Partis politiques bulgares

Vous trouverez dans cet articles des informations sur les principaux partis politiques de Bulgarie. Le paysage politique bulgare est structuré depuis 2009 autour de trois partis principaux: un parti politique conservateur, le GERB; un parti politique social-démocrate, le Parti socialiste bulgare; un parti politique représentant la minorité turque, le Mouvement des droits et des libertés. Vous trouverez des informations sur ces trois partis et sur bien d’autres dans cet article.

Mis à jour le 05.09.2015

Partis politiques bulgares représentés au parlement

Alternative pour la Renaissance bulgare (ABV)

L’Alternative pour la Renaissance bulgare (ABV) est un parti politique bulgare d’orientation sociale-démocrate fondée en 2014 par l’ancien président Georgui Parvanov. Ce parti a obtenu 4% des voix lors des élections européennes de mai 2014 – sans obtenir de députés – puis un peu plus de 4% lors des élections législatives d’octobre de la même année, entrant au parlement dans la foulée.

www.abv-alternativa.bg

ATAKA

ATAKA est un parti politique d’extrême-droite fondé en 2005 par la fusion de trois partis politiques nationalistes. ATAKA estime notamment que trop de privilèges sont accordés aux minorités – en particulier turque et tzigane – et s’est également fermement opposé à l’adhésion de la Bulgarie à l’OTAN. Il demande par ailleurs un rôle accru pour l’Église orthodoxe bulgare et voudrait qu’elle soit inclue dans le processus législatif. ATAKA, qui pèse environ 5% des voix, est le septième parti politique du pays. Au niveau économique, ATAKA suit en revanche une ligne de gauche, demandant notamment l’augmentation du salaire minimum et la réintroduction d’un impôt progressif. Entre 2009 et 2013, il a soutenu régulièrement le gouvernement minoritaire du GERB au parlement, avant de soutenir le Parti socialiste entre 2013 et 2014.

www.ataka.bg

Bloc réformiste (RB)

Le Bloc réformiste (RB), une coalition conservatrice comprenant notamment les Démocrates pour une Bulgarie forte, le Mouvement Bulgarie pour les citoyens et l’Union des forces démocratiques, a fait son entrée – ou plutôt son retour – au parlement bulgare lors des élections législatives d’octobre 2014. L’Union des forces démocratiques était, avec le Parti socialiste bulgare, l’un des deux principaux partis politiques bulgares au début des années 1990.

reformatorskiblok.bg

Bulgare sans censure (BBT)

Bulgarie sans censure (BBT) est un parti politique bulgare fondé au début de l’année 2014 par Nikolay Barekov, un journaliste TV soutenant le retour de la monarchie. BBT a remporté un siège lors des élections européennes du mois de mai sur un programme axé principalement autour de la lutte contre la corruption (il fait depuis l’objet d’une enquête pour le financement de sa campagne pour ces mêmes élections…). Le député européen du BBT siègent dans le groupe parlementaire de l’Alliance des conservateurs et réformistes européens. Il est arrivé en sixième position des élections législatives d’octobre 2014 avec près de 6% des voix.

bulgariabezcenzura.bg

Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB)

Le parti GERB est un parti politique conservateur fondé en 2006 par celui qui était alors le maire de Sofia, Boïko Borissov. En 2009, faisant campagne sur la lutte contre la corruption, le GERB a remporté les élections législatives et Borissov est devenu le Premier ministre de la Bulgarie. Il n’a toutefois pas pu obtenir un nouveau mandat après les élections législatives de 2013 et le GERB a été le principal parti d’opposition entre 2013 et 2014. Ce parti atlantiste et pro-européen est membre du Parti populaire européen, comme la CDU ou l’UMP. Le GERB a remporté les élections législatives d’octobre 2014.

www.gerb.bg

Démocrates pour une Bulgarie forte (DSB)

Les Démocrates pour une Bulgarie forte (DSB) ont été fondés en 2004 lorsque l’ancien Premier ministre bulgare Ivan Kotsov a décidé de quitter l’UDF et de fonder son propre parti politique. Le DSB est, comme l’UDF et le GERB, un parti politique conservateur membre du Parti populaire européen. Il est pro-européen. En 2014, il a rejoint le Bloc réformiste et est désormais représenté au parlement dans ce cadre.

www.dsb.bg

Front patriotique

Le Front patriotique est une alliance électorale bulgare formée en 2014 par différents politiques nationalistes. Les deux membres principaux du Front patriotique sont le Mouvement national bulgare (VMRO), un parti politique souhaitant créer une grande Bulgarie incluant l’actuelle Macédoine, et le Front national pour le salut de la Bulgarie (NFSB) par d’anciens membres du parti ATAKA. Le VMRO avait obtenu un siège au Parlement européen en mai 2014 grâce à une alliance avec Bulgarie sans censure (BBT) et siège depuis lors au sein de l’Alliance des conservateurs et réformistes européens. Le Front patriotique a ensuite obtenu 7.3% des voix lors des élections législatives de 2014 et est entré au parlement à cette occasion.

www.vmro.bg – www.nfsb.bg

Mouvement Bulgarie pour les citoyens

Le Mouvement Bulgarie pour les Citoyens est un parti politique centriste fondé en 2012 par Meglena Kuneva, ancienne commissaire européenne bulgare et ancienne membre du Mouvement national pour la stabilité et le progrès (NDS). En 2014, il a rejoint le Bloc réformiste et est désormais représenté au parlement dans ce cadre.

www.grajdani.org

Mouvement des droits et des libertés (DPS)

Le Mouvement des droits et des libertés (DPS) est un parti politique libéral qui représente notamment l’importante minorité turque vivant dans le pays (8% de la population). Le Mouvement est membre du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs, comme les libéraux allemands ou anglais, et se compare souvent au Parti populaire suédois, un parti représentant la minorité suédoise en Finlande. Le DSP n’est pas spécialement apprécié sur le scène politique bulgare et souffre notamment d’une réputation de corruption et d’achat de voix. L’extrême-droite bulgare prétend par ailleurs que ce parti est anticonstitutionnel car il représente une minorité. Il est actuellement le troisième parti politique de Bulgarie et a participé à une coalition gouvernementale avec le Parti socialiste après les élections de 2013, avant de le quitter en juillet 2014, provoquant des élections anticipées.

www.dps.bg

Mouvement pour l’humanisme social

Le Mouvement pour l’humanisme social est un parti politique progressiste fondé en 2003 et membre depuis lors de la Coalition pour la Bulgarie emmenée par le Parti socialiste bulgare (PSB). Il compte un siège au parlement.

Parti communiste de Bulgarie (KPB)

Le Parti communiste de Bulgarie (KPB) est un parti politique marxiste fondé en 1996 par d’anciens membres du Parti communiste bulgare et du Parti socialiste bulgare (PSB). Le parti est membre de la Coalition pour la Bulgarie emmenée par le PSB depuis 2001 et compte un siège au parlement.

Parti des sociaux-démocrates bulgares (PBSD)

Le Parti des sociaux-démocrates bulgares (PBSD) est un parti politique social-démocrates fondé en 1989 comme héritier du Parti social-démocrate ouvrier bulgare de 1891. Le PBSD a fait partie de différentes coalitions électorales depuis sa fondation, dont l’Union des forces démocrates (UDF), mais est resté fidèle à la Coalition pour la Bulgarie du Parti socialiste bulgare (PSB) depuis 2002 et compte un représentant au parlement depuis lors.

www.pbs-d.org

Parti populaire Liberté et Dignité (NPSD)

Le Parti populaire Liberté et Dignité est un parti politique libéral fondé en 2012 par des membres dissidents du Mouvement des droits et des libertés (DPS). En 2014, il a rejoint le Bloc réformiste et est désormais représenté au parlement dans ce cadre.

www.npsd.bg

Parti socialiste bulgare (PSB)

Le Parti socialiste bulgare (PSB) est l’héritier de l’ancien Parti communiste bulgare qui a dirigé le pays jusqu’en 1990. Le PSB a depuis lors adopté une ligne sociale-démocrate et est devenu membre du Parti socialiste européen, comme les socialistes français, suisses ou belges. Très modéré, le Parti socialiste bulgare a mené nombre de réformes d’inspiration libérale, telle que l’instauration d’une flat tax fixée à 10%. Depuis la démocratisation, le Parti socialiste a présidé à trois reprises aux destinées de la Bulgarie: entre 1995 et 1997, entre 2005 et 2009 et entre 2013 et 2014. Le PSB a subi une terrible défaite électorale lors des élections de 2009, perdant la moitié de ses sièges, les a retrouvé lors des élections de 2013, puis les a à nouveau perdu lors des élections d’octobre 2014.

www.bsp.bg

Union des forces démocratiques (UDF)

L’Union des forces démocratiques (UDF) était le grand parti démocrate-chrétien et conservateur bulgare jusqu’à la création du GERB en 2006. L’UDF a ainsi dirigé le gouvernement bulgare entre 1997 et 2001. Comme le GERB, elle est membre du Parti populaire européen qui regroupe les principaux partis conservateurs du continent. L’UDF a été fondée dès 1989. Elle n’a plus été représentée au parlement après les élections de 2013, mais y a fait son retour en 2014 dans le cadre du Bloc réformiste.

www.sds.bg

Union agrarienne Aleksandar Stamboliyski (ZS-AS)

L’Union agrarienne Aleksandar Stamboliyksi (ZS-AS) est un parti politique agrarien bulgare fondé en 1993 par des membres de l’Union nationale agraire bulgare (BZNS). Ce dernier est plus marqué à droite que l’Union agrarienne. Le parti est membre depuis 2001 de la Coalition pour la Bulgarie emmenée par le Parti socialiste bulgare (PSB) et compte un élu au parlement.

www.bznsas.org

Union nationale agraire bulgare (BZNS)

L’Union nationale agraire bulgare (BZNS) est un parti politique agrarien bulgare fondé en 1899. Ce parti a joué un rôle important dans le paysage politique bulgare durant les trois premières décennies du vingtième siècle, parvenant même à former un gouvernement majoritaire, une performance rare pour un parti politique agrarien. En 2014, l’Union nationale agraire bulgare (BZNS) a rejoint le Bloc réformiste et est désormais représenté au parlement dans ce cadre.

www.bzns.org

Autres partis politiques bulgares

Mouvement national pour la stabilité et le progrès (NDS)

Le Mouvement national pour la stabilité et le progrès (NDS) est un parti politique bulgare fondé en 2001 par Siméon II, qui fut roi de Bulgarie entre 1943 et 1946. Le Mouvement national pour la stabilité et le progrès, d’abord nommé Mouvement national Siméon II jusqu’en 2007, est un parti politique d’inspiration libérale, membre du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs. Lors des élections législatives de 2001, le NDS a obtenu plus de 40% des voix, permettant à Siméon II de devenir Premier ministre, une position plutôt originale pour un ancien monarque. En 2005, le parti a perdu près de la moitié de ses électeurs et, en 2009, est tombé au-dessous du quorum de 4%. Il n’est plus représenté au parlement bulgare depuis lors.

Ordre, loi et justice (RZS)

Ordre, loi et justice (RZS) est un parti politique conservateur et populiste fondé en 2005. Suivant une ligne eurosceptique, il est proche du Parti conservateur britannique. Le RZS soutient le gouvernement conservateur du GERB, sans toutefois participer au gouvernement. Il a atteint de justesse le quorum de 4% lors des élections législatives de 2009, devenant le plus petit parti représenté au parlement pendant la législature 2009-2013. Le RZS n’est toutefois plus représenté au parlement depuis 2013.

Voir aussi:

Élection présidentielle de 2011 en Bulgarie, deuxième tour

Le deuxième tour de l’élection présidentielle bulgare s’est tenu hier. Rossen Plevneliev, le candidat conservateur du parti du Premier ministre Boïko Borissov, a remporté l’élection. Il était déjà arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle qui s’était tenu le 23 octobre dernier. Au second tour, il a obtenu 52.6% des voix, contre 47.4% à son adversaire socialiste Ivaïlo Kalfin. Rossen Plevneliev succède ainsi au président socialiste sortant, Gueorgui Parvanov, qui ne se représentait pas.

Brève biographie de Rossen Plevneliev

Rossen Plevneliev, né le 11 mai 1964 à Gotse Delchev, dans le sud-ouest de la Bulgarie, est un homme politique bulgare membre du parti conservateur « Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie » (GERB). Après des études de mathématiques et de sciences naturelles achevées dans les années 1980, Rossen Plevneliev fonda une entreprise de construction. En 2009, il fut nommé Ministre du développement régional et des travaux publics, sans avoir d’expérience politique préalable. Il gagne rapidement en popularité et serait, selon un sondage publié en septembre, le deuxième homme politique le plus populaire de Bulgarie après la commissaire européenne Kristalina Georgieva.

Voir aussi:

Elections communales de 2011 en Bulgarie

Des élections communales se tenaient dimanche en Bulgarie, en plus des élections présidentielles dont nous avons déjà parlé. Les conservateurs du GERB du Premier ministre Boïko Borisov ont remporté assez nettement ces élections communales. Ils détiennent désormais quatorze des vingt-sept chef-lieux régionaux, dont Sofia, la capitale du pays, ainsi que Plovdiv et Varna, respectivement deuxième et troisième villes de Bulgarie. Le Parti socialiste bulgare (BSP), qui est surtout fort dans les régions rurales, ne contrôle désormais que six chefs-lieux régionaux (Vidin, Vratsa, Lovetch, Razgrad, Shumen et Targovichte). Les conservateurs de la Coalition bleue en détiennent trois (Kyoustendil, Montana et Pazardjik), tandis que le Mouvement des droits et des libertés (minorité turque) l’emporte à Kardjali et un indépendant à Khaskovo.

Résultats détaillés des élections communales à Sofia:

  • Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB, conservateur), 33 sièges (-).
  • Parti socialiste bulgare (BSP, social-démocrate), 15 sièges (+3).
  • Coalition bleue (UDF & DSB, conservateur), 8 sièges (-3).
  • ATAKA (extrême-droite), 2 sièges (-1).
  • Mouvement national pour la stabilité et le progrès (NDSV), 2 sièges (-).
  • Mouvement national bulgare (IMRO, nationaliste), 1 siège (-).

Voir aussi:

Élection présidentielle de 2011 en Bulgarie

Les Bulgares étaient appelés aux urnes dimanche pour élire un nouveau président. Rossen Plevneliev, candidat conservateur du parti du Premier ministre Boïko Borissov, est arrivé en tête de l’élection, mais est toutefois arrivé assez loin de la majorité absolue. Il devra affronter le socialiste Ivaïlo Kalfin lors d’un deuxième tour qui se tiendra dimanche prochain 30 octobre déjà. Le président socialiste sortant Gueorgui Parvanov ne se représentait pas.

Résultats détaillés de l’élection présidentielle bulgare:

  • Rossen Plevneliev, GERB (conservateur), 39.8% des voix.
  • Ivaïlo Kalfin, Parti socialiste bulgare, 29.2% des voix.
  • Meglena Kouneva, Mouvement national pour la stabilité et le progrès (centriste), 14.0% des voix.
  • Volen Siderov, ATAKA (extrême-droite), 3.7% des voix.
  • Stefan Solakov, 2.6% des voix.
Voir aussi:

Élections législatives de 2009 en Bulgarie

Des élections législatives se sont tenues hier en Bulgarie. Ces élections ont été marquées par le triomphe de Boïko Borissov et de son parti politique conservateur GERB. Borissov, un ancien fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur devenu maire de Sofia, a fondé le GERB en 2006. Ce parti a remporté les élections européennes de 2007, celles de 2009 et a obtenu 116 sièges d’un coup au parlement bulgare, ne ratant la majorité absolue que de quatre sièges. Les deux autres partis politiques qui ont dominé la scène politique bulgare au cours des huit dernières années font les frais de cette progression. Le Parti socialiste perd la moitié de ses députés, tandis que le Mouvement national pour la liberté et le progrès (libéral) n’obtient même pas le quorum. Les démocrates-chrétiens de la Coalition bleue perdent également plus de la moitié de leurs sièges.

Outre le GERB, d’autres partis politiques ont des raisons d’avoir le sourire. Le parti Ordre, droit et justice (RZS, conservateur) obtient de justesse le quorum pour sa première participation à des élections et envoie dix députés au parlement. Le Mouvement des droits et des libertés, un parti qui représente essentiellement les intérêts de l’importante minorité turque vivant en Bulgarie, gagne quelques sièges, tandis que les nationalistes d’ATAKA progressent en voix sinon en sièges.

Résultats détaillés des élections législatives bulgares de 2009:

  • Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB, conservateur), 39.7% des voix (+39.7%), 116 sièges (+116).
  • Parti socialiste bulgare (PSB, social-démocrate) et alliés, 17.7% des voix (-13.3%), 40 sièges (-42).
  • Mouvement des droits et des libertés (libéral, minorité turque), 14.5% des voix (+1.7%), 38 sièges (+4).
  • ATAKA (nationaliste), 9.4% des voix (+1.2%), 21 sièges (-).
  • Coalition bleue, 6.8% des voix (-7.3%):
    • Union des forces démocratiques (UDF, démocrate-chrétien), 10 sièges (-10).
    • Démocrates pour une Bulgarie forte (DSB, conservateur), 5 sièges (-12).
  • Ordre, droit et justice (RZS, conservateur), 4.1% des voix (+4.1%), 10 sièges (+10).
  • LIDER (conservateur), 3.3% des voix (+3.3%), 0 siège (-).
  • Mouvement national pour la stabilité et le progrès (NDS, libéral), 3.0% des voix (-16.9%), 0 siège (-53).
  • Les Verts, 0.5% des voix (+0.5%), 0 siège (-).

Taux de participation: 60.2%.

Voir aussi: