Élections cantonales de 2016 à Uri

Les électeurs du canton d’Uri, en Suisse centrale, se sont rendus aux urnes le 28 février et le 10 avril 2016 pour élire les membres de leurs autorités régionales. Au parlement, les libéraux et la droite populiste ont progressé au détriment des démocrates-chrétiens, des socialistes et des Verts (voir résultats détaillés ci-dessous). Les citoyens uranais ont par ailleurs élu trois démocrates-chrétiens, trois libéraux-radicaux et un socialiste au gouvernement, les libéraux-radicaux gagnant un siège au détriment de l’UDC (droite populiste).

Résultats détaillés des élections cantonales de 2016 à Uri

  • Parti démocrate-chrétien (PDC), 22 sièges (-1).
  • Parti libéral-radical (PLR, libéral), 18 sièges (+2).
  • Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), 15 sièges (+1).
  • Parti socialiste suisse (PSS, social-démocrate) et Les Verts, 9 sièges (-2).

Voir aussi

Elections cantonales de 2012 à Uri (Suisse)

Des élections cantonales ont eu lieu aujourd’hui dans le canton d’Uri, en Suisse centrale. L’UDC (droite populiste) est la principale perdante du scrutin, puisqu’elle a perdu quatre sièges. Les libéraux et la gauche font office de vainqueurs puisqu’ils ont gagné respectivement deux et un siège. Le Parti démocrate-chrétien perd un siège. Un deuxième tour sera encore nécessaire pour un siège, disputé entre l’UDC et le PLR: ce dernier semble être le mieux placé pour l’emporter et pourrait donc remporter un quinzième siège.

Dans la course au gouvernement, cinq sur sièges ont été repourvus à l’issue du premier tour. En l’état, le Parti démocrate-chrétien (PDC) a d’ores et déjà deux élus, l’UDC, le Parti libéral-radical (PLR) et le Parti socialiste chacun un. Dans le précédent gouvernement, tant le PDC que le PLR disposaient d’un siège supplémentaire et ce sont eux également qui semblent les mieux placés pour obtenir les deux sièges restant au second tour, qui aura lieu le 15 avril prochain. Un statu quo est donc possible.

Résultats détaillés des élections cantonales à Uri:

  • Parti démocrate-chrétien (PDC), 23 sièges (-1).
  • Parti libéral-radical (PLR, libéral), 15 sièges (+3).
  • Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), 14 sièges (-4).
  • Parti socialiste et Verts, 11 sièges (+1).
  • Indépendant, 1 siège (+1).

Suisse: Deuxième tour des élections au Conseil des États dans cinq cantons (2011)

Les citoyens des cantons de Zurich, Argovie, Saint-Gall, Schwytz et Uri étaient appelés aujourd’hui pour le deuxième tour de l’élection au Conseil des États, la chambre haute du parlement fédéral suisse. Le premier tour avait eu lieu en même temps que les élections au Conseil National, la chambre basse, le 23 octobre dernier. Le Conseil des États est désormais bientôt complet, seuls les habitants du canton de Soleure devant encore se rendre aux urnes dimanche prochain. Vous trouverez une vue d’ensemble des résultats des élections fédérales suisses de 2011 sur cette page.

Argovie
Le 23 octobre, la socialiste Pascale Bruderer avait créé la surprise en étant élue au Conseil des États dès le premier tour dans ce canton fortement conservateur. Le deuxième siège restait à attribuer: c’est la libérale-radicale sortante Christine Egerszegi qui l’emporte, devançant largement Ulrich Giezendanner, le candidat de l’UDC (droite populiste). L’UDC perd ainsi un siège qu’elle détenait depuis 16 ans.

Saint-Gall
La libérale-radicale Karin Keller-Sutter, membre du gouvernement cantonal saint-gallois, avait été élue dès le premier tour en octobre dernier. Le sénateur démocrate-chrétien sortant Eugen David (PDC), qui avait terminé troisième, s’était alors retiré de la course. Le président national de l’UDC, Toni Brunner, deuxième du premier tour, faisait depuis lors office de favori. C’est pourtant un socialiste, Paul Reichsteiner, qui l’a emporté aujourd’hui, devenant le troisième sénateur socialiste de l’Histoire du canton de Saint-Gall. Il devance Toni Brunner de 1’300 voix. Michael Hüppi, candidat de dernière minute du PDC, termine loin derrière. Au final, le PDC perd donc un siège à Saint-Gall et l’UDC n’enregistre pas la percée espérée.

Schwytz
Carton plein de l’UDC à Schwytz puisque son candidat Peter Föhn rejoint son camarade de parti Alex Kuprecht, élu dès le premier tour. L’UDC occupera donc les deux sièges du canton de Schwytz au Conseil des États, une situation de monopole peu courante. Actuellement, seul le Valais connaît une situation semblable, mais c’est le PDC qui y occupe les deux mandats. Le PDC, justement, fait les frais de l’élection de Peter Föhn, puisque Bruno Frick, sénateur démocrate-chrétien depuis 20 ans, n’est pas réélu.

Uri
Si le démocrate-chrétien Isidor Baumann, par ailleurs membre du gouvernement cantonal, avait été élu dès le premier tour, la course pour le second siège était restée ouverte. C’est finalement le Vert libéral sortant Markus Stalder qui l’emporte contre le candidat UDC Gusti Planzer. Et si l’écart entre les deux était serré au premier tour, il est net à l’issue du second tour. Stalder, ancien membre indépendant du gouvernement uranais, était entré au Conseil des États en 2010, ravissant un siège au PDC à l’occasion d’une élection complémentaire. Ce n’est qu’ensuite qu’il a rejoint le Parti vert libéral, un parti par ailleurs absent de la scène politique cantonale.

Zurich
Les résultats du canton de Zurich étaient attendus puisque le tribun zurichois Christoph Blocher, l’un des principaux artisans du succès de l’UDC, tentait d’accéder au Conseil des États. Il a subi une très nette défaite, terminant loin derrière les deux sénateurs sortant, le libéral-radical Felix Gutzwiller et la verte libérale Verena Diener.