Tag Archives: Suède

Elections de septembre 2014 en Europe

Après une période de calme presque complet en juillet et en août, la rentrée électorale a véritablement eu lieu aujourd’hui avec des élections régionales dans le Land de Saxe en Allemagne (ndlr: résultats détaillés demain sur ce site). Les échéances électorales seront nombreuses en septembre, notamment en Suède et en Allemagne.

Les Suédois sont appelés aux urnes le 14 pour renouveler l’ensemble de leurs autorités – nationales, régionales et communales – en une fois, comme c’est la coutume dans ce pays. Les sociaux-démocrates, dans l’opposition depuis huit ans, sont donnés gagnant des élections nationales depuis des mois, mais cela ne suffira pas forcément à les ramener au pouvoir puisqu’il y aura forcément une coalition gouvernementale. Alors qu’ils avaient fait campagne commune avec les Verts et les communistes en 2010, les sociaux-démocrates font cavalier seul cette année et pourraient vouloir gouverner plutôt avec les centristes et les libéraux. Si c’est arithmétiquement possible, ces derniers préféreront toutefois probablement gouverner avec les conservateurs et les démocrates-chrétiens, comme ils le font depuis 2006.

En Allemagne, deux Länder de l’ancienne Allemagne de l’Est – la Thuringe et le Brandebourg – renouvelleront leurs autorités régionales le 14 septembre également. Le bon score réalisé par les eurosceptiques de l’Alternative pour l’Allemagne en Saxe le 31 août placera sans doute ces élections au centre de l’attention médiatique. Les libéraux du FDP pourraient disparaitre de ces deux parlement régionaux, faute d’y obtenir le quorum.

Élections régionales encore le 14 septembre en Crimée, sous administration russe. Il s’agira des premières élections qui se tiendront dans la région depuis l’occupation de cette région ukrainienne par l’armée russe. Des élections communales auront également lieu dans de nombreuses villes russes.

Des élections régionales auront également lieu dans le Land du Vorarlberg le 21 septembre, dans l’ouest de l’Autriche. Cette région est dirigée sans interruption par les conservateurs du Parti populaire (ÖVP) depuis 1945 et cela ne devrait pas changer cette année. Si l’on en croit les sondages toutefois, les conservateurs pourraient céder du terrain aux libéraux de NEOS – un parti fondé l’année passée qui a le vent en poupe – et aux écologistes.

Enfin, la moitié des 348 sièges du Sénat français seront renouvelés le 28 septembre. La gauche pourrait perdre la majorité qu’elle détient dans la chambre haute lors de ces élections indirectes. Notons toutefois que le gouvernement ne dépend pas d’une majorité dans cette chambre.

Suède: les sociaux-démocrates reprennent des couleurs

Nous en relations au début du mois de janvier la chute impressionnante des sociaux-démocrates suédois dans les sondages, tombés à 24.8% des intentions de vote alors qu’ils étaient habitués à des scores bien plus élevés. La cote de popularité de Hakan Jukolt, le président du parti et, de ce fait, le chef de l’opposition, n’était que de 16%. Moins de deux mois plus tard, les sociaux-démocrates ont changé de président et repris des couleurs!

Le vent a commencé à tourner lorsque Hakan Jukolt a démissionné le 21 janvier dernier avec effet immédiat, reconnaissant des erreurs et son incapacité à remettre le parti sur la voie du succès. Moins d’une semaine plus tard, Stefan Löfven devenait président des sociaux-démocrates. Löfven était jusque-là, et depuis plus de dix ans, président d’IF Metall, le syndicat de la métallurgie, une organisation forte de 370’000 membres en Suède.

Surfant sur la popularité de leur nouveau président, les sociaux-démocrates ont regagné 4.6 points dans les sondages en moins d’un mois. L’heure n’est toutefois pas au triomphalisme puisque, avec 29.2% des intentions de vote, les sociaux-démocrates restent loin des scores auxquels ils ont été habitués par le passé et en-dessous du score obtenu lors des élections législatives suédoises de septembre 2010. Les Verts et les communistes font largement les frais du retour en force des sociaux-démocrates: -1.3% à 10.5% pour les premiers, -2.1% à 6.7% pour les seconds.

A droite, les conservateurs du Premier ministre Fredrik Reinfeldt restent stables à 32.9% des intentions de vote, tandis que leurs partenaires de coalition connaissent des fortunes diverses: les libéraux remontent légèrement à 6.5% et que les agrariens du Parti du centre baissent à 5.1%, tout comme les démocrates-chrétiens qui, avec 3.8%, n’atteignent plus le quorum. A l’extrême-droite de l’échiquier politique, les Démocrates suédois régressent assez nettement à 4.7%, en chute de 2.2%.

Sondage: les sociaux-démocrates suédois en chute libre

Les sociaux-démocrates, dans l’opposition depuis 2006 en Suède, sont en chute libre dans les sondages. Le sondage, rendu public par Novus il y a quelques semaines, ne donne plus que 25.3% des intentions de vote aux sociaux-démocrates, contre 30.6% aux élections législatives suédoises de septembre 2010. Le parti social-démocrate a longtemps été la force politique dominante en Suède, recueillant plus de 40% des suffrages à toutes les élections entre 1940 et 1988. La cote de confiance du président des sociaux-démocrates, Hakan Juholt, n’était, elle, plus que de 16% en décembre…

La chute des sociaux-démocrates profite en revanche aux deux autres partis de gauche, essentiellement aux écologistes. Les Verts sont en effet crédités de 11.9% des intentions de vote, en progression de 4.6%. Le Parti de Gauche, qui vient par ailleurs d’élire un nouveau président en la personne de Jonas Sjöstedt, est en légère progression, à 6% (+0.4%).

A droite, le Parti modéré du Premier ministre Fredrik Reinfeldt est, lui, largement en tête des intentions de vote avec 35.1%, en progression de 5.0% depuis les législatives. Ses partenaires de coalitions ne se portent en revanche pas aussi bien: le Parti du Peuple (libéraux) chute de 1.2% à 5.9%, le Parti du centre (agrarien) de 1.0% à 5.6% et les démocrates-chrétiens de 1.7% à 3.9%. Ces derniers ne seraient plus représentés au parlement, le quorum étant fixé à 4%. Les Démocrates suédois, formation d’extrême-droite représentée au parlement depuis 2010, passe de 5.7% à 5.3%.

Ces tendances n’auront toutefois pas de conséquences électorales immédiates: les prochaines élections européennes ont lieu en juin 2014, et les élections législatives, régionales et communales en septembre 2014.

Suède: Élection régionale dans le Västra Götaland

Des élections régionales ont eu lieu dans le Västra Götaland le week-end passé en Suède. Le comté de Västra Götaland, qui a Göteborg pour capitale, est le deuxième plus peuplé du pays après celui de Stockholm. Ces élections font suite à l’annulation, dans cette région, des élections régionales suédoises qui se sont tenues en septembre 2010. Les résultats de ces élections sont un peu plus favorables à la gauche que ceux du mois de septembre dernier.
Résultats détaillés des élections dans le Västra Götaland:
  • Parti social-démocrate suédois, 52 sièges (+5).
  • Parti modéré (conservateur), 38 sièges (-1).
  • Parti vert, 12 sièges (+1).
  • Parti libéral populaire, 11 sièges (-1).
  • Parti du centre (agrarien), 9 sièges (+1).
  • Démocrates-chrétiens, 9 sièges (-).
  • Parti de gauche (communiste), 9 sièges (-).
  • Démocrates suédoises (nationalistes), 9 sièges (+2).
  • Parti de la santé (parti monothématique), 0 siège (-7).

En Suède, Fredrik Reinfeldt reconduit son gouvernement

Le Premier ministre Fredrik Reinfeldt, qui est sorti vainqueur des élections législatives suédoises de septembre 2010, a annoncé aujourd’hui la composition du futur gouvernement. Les quatre partis de centre-droite qui forment la coalition: les Modérés (M), le Parti libéral populaire (FP), le Parti du Centre (C) et les démocrates-chrétiens (KD) ne disposent toutefois plus d’une majorité au Parlement suédois, le Riksdag. Il devra forger des alliances au gré des différents votes.

La répartition des sièges au sein du Ministère au sein du nouveau gouvernement n’a presque pas changé. Les Modérés disposent désormais de 11 portefeuilles au lieu de 9, reflétant ainsi leurs bonnes performances électorales du mois de septembre. Les démocrates-chrétiens, au contraire, n’en ont plus que 3 (-1). Les libéraux et le Parti du Centre restent stables avec quatre portefeuilles.

La composition du gouvernement suédois est la suivante:

  • Ministre des affaires européennes: Birgitta Ohlsson (FP).
  • Ministre de la justice: Beatrice Ask (M).
  • Ministre des migrations et de l’asile: Tobias Billström (M).
  • Ministre des affaires étrangères: Carl Bildt (M).
  • Ministre du commerce: Eva Björling (M).
  • Ministre de la coopération internationale au développement: Gunilla Carlsson (M).
  • Ministre de la défense: Steg Tolgfors (M).
  • Ministre de la santé et des affaires sociales: Göran Hägglund (KD).
  • Ministre des aînés et des enfants: Maria Larsson (KD).
  • Ministre du logement: Stefan Attefall (KD).
  • Ministre de la sécurité sociale: Ulf Kristersson (M).
  • Ministre des finances: Anders Borg (M).
  • Ministre des marchés financiers: Peter Norman (M).
  • Ministre de l’éducation: Jan Björklund (FP).
  • Ministre de l’agriculture: Eskil Erlandsson (C).
  • Ministre de l’environnement: Andreas Carlgren (C).
  • Ministre des entreprises et de l’énergie: Maud Olofsson (C).
  • Ministre des technologies de l’information et des affaires régionales: Anna-Karin Hatt (C).
  • Ministre des communications: Catharina Elmsäter-Svärd (M).
  • Ministre de l’intégration et de l’égalité: Nyamko Sabuni (FP).
  • Ministre de la culture: Lena Adelsohn Liljeroth (M).
  • Ministre de l’emploi: Hillevi Engström (M).
  • Ministre de l’intégration au travail: Erik Ullenhag (FP).