Élections législatives de 2016 en Roumanie

Des élections législatives ont eu lieu le 11 décembre 2016 en Roumanie. Elles ont été remportées par le Parti social-démocrate (PSD), au pouvoir depuis 2012. Le système électoral a été profondément modifié, les élections ayant désormais lieu selon un mode de scrutin proportionnel, alors que la majoritaire à deux tours était de mise depuis 2008. Un seuil électoral est fixé à 5% pour les partis politiques et à 10% pour les alliances électorales. Le nombre de députés et de sénateurs a par ailleurs été réduit. Au vu de ce changement de système, il n’est pas vraiment possible de comparer les résultats de ces élections avec les élections législatives de 2012.

Résultats détaillés de l’élection de la Chambre des députés de Roumanie

  • Parti social-démocrate (PSD), 45.5% des voix, 154 sièges.
  • Parti national libéral (PNL, conservateur), 20.0% des voix, 69 sièges.
  • Union sauvez la Roumanie (USR, libéral), 8.9% des voix, 30 sièges.
  • Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR, démocrate-chrétien, minorité hongroise), 6.2% des voix, 21 sièges.
  • Alliance des libéraux et démocrates (ALDE, libéral), 5.6% des voix, 20 sièges.
  • Parti mouvement populaire (MP, conservateur), 5.4% des voix, 18 sièges.
  • Parti Roumanie unie (PRU, nationaliste), 2.8% des voix, 0 siège.
  • Parti de la Grande Roumanie (PRM, nationaliste), 1.0% des voix, 0 siège.
  • Représentants des minorités, 18 sièges.

Taux de participation: 39.5%.

Résultats détaillés de l’élection du Sénat de Roumanie

  • Parti social-démocrate (PSD), 45.7% des voix, 67 sièges.
  • Parti national libéral (PNL, conservateur), 20.4% des voix, 30 sièges.
  • Union sauvez la Roumanie (USR, libéral), 8.9% des voix, 13 sièges.
  • Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR, démocrate-chrétien, minorité hongroise), 6.2% des voix, 9 sièges.
  • Alliance des libéraux et démocrates (ALDE, libéral), 6.0% des voix, 9 sièges.
  • Parti mouvement populaire (MP, conservateur), 5.7% des voix, 8 sièges.
  • Parti Roumanie unie (PRU, nationaliste), 3.0% des voix, 0 siège.
  • Parti de la Grande Roumanie (PRM, nationaliste), 1.2% des voix, 0 siège.
  • Parti écologiste de Roumanie (PER), 1.0% des voix, 0 siège.

Taux de participation: 39.4%.

Voir aussi

Élection présidentielle de 2014 en Roumanie

Une élection présidentielle a eu lieu en Roumanie les 2 et 16 novembre derniers. Klaus Iohannis, président du Parti national libéral (PNL, libéral) et maire de Sibiu, l’a emporté au second tour face au Premier ministre social-démocrate Victor Ponta. Klaus Iohannis succède ainsi au conservateur Traian Basescu qui était en poste depuis 2004. Klaus Iohannis bénéficiait du soutien du Parti démocrate libéral (PDL), le grand parti conservateur roumain, tandis que Victor Ponta pouvait compter sur l’appui de l’Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR, social-démocrate) et du petit Parti conservateur. Le taux de participation a été beaucoup plus élevé au second tour (64.1% contre 53.2%). Ce regain a visiblement profité au candidat de la droite, puisque Ponta était arrivé assez largement en tête du premier tour.

Résultats détaillés du premier tour

  • Victor Ponta, Parti national libéral (PNL, libéral), 40.4% des voix.
  • Klaus Iohannis, Parti social-démocrate (PSD, social-démocrate), 30.4% des voix.
  • Călin Popescu-Tăriceanu, Indépendant (PNL dissident, libéral), 5.4% des voix.
  • Elena Udrea, Mouvement populaire (PMP, conservateur), 5.2% des voix.
  • Monica Macovei, Indépendant (PDL dissidente, conservatrice), 4.4% des voix.
  • Dan Diaconescu, Parti populaire – Dan Diaconescu (PP-DD, populiste de gauche), 4.0% des voix.
  • Corneliu Vadim Tudor, Parti de la grande Roumanie (nationaliste), 3.7% des voix.
  • Hunor Kelemen, Union démocratique des Hongrois de Roumanie, 3.5% des voix.
  • Teodor Melescanu, Indépendant, 1.1% des voix.
  • Zsolt Szilágyi, Parti populaire hongrois de Transylvanie, 0.6% des voix.
  • Gheorghe Funar, Indépendant, 0.5% des voix.
  • William Brinza, Parti écologiste roumain, 0.5% des voix.
  • Constantin Rotaru, Parti de l’alternative socialiste, 0.3% des voix.

Résultats détaillés du second tour

  • Klaus Iohannis, 54.4% des voix.
  • Victor Ponta, 45.6% des voix.

Voir aussi

Elections européennes de 2014

Les prochaines élections européennes auront lieu entre le 22 et le 25 mai 2014. Les citoyens des 28 États membres de l’Union européenne – la Croatie aura adhéré d’ici-là – éliront les 751 députés au Parlement européen. Il s’agira des neuvièmes élections européennes au suffrage universel, les premières ayant eu lieu en 1979. Le parti politique européen qui remporte ces élections – probablement le Parti populaire européen (PPE, conservateur) ou le Parti socialiste européen (PSE, social-démocrate) – verra sans doute un des siens accéder à la présidence de la Commission européenne.

Tous les résultats ici!

Mode de scrutin pour les élections européennes

Les élections européennes se déroulent obligatoirement au système proportionnel – par liste de partis ou au scrutin à vote unique transférable – et ce quel que soit le mode de scrutin utilisé par ailleurs pour les autres élections dans les différents pays.

Les États européens bénéficient toutefois d’une certaine marge de manœuvre puisqu’ils peuvent décider eux-même de:

  • La mise en place ou non de circonscriptions électorales.
  • L’établissement d’un quorum (seuil minimum pour être représenté au parlement). Il ne doit toutefois pas dépasser 5%.
  • La méthode de répartition des sièges (plus fort reste ou plus forte moyenne).

Le droit de vote des citoyens européens prévaut dans l’ensemble des États de l’Union européenne lors des élections européennes, à l’image des élections locales. Les citoyens européens votent, lors des élections européennes, dans le pays dans lequel ils résident, et non dans le pays d’où ils viennent. Un citoyen allemand résidant en France a donc le droit de vote en France pour les élections européennes.

Retour sur les élections européennes de 2009

Les dernières élections européennes se sont déroulées du 4 au 7 juin 2009. Le Parti populaire européen – qui regroupe des partis politiques démocrates-chrétiens et conservateurs – a remporté ces élections, devançant le Parti socialiste européen et le Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs. La composition des groupes parlementaires a été la suivante à l’issue des élections européennes de 2009:

  • Groupe du Parti populaire européen (PPE, conservateur et démocrate-chrétien), 265 sièges (+21).
  • Alliance progressiste des socialistes et des démocrates au Parlement européen (social-démocrate), 184 sièges (-35).
  • Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (libéral et social-libéral), 84 sièges (-4).
  • Groupe des Verts / Alliance libre européenne (écologiste et régionaliste), 55 sièges (+12).
  • Groupe des conservateurs et des réformateurs européens (conservateur eurosceptique), 55 sièges (+55).
  • Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (gauche de la gauche), 35 sièges (-6).
  • Groupe Europe libertés démocratie (droite populiste et/ou eurosceptique), 32 sièges (+32).
  • Non inscrits (divers), 26 sièges (-3).

Forces en présence pour les élections européennes de 2014

La plupart des partis politiques des pays européens sont regroupés dans des partis politiques européens, véritables fédérations rassemblant des partis politiques partageant des idéologies proches.

Le Parti populaire européen (PPE)  est, à l’heure actuelle, le plus important parti politique européen et a de bonnes chances de le rester après 2014. D’orientation démocrate-chrétienne ou conservatrice, ses membres sont pour la plupart pro-européens. Le PPE regroupe aussi bien l’UMP, que le Parti populaire espagnol, la CDU allemande ou le Peuple de la Liberté italien. A la mi-avril 2013, le Parti populaire européen regroupe notamment douze des vingt-huit chefs de gouvernements de l’Union européenne.

Le Parti socialiste européen (PSE) est, à l’heure actuelle, le deuxième parti le plus important de l’Union européenne. S’il lui est arrivé par le passé d’occuper la première place, il semble relativement improbable, à ce stade, que le PSE l’emporte en 2014. Les partis politiques membres du Parti socialiste européen sont pour la plupart sociaux-démocrates et pro-européens. A la mi-avril 2013, le Parti socialiste européen compte notamment neuf des 28 chefs de gouvernements de l’Union européenne (y. c. Croatie).

L’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE) est la troisième force politique de l’Union européenne. Elle regroupe des partis politiques libéraux ou sociaux-libéraux, dont la position sur le spectre politique va du centre-gauche (l’Italie des Valeurs par exemple) à la droite (Parti populaire libéral et démocrate néerlandais par exemple). Ces partis sont, le plus souvent, pro-européens. Deux gouvernements de l’Union européenne sont actuellement dirigés par un membre de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe: les Pays-Bas et l’Estonie. Les quelques élus du Parti démocrate européen – notamment les membres du MoDem – ont siégé jusqu’à maintenant avec les députés européens de l’ALDE.

Le Parti vert européen regroupe, comme son nom l’indique, des partis politiques écologistes et, pour la plupart, pro-européens. En 2009, le Parti vert européen a obtenu l’ensemble de ses élus au Parlement européen dans les pays de l’ancienne Europe des 15, est donc aucun dans l’ancien bloc communiste. Les écologistes siègent, au Parlement européen, avec quelques élus issus de l’Alliance libre européenne, un parti politique européen regroupant des partis régionalistes, majoritairement de gauche ou de centre-gauche. Le Parti national écossais (SNP) du Premier ministre Alex Salmond est, par exemple, membre de l’Alliance libre européenne. Enfin, verts et régionalistes ont été rejoints au Parlement européen par quelques autres élus, dont les deux députés européens du Parti pirate suédois.

L’Alliance des conservateurs et réformistes européens est un parti politique européen fondé en 2009 à l’initiative du Parti conservateur britannique de David Cameron. Il regroupe des partis politiques eurosceptiques, certains étant des partis conservateurs classiques et d’autres étant davantage nationalistes. Avant 2009, une partie de ces partis étaient membres du Parti populaire européen, tandis que d’autres faisaient partie de la défunte Union pour l’Europe des nations. Outre David Cameron, le Premier ministre tchèque appartient également à ce parti.

Le Parti de la gauche européenne regroupe des partis politiques communistes et d’autres partis de la gauche de la gauche. Ces partis sont plutôt eurosceptiques, du moins sceptiques sur l’Union européenne telle qu’elle existe aujourd’hui. Ils siègent au Parlement européen avec un élu de la Gauche verte nordique et quelques autres élus de différents partis nationaux situés à la gauche des sociaux-démocrates, dont le Sinn Féin irlandais.

Le Mouvement pour une Europe des libertés et de la démocratie (MELD) est un parti politique européen fondé en 2011 et regroupant une partie des membres du groupe Europe libertés démocratie du Parlement européen. On y trouve notamment la Ligue du Nord italienne et les Vrais finnois, deux partis de droite populiste. Au Parlement européen, les membres du MELD siègent notamment avec le Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), un parti demandant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Voir aussi

Élections législatives de 2012 en Roumanie

Des élections législatives ont eu lieu dimanche en Roumanie. La coalition de centre-gauche du Premier ministre social-démocrate Victor Ponta, nommée Union sociale-libérale et en place depuis le mois de mai de cette année, a largement remporté ces élections. Une nouvelle coalition gouvernementale devrait donc être formée entre le Parti social-démocrate, le Parti national libéral (libéral) et deux partis plus petits, le Parti conservateur (conservateur) et l’Union nationale pour le progrès de la Roumanie (social-démocrate).

Le Parti démocrate-libéral, d’orientation conservatrice et au pouvoir en Roumanie jusqu’à la fin de l’année 2011, n’a pas seulement été affaibli par la progression de la coalition de l’Union sociale-libérale, mais également par l’irruption sur l’échiquier politique roumain du Parti populaire, un parti politique fondé en septembre 2011 par un propriétaire de journaux et de TV Dan Diaconescu, qui demande notamment d’importantes baisses d’impôts.

Notons enfin que le nombre de députés a augmenté, passant de 334 il y a quatre ans à 412 cette année.

Résultats détaillés des élections législatives de 2012 en Roumanie:

Union sociale-libérale (centre-gauche), 58.6% des voix (+6.9%).
  • Parti social-démocrate (PSD), 149 sièges (+39).
  • Parti national-libéral (PNL, libéral), 101 sièges (+36).
  • Parti conservateur (PC), 13 sièges (+9).
  • Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR, social-démocrate), 10 sièges (+10).

Coalition de centre droite, 16.5% des voix (-15.9%):

  • Parti démocrate-libéral (PDL, conservateur), 52 sièges (-63).
  • Force civique (conservateur), 3 sièges (+3).
  • Parti démocrate-chrétien national des paysans (agrarien), 1 siège (+1).

Autres partis:

  • Parti populaire (PP), 14.0% des voix (+14.0%), 47 sièges (+47).
  • Alliance démocratique des Hongrois en Roumanie (UDMR, minorité hongroise, démocrate-chrétien), 5.1% des voix (-1.1%), 18 sièges (-4).

Dix-huit sièges sont par ailleurs réservés aux différentes minorités.

Voir aussi:

Élections communales de 2012 à Bucarest

Des élections communales se tenaient hier à Bucarest, capitale de la Roumanie et plus grande ville du pays avec ses 1.7 millions d’habitants. Le maire social-démocrate sortant, Sorin Oprescu, en poste depuis les élections de 2008, a été très largement reconduit. L’Union sociale-libérale, qui rassemble le Parti social-démocrate (PSD), le Parti national libéral (PNL, libéral) et le Parti conservateur (PC, conservateur), disposera également d’une très confortable majorité au parlement de la ville.

Résultats de l’élection du maire de Bucarest:

  • Sorin Oprescu, Parti social-démocrate (PSD), 54.8% des voix, élu.
  • Silviu Prigoana, Parti démocrate-libéral (PD-L, conservateur), 17.1% des voix.
  • Horia Mocanu, Parti populaire (PP, populiste), 9.5% des voix.
  • Nicusor Daniel Dan, indépendant, 8.5% des voix.
  • George Becali, Parti de la nouvelle génération (PNG, nationaliste), 3.2% des voix.
  • Anghel Ioardanescu, Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR, social-démocrate), 2.0% des voix.
  • Petre Popeanga, Parti de la grande Roumanie (PRM, extrême-droite), 1.1% des voix.
  • Divers, 3.8% des voix.

Résultats de l’élection du Conseil général de Bucarest:

  • Union sociale-libérale (USL, coalition de centre-gauche), 55.7% des voix, 37 sièges.
  • Parti démocrate-libéral (PD-L, conservateur), 16.5% des voix, 11 sièges.
  • Parti populaire (PP, populiste), 10.7% des voix, 7 sièges.
  • Liste de Nicusor Daniel Dan (indépendants), 4.7% des voix, 0 siège.
  • Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR, social-démocrate), 2.9% des voix, 0 siège.
  • Parti de la grande Roumanie (PRM, extrême-droite), 1.9% des voix, 0 siège.
  • Parti de la nouvelle génération (PNG, nationaliste), 1.6% des voix, 0 siège.

Voir aussi: