Elections législatives de 2014 en Belgique

Les élections législatives fédérales en Belgique ont débouché, comme lors des élections législatives de 2010, sur une victoire du Parti socialiste du Premier ministre Elio di Rupo en Wallonie, la partie francophone du pays, et des indépendantiste de la Nouvelle alliance flamande de Bart de Wever en Flandres, la partie néerlandophone de la Belgique. Si la Nouvelle alliance flamande continue de progresser – obtenant sept sièges de plus qu’il y a quatre ans – le Parti socialiste est, lui, en recul. Même si la coalition gouvernementale actuelle, qui réunit libéraux, démocrates-chrétiens et sociaux-démocrates, conserve sa confortable majorité, les négociations gouvernementales ne s’annoncent donc pas forcément plus faciles qu’il y a quatre ans!

Notons toutefois que les progrès enregistrés par la NVA – un gain de sept sièges – ne compensent pas les pertes enregistrées par le Vlaams Belang, qui perd neuf de ses douze sièges. Le camp des indépendantistes flamands ne se trouve donc à priori pas renforcé au parlement. Si l’extrême-droite flamande (Vlaams Belang) recule, l’extrême-gauche wallonne fait son retour au parlement, le Parti du Travail de Belgique obtenant deux députés.

Résultats détaillés

  • Nouvelle alliance flamande – NVA (conservateur, indépendantiste), 20.3% des voix (+3.0%), 33 sièges (+6).
  • Parti socialiste – PS (sociaux-démocrates francophones), 11.7% (-2.1%), 23 sièges (-3).
  • Chrétiens-démocrates & flamands – CD&V, 11.6% des voix (+0.8%), 18 sièges (+1).
  • Libéraux-démocrates flamands – VLD, 9.8% des voix (+1.1%), 14 sièges (+1).
  • Mouvement réformateur – MR (libéral francophone), 9.6% des voix (+0.4%), 20 sièges (+2).
  • Parti socialiste – Autrement – PSA (social-démocrate flamand), 8.8% des voix (-0.4%), 13 sièges (-).
  • Vert! (écologistes flamands), 5.3% des voix (+0.9%), 6 sièges (+1).
  • Centre démocrate humaniste – CDH (démocrates-chrétiens wallons), 5.0% des voix (-0.5%), 9 sièges (-).
  • Intérêt Flamand – VB (extrême-droite, indépendantiste), 3.7% des voix (-4.1%), 3 sièges (-9).
  • Parti du Travail de Belgique (PTB-PVDA, marxiste), 3.8% des voix (+2.8%), 2 sièges (+2).
  • Ecolo (écologistes francophones), 3.3% des voix (-1.5%), 6 sièges (-2).
  • Fédéralistes démocrates francophones (FDF), 1.8% des voix (+1.8%), 2 sièges.
  • Parti populaire (conservateur), 1.5% des voix (+0.2%), 1 siège (-).
  • Liste Dedecker (conservateurs flamands), 0.4% des voix (-1.9%), 0 sièges (-1).

Voir aussi:

Elections régionales de 2014 en Flandre

Des élections régionales ont eu lieu hier en Belgique, parallèlement aux élections législatives et aux élections européennes. En Flandre, la Nouvelle alliance flamande (NVA, conservateur, indépendantiste) a nettement remporté le scrutin, faisant plus que doubler son score depuis les élections régionales de 2009. Si le Vlaams Belang (extrême-droite flamande) est le grand perdant des élections, la plupart des autres partis politiques flamands perdent également des plumes.

Résultats détaillés des élections régionales de 2014 en Flandre

  • Nouvelle alliance flamande – NVA (conservateur, indépendantiste), 31.9% des voix (+18.8%), 43 sièges (+27).
  • Chrétiens-démocrates & flamands – CD&V, 20.5% des voix (-2.4%), 27 sièges (-4).
  • Libéraux-démocrates flamands – VLD, 14.2% des voix (-0.8%), 19 sièges (-2).
  • Parti socialiste – Autrement – PSA (social-démocrate flamand), 14.0% des voix (-1.3%), 18 sièges (-1).
  • Vert! (écologistes flamands), 8.7% des voix (+1.9%), 10 sièges (+3).
  • Intérêt Flamand – VB (extrême-droite, indépendantiste), 5.9% des voix (-9.4%), 6 sièges (-15).
  • Parti du Travail de Belgique (PVDA, marxiste), 2.5% des voix (+1.5%), 0 siège (-).
  • Liste Dedecker (conservateurs flamands), 0.0% des voix (-7.6%), 0 siège (-8).

VOIR AUSSI:

Elections régionales de 2014 en Wallonie

Des élections régionales ont eu lieu hier en Belgique, parallèlement aux élections législatives et aux élections européennes. En Wallonie, le Parti socialiste l’a emporté sans surprise et devrait pouvoir rester à la tête de la région. Le scrutin a notamment été marqué par la lourde défaite des écologistes et par la progression des communistes du Parti du Travail de Belgique.

Résultats détaillés

  • Parti socialiste (PS, sociaux-démocrates), 30.9% (-1.9%), 30 sièges (+1).
  • Mouvement réformateur (MR, libéral), 26.7% des voix (+3.3%), 25 sièges (+6).
  • Centre démocrate humaniste (CDH, démocrates-chrétiens), 15.2% des voix (-1.0%), 13 sièges (-).
  • Ecolo, 8.6% des voix (-9.9%), 4 sièges (-10).
  • Parti du Travail de Belgique (PTB, marxiste), 5.8% des voix (+4.5%), 2 sièges (+2)
  • Parti populaire (PP, conservateur), 4.9% des voix (+4.9%), 1 siège (+1).
  • Fédéralistes démocrates francophones (FDF), 2.5% des voix (+2.5%), 0 siège (-).
  • La Droite (droite populiste), 1.4% des voix (+1.4%), 0 siège (-).
  • Front National (nationaliste), 0.0% des voix (-2.9%), o siège (-).

VOIR AUSSI:

Elections régionales de 2014 à Bruxelles-Capitale

Des élections régionales ont eu lieu hier en Belgique, parallèlement aux élections législatives et aux élections européennes. Le Parti socialiste est arrivé en tête dans la région de Bruxelles-Capitale, devançant le Mouvement réformateur qui était arrivé en tête en 2009. Les autres faits notables de ce scrutin sont l’implantation réussie des Fédéralistes démocrates francophones (FDF) qui se sont séparés récemment du Mouvement réformateur et la lourde des défaites d’Ecolo qui perd la moitié de ses sièges.

RÉSULTATS DÉTAILLÉS DES ÉLECTIONS RÉGIONALES DE 2014 à Bruxelles-Capitale

  • Parti socialiste – PS (sociaux-démocrates francophones), 23.5% des voix (+0.2%), 21 sièges (-).
  • Mouvement réformateur – MR (libéral francophone), 20.4% des voix (-6.1%), 18 sièges (-6).
  • Fédéralistes démocrates francophones (FDF), 13.1% des voix (+13.1%), 12 sièges (+12).
  • Centre démocrate humaniste – CDH (démocrates-chrétiens wallons), 10.4% des voix (-2.8%), 9 sièges (-2).
  • Ecolo (écologistes francophones), 8.9% des voix (-9.0%), 8 sièges (-8).
  • Parti du Travail de Belgique (PTB-PVDA, marxiste), 3.4% des voix (+3.4%), 4 sièges (+4).
  • Libéraux-démocrates flamands – VLD, 3.1% des voix (+0.5%), 5 sièges (+1).
  • Nouvelle alliance flamande – NVA (conservateur, indépendantiste), 2.0% des voix (+1.4%), 3 sièges (+2).
  • Vert! (écologistes flamands), 2.1% des voix (+0.8%), 3 sièges (+1).
  • Debout les Belges!, 2.0% des voix (+2.0%), 0 siège (-).
  • Parti populaire (PP, conservateur), 1.7% des voix (+1.7%), 0 siège (-).
  • Islam, 1.5% des voix (+1.5%), 0 siège (-).
  • Chrétiens-démocrates & flamands – CD&V, 1.3% des voix (-0.4%), 2 sièges (-1).
  • Intérêt Flamand – VB (extrême-droite, indépendantiste), 0.7% des voix (-1.3%), 1 siège (-2).

VOIR AUSSI:

Elections de 2014 dans la Communauté germanophone de Belgique

Des élections ont eu dimanche pour renouveler le parlement de la Communauté germanophone de Belgique, une instance qui, comme son nom l’indique, représente la minorité germanophone habitant l’est du pays. Le Parti social-chrétien (PSC, démocrate-chrétien) a remporté sans surprise ses élections, tandis que les régionalistes de ProDG se sont hissés en deuxième position.

Résultats détaillés

  • Parti social-chrétien (CSP, démocrate-chrétien), 24.9% des voix (-2.2%), 7 sièges.
  • Pro-Communauté germanophone (Pro-DG, démocrate-chrétien, régionaliste), 22.2% des voix (+4.7%), 6 sièges (+2).
  • Parti socialiste (SP, social-démocrate), 16.1% des voix (-3.2%), 4 sièges (-1).
  • Parti pour la liberté et le progrès (PFF, libéral), 15.5% des voix (-2.0%), 4 sièges (-).
  • Vivant (social-libéral), 10.6% des voix (+3.5%), 2 sièges (-).
  • Ecolo, 9.5% des voix (-2.0%), 2 sièges (-1).
  • Parti libertarien, 1.2% des voix (+1.2%), 0 siège (-).

VOIR AUSSI: