). Le Parti social-démocrate de gauche de Suède obtint six sièges lors des élections législatives de 1921, avant de fusionner avec le Parti social-démocrate suédois (SAP).

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *