Elections de mars 2014 en Europe

Après des mois de janvier et de février très calmes, l’année électorale européenne commence véritablement en mars. Les Slovaques seront appelés aux urnes pour le premier tour de leur élection présidentielle, tandis que les Serbes renouvelleront – de manière anticipée – leur parlement. Trois cantons suisses – Nidwald, Obwald et Berne – iront aux urnes pour élire les membres de leurs exécutifs et de leurs législatifs et des élections communales se tiendront dans de nombreuses villes européennes, dont Paris, Istanbul, Amsterdam, Munich ou Belgrade.

Les Slovaques doivent élire un successeur à Ivan Gasparovic, le président conservateur sortant qui, après deux mandats, ne peut plus se représenter. Robert Fico, actuel Premier ministre social-démocrate, fait office de favori. Il pourrait affronter au second tour le philanthrope et ancien homme d’affaires Andrej Kiska. Le président slovaque ne dispose que de pouvoirs limités.

En Serbie, les électeurs sont appelés aux urnes le 16 mars pour des élections législatives anticipées. Ces élections font suite à des tensions dans la coalition électorale qui réunit, depuis les élections législatives de mai 2012, le Parti progressiste serbe (SNS, conservateur) et le Parti socialiste serbe (SPS, social-démocrate, nationaliste). Tous les sondages prédisent une large victoire du Parti progressiste serbe du président Tomislav Nikolic. Le même jour, les habitants de Belgrade renouvelleront les 110 sièges du parlement de la ville.

En Suisse, deux petits cantons de Suisse centrale, Obwald et Nidwald, ainsi que Berne, le deuxième canton le plus peuplé du pays, renouvelleront leurs autorités. Parmi les enjeux de ces scrutins, les questions de savoir si la gauche conservera sa majorité à l’exécutif bernois et si l’UDC parviendra à faire enfin son entrée à l’exécutif obwaldien recueillent une attention médiatique particulière. Quelques semaines après l’acceptation de l’initiative de l’UDC sur l’immigration de masse, le score de ce parti sera d’une manière générale regardé de près.

Des élections communales se tiendront en Europe dans le courant du mois de mars. La plupart des lecteurs sont déjà familiarisés avec les enjeux des élections municipales françaises: score du Front national, résistance d’un Parti socialiste à la tête d’un gouvernement particulièrement impopulaire, mairie de Marseille, etc. Les élections communales qui auront également lieu en Turquie sont vues comme un véritable test pour le Parti de la justice et du développement (AKP) du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan après des mois de contestation et de répression.

Si les élections françaises et turques devraient retenir l’essentiel de l’attention médiatique, d’autres scrutins locaux auront lieu en mars: le 9 au Monténégro et à Salzbourg, en Autriche; le 16 en Bavière, notamment dans deux des plus grandes villes d’Allemagne, Munich et Nuremberg; le 19 aux Pays-Bas, où le scrutin fera figure de test à deux mois des élections européennes; le 23, enfin, en Biélorussie, dans des conditions probablement tout sauf démocratiques.

Vous retrouverez les dates exactes de toutes ces élections sur notre calendrier électoral. Les résultats seront publiés sur ce blog au fur et à mesure de la tenue de ces élections!

Élections régionales de 2012 en Voïvodine

Le second tour des élections régionales s’est tenu hier en Voïvodine, une région autonome du nord de la Serbie. La coalition au pouvoir, dirigée par les sociaux-démocrates du Parti démocrates (DS), sont à nouveau majoritaires au parlement régional. Reste à savoir si les négociations aboutiront à la formation d’un gouvernement similaire au gouvernement précédent…

Résultats détaillés des élections régionales de 2012 en Voïvodine:

  • Parti démocratique (DS, social-démocrate), 21.0% des voix (-13.8%), 57 sièges (-7).
  • Parti progressiste serbe (SNS, nationaliste), 18.3% des voix (+18.3%), 23 sièges (+23).
  • Parti socialiste de Serbie (SPS, social-démocrate, nationaliste), 11.3% des voix (+4.7%), 12 sièges (+8).
  • Ligue des sociaux-démocrates de Voïvodine (LSV, régionaliste, social-démocrate), 11.0% des voix (+2.5%), 10 sièges (+4).
  • Parti radical serbe (SRS, ultranationaliste), 6.3% des voix (-24.2%), 5 sièges (-20).
  • Alliance des Hongrois de Voïvodine (VMSZ, minorité hongroise, démocrate-chrétien), 6.2% des voix (-1.4%), 8 sièges (-1).
  • Parti démocrate de Serbie (DSS, démocrate-chrétien), 5.9% des voix (+0.1%), 4 sièges (-2).
  • Parti libéral-démocrate (LDP, social-libéral), 4.8% des voix (+0.4%), 1 siège (-).
  • Assemblée serbe Dveri (droite chrétienne), 4.7% des voix (+4.7%), 0 siège (-).
  • Régions unies de Serbie (URS, conservateur), 3.9% des voix (+3.9%), 0 siège (-).
  • Indépendants, 0 siège (-5).

Voir aussi:

Premier tour de l’élection présidentielle serbe de 2012

Le premier tour de l’élection présidentielle s’est tenu dimanche en Serbie. Le président social-démocrate sortant, Boris Tadic, a devancé de peu le nationaliste Tomislav Nikolic. Ayant réuni chacun environ un quart de l’électorat, un deuxième tour sera nécessaire et aura lieu le 20 mai prochain. Ivica Dacic, président du Parti socialiste de Serbie, a d’ores et déjà annoncé son ralliement à la candidature de Boris Tadic, tout comme les Régions unies de Serbie. Le ralliement du Parti libéral-démocrate à Boris Tadic est également attendu, donnant à Boris Tadic une majorité virtuelle. Rien ne prouve toutefois que les électeurs suivront aveuglement les consignes des candidats pour lesquels ils ont voté au premier tour…

Résultats détaillés du premier tour de l’élection présidentielle serbe de 2012:

  • Boris Tadic, Parti démocratique (social-démocrate), 25.3% des voix.
  • Tomislav Nikolic, Parti progressiste serbe (SNS, nationaliste), 25.0% des voix.
  • Ivica Dacic, Parti socialiste de Serbie (SPS, social-démocrate, nationaliste), 14.2% des voix.
  • Vojislav Kostunica, Parti démocratique de Serbie (DSS, conservateur), 7.4% des voix.
  • Zoran Stankovic, Régions unies de Serbie (URS,conservateur), 6.6% des voix.
  • Cedomir Jevanovic, Parti libéral-démocrate (LDP, social-libéral), 5.0% des voix.
  • Jadranka Seslj, Parti radical serbe (SRS, ultranationaliste), 3.8% des voix.
  • Vladan Glisic, Dveri (eurosceptique), 2.8% des voix.
  • Istvan Pasztor, Alliance des Hongrois de Voïvodine, 1.7% des voix.
  • Zoran Dragisic, Mouvement des travailleurs et paysans de Serbie, 1.5% des voix.
  • Muamer Zukorlic, Indépendant, 1.4% des voix.
  • Danica Gujicic, Alliance sociale-démocrate, 1.4% des voix.

Voir aussi:

Élections législatives de 2012 en Serbie

Des élections législatives ont eu lieu hier en Serbie pour renouveler les 250 sièges du parlement unicaméral. Les nationalistes du Parti progressiste serbe de Tomislav Nikolic, un parti né en cours de législature d’une scission du Parti radical serbe, est arrivé en tête de l’élection. Le Parti radical serbe fait les frais de la scission est disparaît purement et simplement du parlement. Les trois partis de la coalition gouvernementale sortante – le Parti démocratique de Boris Tadic, le Parti socialiste de Serbie et les Régions unies de Serbie (anciennement G17+) – restent toutefois majoritaires au parlement et pourraient donc rester au pouvoir si la coalition est maintenue.

Le Parti socialiste de Serbie – l’ancien parti de Slobodan Milosevic – détient donc les clés du futur gouvernement: il vient d’ailleurs de demander au Parti démocratique le poste de Premier ministre pour son chef, Ivica Dacic, en échange de son soutien. Ce soutien est notamment vital pour le Parti démocratique en vue du deuxième tour de l’élection présidentielle qui se tiendra le 20 mai prochain et qui verra s’opposer Boris Tadic à Tomislav Nikolic. A l’issue du premier tour qui s’est également tenu dimanche, les deux candidats se sont retrouvés dans un mouchoir de poche.

Résultats détaillés des élections législatives serbes de 2012:

  • Coalition « Faisons bouger la Serbie »:
    • Parti progressiste serbe (SNS, nationaliste), 55 sièges.
    • Nouvelle Serbie (NS, conservateur), 8 sièges.
    • Mouvement Force de la Serbie, 2 sièges.
    • Mouvement des socialistes, 1 siège.
    • Parti populaire bosniaque (minorité bosniaque), 1 siège.
    • Parti national paysan (NSS, agrarien), 1 siège.
    • Parti des Roms (minorité rom), 1 siège.
    • Parti démocratique des Macédoniens (minorité macédonienne), 1 siège.
    • Coalition des associations de réfugiés de la République de Serbie, 1 siège.
    • Mouvement pour le renouveau économique de la Serbie, 1 siège.
    • Association pour les PME et les entrepreneurs serbes, 1 siège.
  • Coalition « Choix pour une vie meilleure »:
    • Parti démocratique (DS, social-démocrate), 48 sièges.
    • Parti social-démocrate de Serbie (SDPS, social-démocrate), 9 sièges.
    • Liste des sociaux-démocrates de Voïjvodine (LSV, régionaliste, social-démocrate), 5 sièges.
    • Verts de Serbie, 1 siège.
    • Alliance démocratique des Croates de Voïjvodine (DSHV, minorité croate), 1 siège.
    • Parti démocrate-chrétien de Serbie (démocrate-chrétien), 1 siège.
  • Parti socialiste de Serbie (SPS, social-démocrate, nationaliste), 24 sièges.
  • Parti démocratique de Serbie (DSS, conservateur), 21 sièges.
  • Coalition « Renouvellement »:
    • Parti libéral-démocrate (LDP, social-libéral), 11 sièges.
    • Mouvement serbe du renouveau (SPO, monarchite, conservateur), 5 sièges.
    • Union sociale-démocrate (SDU, social-démocrate), 1 siège.
    • Serbie riche, 1 siège.
  • Régions unies de Serbie (URS, conservateur):
    • G17 Plus (G17+, conservateur), 10 sièges.
    • Ensemble pour la Šumadija (régionaliste), 2 sièges.
    • Parti populaire (démocrate-chrétien), 2 sièges.
    • Coalition pour Pirot (régionaliste), 1 siège.
    • Mouvement « je vis pour la Krajina (régionaliste), 1 siège.
    • Indépendant, 1 siège.
  • Parti des retraités unis de Serbie (PUPS), 12 sièges.
  • Serbie unie (JS, régionaliste), 7 sièges.
  • Alliance des Hongrois de Voïvodine (VMSZ, minorité hongroise, conservateurs), 5 sièges.
  • Mouvement des vétérans de Serbie (PVS, anciens combattants), 1 siège.
  • Union démocratique bosniaque (minorité bosniaque), 1 siège.
  • Coalition albanaise de la vallée de Preševo (minorité albanaise), 1 siège.
  • Divers, 1 siège.
  • Parti radical serbe (SRS, ultranationaliste), 0 siège.

Taux de participation: 57.8%.

Système électoral:

Les élections législatives serbes ont lieu au suffrage universel direct, selon un système électoral proportionnel. Le parlement serbe est monocaméral et compte 250 députés élus dans une circonscription unique. Un parti politique doit obtenir 5% des voix pour être représenté au parlement, mais cette clause ne vaut pas pour les partis représentant des minorités nationales. Pour pouvoir présenter des listes aux élections, les partis politiques serbes doivent fournir une liste de 10’000 signatures (3’000 s’il s’agit de partis représentant des minorités).

Voir aussi:

Élections communales de 2012 en Serbie

Des élections communales ont eu lieu hier en Serbie, en même temps que les élections présidentielle, législatives et régionales. Cet article présente les résultats des élections dans les communes serbes de plus de 100’000 habitants: Belgrade, Kragujevac, Niš et Novi Sad.

Résultats des élections communales serbes dans les villes de plus de 100’000 habitants:

Belgrade

Voir les résultats détaillés des élections communales de 2012 à Belgrade.

Kragujevac

Première capitale de la Serbie moderne, entre 1818 et 1839, Kragujevac se situe au centre du pays. Elle est la quatrième plus grande ville du pays, derrière Belgrade, Novi Sad et Niš.

  • Régions unies de Serbie (URS, conservateur), 37 sièges.
  • Parti progressiste serbe (SNS, nationaliste), 18 sièges.
  • Un choix pour une vie meilleure (coalition de centre-gauche emmenée par le Parti démocratique), 12 sièges.
  • Parti socialiste de Serbie (SPS, social-démocrate, nationaliste), 10 sièges.
  • Parti libéral-démocrate (LDP, social-libéral), 5 sièges.
  • Parti démocrate de Serbie (DSS, conservateur), 5 sièges.

Niš

Niš est la plus grande ville du sud de la Serbie et la troisième plus grande ville du pays, derrière Belgrade et Novi Sad.

  • Parti progressiste serbe (SNS, nationaliste), 17 sièges.
  • Parti démocratique (DS, social-démocrate), 15 sièges.
  • Régions unies de Serbie (URS, conservateur), 11 sièges.
  • Parti socialiste de Serbie (SPS, social-démocrate, nationaliste), 10 sièges.
  • Parti démocrate de Serbie (DSS, conservateur), 4 sièges.
  • Parti libéral-démocrate (LDP, social-libéral), 4 sièges.

Novi Sad

Novi Sad est la capitale de la Voïvodine, une région autonome du nord de la Serbie. Elle est aussi la deuxième plus grande ville du pays, derrière Belgrade.

  • Un choix pour une vie meilleure (coalition de centre-gauche emmenée par le Parti démocratique), 17.9% des voix, 18 sièges.
  • Faisons bouger Novi Sad (coalition nationaliste emmenée par le Parti progressiste serbe), 15.7% des voix, 15 sièges.
  • Ligue des sociaux-démocrates de Voïvodine (régionaliste, social-démocrate), 15.4% des voix, 15 sièges.
  • Parti socialiste de Serbie – Parti des retraités unis de Serbie – Serbie unie, 7.7% des voix, 7 sièges.
  • Parti démocratique rom (minorité rom), 6.1% des voix, 6 sièges.
  • Parti démocratique de Serbie (DSS, conservateur), 5.6% des voix, 5 sièges.
  • Dveri (droite chrétienne), 5.1% des voix, 5 sièges.
  • Parti radical serbe (SRS, ultranationaliste), 5.1% des voix, 5 sièges.
  • Régions unies de Serbie (URS, conservateur), 4.5% des voix, 0 siège.
  • Retraités unis et justice sociale, 4.1% des voix, 0 siège.
  • Demi-tour (coalition sociale-libéraleemmenée par le Parti libéral-démocrate), 3.4% des voix, 0 siège.
  • Alliance des Hongrois de Voïvodine (minorité hongroise, démocrate-chrétien), 1.7% des voix, 1 siège.

Voir aussi: