Tag Archives: Irlande

Élections européennes de 2014 – Brèves de campagne n°1

Les prochaines élections européennes auront lieu à la fin du mois de mai 2014. D’ici là, Élections en Europe publiera régulièrement des brèves abordant l’actualité de la campagne électorale dans différents pays européens. Rappelons que les citoyens de 28 pays européens se rendront aux urnes pour élire les 751 députés du Parlement européen.

L’association VoteWatch Europe a lancé récemment un site internet intitulé MonVote2014.eu et visant à encourager la participation électorale des jeunes citoyens. Disponible en français, anglais, allemand, italien, polonais et espagnol, il permet notamment de faire un test pour voir quel parti politique européen nous correspond le mieux. Nul doute que son intérêt de sera pas limité à la jeunesse!

Élections européennes en Allemagne

L’Alternative pour l’Allemagne, un nouveau parti politique eurosceptique qui a réalisé le score prometteur de 4.7% des voix lors des élections législatives allemandes de dimanche dernier, mise désormais sur les élections européennes. Interviewé par le Schwäbischer Tagblatt, Bernd Lucke, professeur d’économie et porte-parole du parti, n’exclut pas de devenir lui même député européen l’an prochain.

Toujours en Allemagne, le journal Die Welt a annoncé il y a quelques jours que l’ancien Ministre-Président de Basse-Saxe David McAllister devrait être la prochaine tête de liste de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) aux élections européennes. Toujours selon Die Welt, David McAllister suivrait déjà comme visiteur les sessions du Parlement européen à Strasbourg pour se préparer.

Élections européennes en France

En France, de nombreux députés européens se sont élevés contre un projet d’économie prévoyant que les courriers papiers seront supprimés lors des prochaines élections européennes. Le Ministre des Affaires européennes, Thierry Repentin, a déclaré que la mesure était restée dans le projet de loi « par erreur ». Reste à voir le sort que lui réservera l’Assemblée Nationale…

Élections européennes au Royaume-Uni et en Irlande

Au Royaume-Uni, le député travailliste Peter Hain a mis en garde son parti contre la montée de l’UKIP, un parti politique eurosceptique qui a obtenu d’excellents résultats aux élections locales de mai dernier en Angleterre et qui pourrait, selon Peter Hain, devancer les partis traditionnels lors des élections européennes de 2014. Les travaillistes avaient longtemps pensé que l’UKIP menaçaient uniquement les Tories, mais ce n’est désormais plus une certitude…

En Irlande, c’est le redécoupage des circonscriptions électorales qui fait parler de ce scrutin. Jusque-là, les douze sièges au Parlement européen étaient divisés en quatre circonscriptions électorales. Suite à la réduction du nombre de sièges à 11, trois circonscriptions électorales seulement subsisteront, provoquant une redéfinition de la stratégie des principaux partis. Rappelons que les Irlandais utilisent un mode de scrutin particulier, le scrutin à vote unique transférable.

Revue de presse

Enfin, parmi les articles publiés au cours des derniers jours, signalons la tribune de Patrick Martin-Genier, maître de conférence en droit public à Sciences Po, publiée sur le site Internet du Huffington Post et intitulée « Elections européennes de 2014: le scrutin qui fait peur ». Il y revient sur la montée des populismes en Europe. Un sujet justement abordé hier par le New York Times dans son article « A Challenge to European Political Elite ».

Référendum sur les droits des enfants en Irlande

Les citoyens irlandais se sont prononcés hier par référendum sur une modification de la Constitution consacrée aux droits des enfants. Ce nouvel article constitutionnel, qui accroît notamment les droits des enfants dans les procédures judiciaires, a été accepté par 58% des voix. La participation a, en revanche, été très basse (33.5%).

Voir aussi:

Élections de novembre 2012 en Europe

Si le calendrier électoral européen est un peu moins chargé en novembre 2012 qu’en octobre, certaines échéances n’en sont pas moins très attendues. Ainsi, les élections régionales qui se tiendront le 25 novembre en Catalogne seront très suivies, et pas seulement en Espagne. En cas de victoire des indépendantistes, un référendum pourrait être organisé sur l’indépendance de la région, à l’image du référendum prévu en Écosse en 2014. On peut douter toutefois que le gouvernement espagnol sera prêt à laisser partir la Catalogne aussi facilement que le gouvernement britannique semble prêt à laisser partir l’Écosse.

Le 11 novembre, les Slovènes iront, eux, aux urnes pour désigner un nouveau président, ou, d’ailleurs, pour reconduire l’ancien. Trois candidats s’affrontent: le président sortant, Danilo Türk, un indépendant soutenu notamment par Slovénie positive (centre-gauche), le parti qui a remporté les élections législatives de décembre 2011 (sans toutefois parvenir à former un gouvernement); le social-démocrate Borut Pahor, Premier ministre jusqu’aux dites élections; enfin, le conservateur Milan Zver, membre du Parti démocrate slovène (SDS) au pouvoir. Les sondages ont pour l’heure donné une confortable avance à Danilo Türk.

Si les autres échéances officielles – élections législatives à Saint-Marin, élections communales à Berne et référendum en Irlande – vont probablement moins attirer l’attention des médias européens, il nous faut encore évoquer deux élections partisanes.

En France, les membres de l’UMP (conservateur) éliront un nouveau président le 18 novembre prochain. Deux candidats ont obtenu les parrainages nécessaires pour se présenter: l’ancien Premier ministre François Fillon et le Secrétaire général du parti, Jean-François Copé. L’UMP, fondée en 2002 pour soutenir Jacques Chirac lors de l’élection présidentielle d’alors, est le premier parti d’opposition au gouvernement socialiste de Jean-Marc Ayrault.

En Italie, ce sont les membres du Parti démocrate (PD, social-démocrate), du Parti socialiste italien (PSI, social-démocrate), l’Alliance pour l’italie (ApI, centriste) et de Gauche, écologie et liberté (SEL, gauche de la gauche) désigneront, le 25 novembre, le candidat qui doit conduire la coalition de centre-gauche lors des élections législatives italiennes de 2013. Au vu des sondages actuels, la personne désignée lors de cette primaire a des chances raisonnables de devenir le prochain Président du Conseil italien. Cinq candidats se disputeront les suffrages: Pier Luigi Bersani (PD), secrétaire général du Parti démocrate; Laura Puppato (PD), conseillère régionale de Vénétie; Matteo Renzi (PD), maire de Florence; Bruno Tabacci (ApI), ancien président de la région Lombardie; Nicola Vendola (SEL), président de la région des Pouilles.

Les résultats des élections du mois de novembre seront évidemment présentés ici même au fur et à mesure de leur déroulement!

Nous avons oublié un scrutin? Laissez un commentaire!

Référendum sur le pacte budgétaire européen en Irlande

Les citoyens irlandais ont accepté hier par référendum l’adhésion de leur pays au Pacte budgétaire européen. Le taux d’approbation a atteint 60.3%, un résultat qui peut paraître logique si l’on sait que les trois principaux partis politiques du pays étaient en faveur du oui, mais qui n’allait pas de soi puisque les Irlandais avaient refusé tant le Traité de Nice que le Traité de Lisbonne par le passé. Dans les deux cas, les Irlandais avaient finalement accepté les Traités après que des référendums avaient été organisés une seconde fois. Ce ne sera donc pas nécessaire cette fois.

Le oui l’a emporté dans 38 des 43 circonscriptions de l’Irlande, le non arrivant en tête uniquement dans le Donegal et dans trois circonscriptions de Dublin, la capitale du pays. La campagne du non était menée par les partis situés à la gauche du Parti travailliste, soit essentiellement le Sinn Fein et le petit Parti socialiste. Le gouvernement du Premier ministre Enda Kenny, qui réunit démocrates-chrétiens et travaillistes, a toutefois promis de s’engager pour que l’Europe adopte une politique davantage orientée sur la croissance. L’Irlande devrait être le seul des dix-pays signataires où le Pacte sera soumis au référendum populaire.

Voir aussi:

Irlande: Élection présidentielle

Les citoyens irlandais étaient appelés à élire un nouveau président pour une période de sept ans. Mary McAleese, la présidente sortante, ne pouvait plus se représenter après quatorze ans passés à la présidence. Son parti, le Fianna Fail (libéral), qui a enregistré une sévère défaite lors des élections législatives de février 2011, ne présentait pas de candidat. C’est un travailliste, Michael D. Higgins, qui a été élu à la présidence du pays, donnant ce poste à la gauche pour la deuxième fois dans l’Histoire de l’Irlande après Mary Robinson (1990-1997).

Résultats détaillés de l’élection présidentielle irlandaise:

  • Michael D. Higgins, Parti travailliste (social-démocrate), 39.6% des voix.
  • Seán Gallagher, indépendant (libéral), 28.5% des voix.
  • Martin McGuiness, Sinn Féin (socialiste), 13.7% des voix.
  • Gay Mitchell, Fine Gael (démocrate-chrétien), 6.4% des voix.
  • David Norris, indépendant (militant des droits civils), 6.2% des voix.
  • Dana Rosemary Scallon, indépendante (conservatrice eurosceptique), 2.9% des voix.
  • Mary Davis, indépendante, 2.7% des voix.