Deuxième tour de l’élection présidentielle tchèque de 2013

Le social-démocrate Milos Zeman a été élu hier lors du second tour de l’élection présidentielle en République tchèque. Milos Zeman l’a emporté par 54.8% des voix contre 45.2% au ministre conservateur des affaires étrangères Karel Schwarzenberg. Il était déjà arrivé en tête du premier tour, il y a deux semaines. Schwarzenberg est arrivé en tête à Prague, mais a été battu dans toutes les autres régions du pays.

Milos Zeman succèdera le 8 mars prochain au conservateur et eurosceptique Vaclav Klaus. Il est le premier président tchèque à avoir été élu au suffrage universel. Zeman, qui a été Premier ministre, n’est plus membre du Parti social-démocrate tchèque (CSSD) depuis 2007 et a fondé par la suite son propre parti politique, le Parti des droits civiques, non encore représenté au Parlement national.

Taux de participation: 59%.

Source: Der Standard.

Voir aussi:

Premiers ministres tchèques

Le Premier ministre est appelé Président du gouvernement en République tchèque. Il est, comme son nom l’indique, le chef du gouvernement. Nommé par le président, le Président du gouvernement tchèque doit bénéficier d’une majorité à la Chambre des députés pour pouvoir rester en fonction. Depuis le mois de juin 2010, le Premier ministre tchèque est le conservateur Petr Nečas. Vous trouverez ci-dessous une liste des Premiers ministres qui se sont succédés à la tête du gouvernement tchèque depuis la dissolution de la Tchécoslovaquie.

Liste des Présidents du gouvernement tchèque depuis 1993:

[table id =15 /]

Voir aussi:

Premier tour de l’élection présidentielle tchèque de 2013

Les citoyens tchèques se sont rendus hier et avant-hier aux urnes pour la première élection présidentielle directe de leur histoire. Jusqu’à maintenant, le président était élu par le parlement. C’est un ancien Premier ministre social-démocrate, Milos Zeman, qui est arrivé en tête du premier tour, devançant de peu le Ministre des affaires étrangères conservateur Karel Schwarzenberg. Précisons encore que Milos Zeman avait quitté le Parti social-démocrate tchèque (CSSD) en 2007 pour fonder, deux ans plus tard, le Parti des droits civiques, un parti non représenté au parlement actuellement. Le deuxième tour aura lieu les 25 et 26 janvier prochain. L’élu succédera à Václav Klaus, président depuis 2003 qui ne pouvait pas se représenter.

Résultats détaillés du premier tour de l’élection présidentielle tchèque:

  • Milos Zeman, Parti des droits civiques (SPOZ, social-démocrate), 24.2% des voix.
  • Karel Schwarzenberg, Top 09 (conservateur europhile), 23.4% des voix.
  • Jan Fischer, indépendant, 16.4% des voix.
  • Jiri Dienstbier, Parti social-démocrate tchèque (CSSD), 16.1% des voix.
  • Vladimir Franz, indépendant, 6.8% des voix.
  • Zuzana Roithová, Union démocrate-chrétienne – Parti populaire tchécoslovaque (KDU-CSL), 5.0% des voix.
  • Tána Fischerová, Mouvement clé, 3.2% des voix.
  • Premysl Sobotka, Parti démocratique civique (ODS, conservateur eurosceptique), 2.5% des voix.
  • Jana Bobosíková, Souveraineté (conservateur eurosceptique), 2.4% des voix.

Taux de participation: 61.3% des voix.

Voir aussi:

Élections sénatoriales de 2012 en République tchèque

Les élections qui se sont tenues hier pour le renouvellement d’un tiers des sièges du Sénat de la République tchèque ont été marquées, comme celles de 2010, par une progression des sociaux-démocrates du CSSD qui ont ainsi conforté leur majorité absolue. Le Parti démocratique civique (ODS, conservateur eurosceptique) au pouvoir a été très lourdement sanctionné, tandis que les Verts et le Parti Pirate font leur entrée au Sénat. Les communistes n’ont pas réussi à concrétiser au Sénat le succès recueilli lors des élections régionales du week-end passé.

Résultats détaillés des élections sénatoriales en République tchèque:

  • Parti social-démocrate tchèque (CSSD), 46 sièges (+5).
  • Parti démocratique civique (ODS, conservateurs eurosceptiques), 15 sièges (-10).
  • TOP 09 (conservateurs pro-européens), 6 sièges (+1).
  • Union chrétienne et démocrate (KDU), 3 sièges (-2).
  • Bohèmiens du Nord.cz (régionalistes), 2 sièges (-).
  • Parti communiste de Bohême et Moravie, 2 sièges (-).
  • Les Verts, 1 siège (+1).
  • Parti pirate tchèque, 1 siège (+1).
  • Mouvement d’Ostrava, 1 siège (+1).
  • Indépendants, 3 sièges (+2).
Les pouvoirs du Sénat sont beaucoup plus faibles que ceux de la Chambre des députés. Les sénateurs peuvent certes mettre leur veto à une loi promulguée à la Chambre, mais il peut être levée si la majorité absolue des députés approuvent à nouveau le texte. Les sénateurs prennent part à l’élection des juges de la Cour constitutionnelle.
Voir aussi:

Elections régionales de 2012 en République tchèque

Les élections régionales qui se sont tenues hier en République tchèque ont été marquées par une importante progression du Parti communiste de Bohême et de Moravie (KSCM), qui devient même le premier parti dans deux régions. Tant les sociaux-démocrates du CSSD que les conservateurs eurosceptiques du Parti démocrate civique (ODS) subissent en revanche de lourdes pertes.

Les conservateurs europhiles de TOP09 et leurs alliés des Maires et indépendants (STAN) enregistrent quelques gains. Les chiffres de 2008 concernent le seul STAN, TOP09 n’existant pas encore à ce moment-là. A droite toujours, les démocrates-chrétiens de la KDU-CSL enregistrent des résultats variés, dont la comparaison est par ailleurs rendue difficile par le fait qu’ils se sont souvent présentés dans le cadre d’alliances. De nombreux autres partis politiques tchèques ont obtenu des sièges ça et là.

Résultats détaillés des élections régionales tchèques

Bohême centrale

20 CSSD (-6), 19 KSCM (+9), 16 ODS (-9), 10 TOP09 et maires de Bohême centrale (+6).

Bohême-du-Sud

18 CSSD (-4), 13 KSCM (+3), 9 Bohême-du-Sud 2012 (+9), 8 ODS (-11), 4 KDU-CSL (-), 3 Top9 et maires de Bohême-du-Sud (+3).

Hradec Králové

12 CSSD (-6), 11 KSCM (+4), 7 Coalition KDU-CSL, HDK (social-libéral) et VPM (libéral) (+3), 6 ODS (-7), 5 TOP 09 et maires de Hradec Králové (+5), 4 divers (+4), 0 SNK-ED (-3).

Karlovy Vary

14 KSCM (+6), 13 CSSD (-3), 5 ODS (-4), 5 Mouvement indépendant pour un développement harmonieux des villes et des communes (HNHRM, conservateur) (+2), 4 TOP09 et maires de Karlovy Vary (+4), 4 Alternative (-1), 0 divers (-4).

Liberec

13 Maires pour Liberec (+6), 10 KSCM (+2), 10 Changement pour la région de Liberec (coalition du parti Changement et des Verts) (+10), 7 CSSD (-8), 5 ODS (-7), 0 SOS (social-libéral) (-3).

Moravie du Sud

23 CSSD (-3), 16 KSCM (+6), 14 KDU-CSL (-4), 7 ODS (-4), 5 TOP09 et maires de Moravie du Sud (+5).

Moravie-Silésie

24 CSSD (-7), 20 KSCM (+9), 9 ODS (-9), 7 KDU-CSL (+2), 5 Indépendants (+5).

Olomouc

19 CSSD (-8), 16 KSCM (+6), 8 Coalition de la KDU-CSL et des Verts (+3), 8 ODS (-5), 4 TOP09 et maires d’Olomouc (+4).

Pardubice

12 CSSM (-7), 11 KSCM (+5), 10 coalition KDU-CSL, SNK-ED et indépendants (+1), 6 ODS (-5), 3 Top09 et maires de Pardubice (+3), 3 SPOZ (social-démocrate) (+3).

Pilsen

15 ODS (+1), 15 CSSD (-4), 12 KSCM (+3), 3 TOP09 et maires de Pilsen (+3), 0 KDU-CSL & SNK ED (-3).

Ústí nad Labem

20 KSCM (+8), 13 CSSD (-9), 9 Bohêmes du nord (régionalistes) (+1), 7 ODS (-6), 6 PRO! (coalition réunissant la KDU-CSL, les Verts et le HNHRM) (+6).

Vysočina

17 CSSD (-1), 11 KSCM (+6), 7 KDU-CSL (+2), 5 ODS (-6), 3 divers (+3), 2 TOP09 et maires de Vysočina (-3).

Zlín

12 CSSD (-6), 10 KDU-CSL (+4), 9 KSCM (+4), 5 TOP09 et maires de Zlín (-), 5 ODS (-6), 4 SPOZ (social-démocrate) (+4).

Voir aussi: