Elections communales de 2015 en Italie

Des élections communales ont eu lieu dans de nombreuses communes italiennes durant les mois de mai et de juin 2015. Trois villes de plus de 100’000 habitants ont notamment été concernées: Bolzano et Trento qui ont toutes deux reconduit leurs maires sociaux-démocrates, ainsi que Venise, placée depuis plusieurs mois sous tutelle de l’État, qui s’est donné un maire conservateur pour la première fois depuis 2010. Rappelons que le maire social-démocrate sortant, Giorgio Orsoni, avait été arrêté en juin 2014. Parmi les villes plus petites, dont nous ne donnerons pas les résultats détaillés, signalons que le Parti démocrate (PD, social-démocrate) du Premier ministre Renzi s’est emparé de Mantoue (précédemment gouvernée par Forza Italia). Forza Italia a, de son côté, ravi la mairie d’Arezzo au Parti démocrate. Enfin, l’Union valdotaine (UV, régionaliste) a cédé la mairie à ses alliés du Parti démocrate, mais reste le plus grand parti de la ville.

Bolzano

Maire: Luigi Spagnolli, Parti démocrate (PD, social-démocrate), réélu.

Conseil communal: 10 Parti démocrate (PD, social-démocrate), 7 Parti du peuple du Tyrol du Sud (SVP, régionaliste de droite), 5 Ligue du Nord (LN, régionaliste, droite populiste), 5 Forza Italia (FI, conservateur), 4 Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 2 Verts, 2 A gauche pour Bolzano, 2 Liste Benussi, 1 Projet Bolzano, 1 Parti socialiste italien (PSI, social-démocrate), 1 Unitalia (droite populiste), 1 Gauche écologie liberté (SEL, gauche de la gauche), 1 CasaPound (fasciste), 1 Frères d’Italie (conservateur), 2 divers.

Trento

Maire: Alessandro Andreatta, Parti démocrate (PD, social-démocrate), réélu au premier tour.

Conseil communal: 14 Parti démocrate (PD, social-démocrate), 6 Ligue du Nord (LN, régionaliste, populiste de droite), 5 Cantiere Civico Democratico (centre-gauche), 4 Parti autonomiste trento-tyrolien (régionaliste), 3 Trento citoyen (centre-droite), 3 Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 1 Vert, 1 Forza Italia (FI, conservateur), 1 Projet trento, 1 L’Autre Trento à gauche (gauche de la gauche).

Venise

Maire: Luigi Brugnaro, Indépendant (centre droite), élu au second tour.

Conseil communal: 17 Liste Luigi Brugnaro (centre-droite), 7 Parti démocrate (PD, social-démocrate), 3 Forza Italia (FI, conservateur), 2 Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 1 Area popolare (démocrate-chrétien), 1 Ligue du Nord (LN, régionaliste, droite populiste), 1 divers.

Voir aussi

Elections régionales de 2015 en Italie

Des élections régionales ont eu lieu le 31 mai 2015 dans sept des vingt régions italiennes. Peu de changements de majorité, puisque seule la Ligurie passe à droite et la Campanie à gauche. Pour le reste, les rapports de force sont maintenus. Vous trouverez les résultats détaillés de ces élections dans une série d’articles spécifiques:

Voir aussi

Élections régionales de 2015 dans les Pouilles

La droite n’est pas parvenue à reconquérir les Pouilles, une région du sud-est de l’Italie dont le président communiste sortant, Nichi Vendola, ne se représentait pas. Michele Emiliano, membre du Parti démocrate (PD, social-démocrate) et à la tête d’une large coalition allant de la gauche de la gauche à une partie de la démocratie chrétienne, a obtenu les suffrages de près d’un électeur sur deux. Le Mouvement 5 Étoiles de Beppe Grillo, inexistant lors des élections régionales de 2010, s’est imposé d’emblée comme la deuxième force politique de la région, tandis que les conservateurs de Forza Italia étaient relégués en troisième position.

Résultats détaillés des élections régionales de 2015 dans les Pouilles

Élection du président de la région

  • Michele Emiliano, Parti démocrate (PD, social-démocrate), à la tête d’une coalition de centre-gauche, 47.1% des voix, élu.
  • Antonella Laricchia, Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 18.4% des voix, non élue.
  • Francesco Schittulli, Indépendant (centre-droite), 18.3% des voix, non élu.
  • Adriana Poli Bortone, Frères d’Italie – Alliance nationale dissidente (national-conservateur), à la tête d’une coalition de droite, 14.4% des voix, non élue.
  • Riccardo Rossi, Les Autres Pouilles (gauche de la gauche), 1.0% des voix, non élu.

Élection du parlement de la région

  • Parti démocrate (PD, social-démocrate), 18.8% des voix, 14 sièges.
  • Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 16.3% des voix, 7 sièges.
  • Forza Italia (conservateur), 10.8% des voix, 6 sièges.
  • Pacte civique (libéral) – Italie des Valeurs (social-libéral), 9.3% des voix, 6 sièges.
  • Conservateurs et Réformistes italiens (conservateur), 9.3% des voix, 4 sièges.
  • Nous à gauche pour les Pouilles (gauche de la gauche), 6.5% des voix, 4 sièges.
  • Area Popolare (démocrate-chrétien), 6.0% des voix, 4 sièges.
  • Union du Centre (UDC, démocrate-chrétien) – Centre démocrate (CD, social-libéral), 5.9% des voix, 3 sièges.
  • Gauche, Écologie, Liberté (SEL, gauche de la gauche), 4.1% des voix, 3 sièges.
  • Frères d’Italie – Alliance nationale (national-conservateur), 2.3% des voix, 0 siège.
  • Ligue du Nord (LN, régionaliste, droite populiste), 2.3% des voix, 0 siège.

Voir aussi

Élections régionales de 2015 dans les Marches

La gauche conserve la présidence des Marches, une région du centre de l’Italie où elle se maintient au pouvoir depuis 1993. Cette année, la droite lui a facilité le travail puisque la Ligue du Nord (LN, régionaliste, droite populiste) et Forza Italia (conservateur) étaient chacune à la tête d’une coalition différente. Luca Ceriscioli, le candidat du Parti démocrate (PD, social-démocrate), succède donc à son camarade de parti Gian Mario Spacca. Il faut noter que ce dernier, qui a quitté le Parti démocrate fin 2014 et créé un mouvement nommé Marches 2020, était la tête de liste de la coalition emmenée par Forza Italia…

Résultats détaillés des élections régionales de 2015 dans les Marches

Élection du président de la région

  • Luca Ceriscioli, Parti démocrate (PD, social-démocrate), soutenu par les listes Unis pour les Marches (écologistes, libéraux, sociaux-libéraux, sociaux-démocrates) et Marches populaires (démocrates-chrétiens), 41.1% des voix, élu.
  • Giovanni Maggi, Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 21.8% des voix, non élu.
  • Francesco Acquaroli, Frères d’Italie – Alliance nationale (national-conservateur), soutenu par la Ligue du Nord (LN, régionaliste, droite populiste), 19.0% des voix, non élu.
  • Gian Mario Spacca, Marches 2020 (centriste), soutenu par Forza Italia (conservateur), Area Popolare (démocrate-chrétien) et Démocratie chrétienne, 14.2% des voix, non élu.
  • Edoardo Mentrasti, L’Autre Gauche – Gauche unie (gauche de la gauche), 4.0% des voix, non élu.

Élections du parlement de la région

  • Parti démocrate (PD, social-démocrate), 35.1% des voix, 16 sièges.
  • Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 18.9% des voix, 5 sièges.
  • Ligue du Nord (LN, régionaliste, droite populiste), 13.0% des voix, 3 sièges.
  • Forza Italia (conservateur), 9.4% des voix, 2 sièges.
  • Frères d’Italie – Alliance populaire (national-conservateur), 6.5% des voix, 1 siège.
  • Unis pour les Marches (Les Verts – Italie des Valeurs (IdV, social-libéral), Parti socialiste italien (PSI, social-démocrate), Pacte civique (SC, libéral)), 5.0% des voix, 2 sièges.
  • Marches 2020 (centriste) – Area Popolare (démocrate-chrétien), 4.0% des voix, 1 siège.
  • L’Autre Gauche – Gauche unie (Gauche Écologie Liberté (SEL, gauche de la gauche), Parti de la refondation communiste (PRC, communiste), Parti des communistes italiens (PdCI, communiste)), 3.8% des voix, 0 siège.
  • Marches populaires (Union du Centre (UDC, démocrate-chrétien), Centre démocrate (CD, social-libéral), Démocratie solidaire (démocrate-chrétien)), 3.4% des voix, 1 siège.

Voir aussi

Élections régionales de 2015 en Campanie

La gauche l’a emporté le 31 mai 2015 lors des élections régionales en Campanie, une région du sud de l’Italie qui compte près de six millions d’habitants et dont la capitale est Naples. Vincenzo De Luca, le candidat du Parti démocrate (PD, social-démocrate) succède ainsi au président conservateur sortant Stefano Caldoro (Forza Italia). La coalition de centre-droite emmenée par Caldoro n’a récolté que 38.4% des voix, contre plus de 54% lors des élections régionales de 2010. La droite semble avoir ainsi fait l’essentiel des frais de l’irruption du Mouvement 5 Étoiles de Beppe Grillo sur la scène politique régionale puisque la coalition de gauche de De Luca n’a reculé, elle, que de 2%.

Résultats détaillés des élections régionales de 2015 en Campanie

Élection du président de la région

  • Vincenzo De Luca, Parti démocrate (PD, social-démocrate), soutenu notamment par Campanie libre, le Centre démocratique, le Pacte civique, l’Union du Centre, les Verts, l’Alliance pour l’Italie et Italie des Valeurs, 41.2% des voix, élu.
  • Stefano Caldoro, Forza Italia (conservateur), soutenu notamment par le Nouveau Centre-droit, les Frères d’Italie et Noi Sud, 38.4% des voix, non élu.
  • Valeria Ciarambino, Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 17.5% des voix, non élue.
  • Salvatorre Vozza, Gauche Écologie Liberté (SEL, gauche de la gauche), soutenu notamment par le Parti de la refondation communiste et par le Parti des communistes italiens, 2.2% des voix, non élu.

Élection du parlement de la région

  • Parti démocrate (PD, social-démocrate), 19.5% des voix, 16 sièges.
  • Forza Italia (conservateur), 17.8% des voix, 8 sièges.
  • Mouvement 5 Étoiles (M5S, populiste), 17.0% des voix, 7 sièges.
  • Liste Caldoro Président (conservateur), 7.2% des voix, 2 sièges.
  • Nouveau Centre-droit (NCD, conservateur), 5.9% des voix, 1 siège.
  • Frères d’Italie – Alliance nationale (national-conservateur), 5.5% des voix, 2 sièges.
  • Liste Da Luca Président (social-démocrate), 4.9% des voix, 4 sièges.
  • Campanie Libre, 4.8% des voix, 3 sièges.
  • Centre démocrate (CD, social-libéral) – Pacte civique (SC, libéral), 2.8% des voix, 2 sièges.
  • Union du Centre (UDC, démocrate-chrétien), 2.4% des voix, 2 sièges.
  • Gauche au travail (Gauche Écologie Liberté; Parti de la Refondation communiste et Parti des communistes italiens), 2.3% des voix, 0 siège.
  • Parti socialiste italien (PSI, social-démocrate), 2.2% des voix, 1 siège.
  • Noi Sud (régionaliste), 2.1% des voix, 0 siège.
  • Alliance pour l’Italie (ApI, centriste), 1.5% des voix, 1 siège.
  • Les Verts, 1.2% des voix, 1 siège.
  • Italie des Valeurs (IdV, social-libéral), 1.1% des voix, 1 siège.

Voir aussi